Vous êtes ici

RENOLUTION: une stratégie pour rénover le bâti bruxellois

RENOLUTION est le nom de la Stratégie Rénovation de la Région de Bruxelles-Capitale qui vise à relever le défi climatique, tout en améliorant le confort de vie des Bruxellois·es. Objectif : un niveau moyen de performance énergétique de 100kWh/m²/an pour l’ensemble des logements bruxellois en 2050, soit une consommation moyenne divisée par 3 par rapport à la situation actuelle. L’effort sera considérable, mais nécessaire. Les secteurs industriels et tertiaires répondront à des ambitions encore plus grandes, alors que les pouvoirs publics s’imposent les échéances les plus ambitieuses. Ainsi, Bruxelles emboite le pas des autres régions et pays européens, qui, eux aussi, accélèrent le taux de rénovation des bâtiments. 

Bâti bruxellois un des plus énergivores au niveau européen

Plus de la moitié des émissions bruxelloises de gaz à effet de serre proviennent de la consommation énergétique des bâtiments. Le bâti bruxellois, construit essentiellement avant les années ‘60, est l’un des plus énergivores au niveau européen. Un tiers des bâtiments ne sont pas du tout isolés. Et le rythme actuel de rénovation est loin d’être suffisant. Avec sa stratégie, la Région bruxelloise se dote des outils et moyens pour accélérer et révolutionner la rénovation de ses bâtiments.

Un objectif proportionné et réaliste

En 2050 au plus tard, le niveau moyen de PEB du bâti résidentiel bruxellois devra se situer à C+, soit une consommation de 100 kWh/m²/an en moyenne. Le défi est énorme, car les logements bruxellois se situent aujourd’hui plutôt à un niveau de PEB D ou E. Cet objectif de 100 kWh/m²/an est une moyenne régionale. Le niveau de performance minimum à atteindre en 2050 sera fixé en fonction de la typologie du bâtiment. Tous les logements ne devront donc pas atteindre le même niveau de PEB. Ce serait d’ailleurs impossible pour certains monuments classés par exemple.

Une dynamique collective : Alliance RENOLUTION

Ensemble avec d’autres administrations régionales, Bruxelles Environnement entrera en dialogue avec le secteur de la construction, les acteurs financiers, les architectes etc. Ils se réuniront sous le nom d’Alliance RENOLUTION. Objectif : rendre les mesures cohérentes entre elles, faciliter les démarches administratives et créer un catalyseur régional de la rénovation énergétique et durable.

Un certificat PEB au cœur de la stratégie

Avant d’entreprendre des travaux de rénovation énergétique, il est important de connaitre la performance énergétique de son bien. Aujourd’hui c’est le rôle du certificat PEB de le faire de façon objective. Le certificat PEB affiche la classe énergétique du bien allant du A++ (très économe) au G (très énergivore), mais également le niveau de consommation énergétique en kWh/m²/an du bien en fonction de ses caractéristiques (implantation, isolation, châssis, chauffage, etc.). L’utilisation du certificat sera à terme généralisée. Ainsi, le certificat PEB permettra aux propriétaires de visualiser l’effort à réaliser. 

Une démarche progressive jusqu’en 2050

Pour chaque logement, le certificat PEB définira un objectif énergétique à atteindre en 2050 en proposant des étapes de travaux comme l’isolation du toit, des murs ou le changement des châssis. Autant de mesures qui pourront être réalisées pour permettre à chacun de prendre part à la transition énergétique.

Un dispositif d’accompagnement exceptionnel 

La Région de Bruxelles-Capitale soutiendra tous les propriétaires de bâtiments à Bruxelles dans cette démarche de rénovation à travers un important dispositif d’accompagnement comprenant notamment des aides financières, des prêts à faible taux, une fiscalité immobilière adaptée, des formalités administratives simplifiées, un point de contact unique, un accompagnement technique et administratif à chaque étape,...  Chaque public-cible – y compris les locataires qui voudraient entreprendre des démarches – aura accès à un accompagnement sur mesure et un soutien financier. Chacun doit être soutenu pour pouvoir prendre part à la transition énergétique.

Un effort conjoint des propriétaires et des copropriétés

Les travaux à entreprendre dans les logements collectifs seront identifiés tant au niveau de l’appartement que de l’immeuble. Toiture, façade et autres parties communes feront l’objet d’une certification spécifique préalable et la copropriété sera chargée de la mise en œuvre de ces travaux. Comme 40% des logements bruxellois sont gérés en copropriété et que les travaux y sont plus complexes, les copropriétés bénéficieront d’un dispositif spécifique d’accompagnement.

Un niveau d’exigence renforcé pour le bâti tertiaire

L’ambition sera encore plus grande pour le secteur tertiaire que pour le résidentiel d’ici 2050, en visant des bâtiments neutres en énergie. Les bâtiments publics, comme les bureaux, les centres sportifs, les écoles ou encore les crèches, devront même être exemplaires en tendant vers la neutralité carbone avant 2040. Le programme RENOClick sera mis en œuvre dès 2021 par Sibelga pour accompagner les pouvoirs publics dans cette transition.

Une vision circulaire 

RENOLUTION s’inscrit pleinement dans une logique circulaire. Elle prend en compte l’entièreté des impacts environnementaux du bâtiment : la consommation en énergie, mais également la production et transport des matériaux nécessaires à la rénovation. La rénovation sera donc réfléchie pour maintenir un maximum le bâti existant, valoriser les matériaux présents en les réemployant dans la rénovation même ou dans d’autres projets. 

RENOLUTION, un objectif PLUS

  • Plus de qualité et de confort pour les logements

La Région de Bruxelles-Capitale vise à rénover les logements anciens, souvent vétustes et mal isolés pour en réduire la consommation énergétique. La qualité des logements sera améliorée, ainsi que le confort de vie de leurs occupants, qui ne vivront plus dans des passoires énergétiques soumises aux courants d’air. 

  • Plus de solidarité 

La rénovation énergétique, particulièrement des « passoires énergétiques », est certainement la mesure la plus efficace pour lutter contre la précarité énergétique. Les plus démuni.e.s seront soutenu en priorité.

  • Plus pour le climat 

La Région de Bruxelles-Capitale s’est engagée à approcher la neutralité carbone en 2050. Or, le bâti est responsable de plus de la moitié des émissions bruxelloises de gaz à effet de serre et de 70% de la consommation énergétique. La nouvelle stratégie apporte une réponse ambitieuse et volontariste au défi climatique, à la hauteur des engagements pris par la Région au niveau national et européen. 

  • Plus d’emploi local et durable

RENOLUTION aura des répercussions sur l’emploi. Les travaux de rénovation devront générer la création d’environ 8.000 emplois directs et indirects, des emplois variés, durables et souvent non délocalisables.

Date de mise à jour: 30/04/2021
Documents: