Vous êtes ici

Les algues bleues (cyanobactéries)

Qu’est-ce que les cyanobactéries ?

  • Les cyanobactéries ou algues bleues font partie du phytoplancton, des organismes aquatiques microscopiques et capables de photosynthèse.
  • Les cyanobactéries se déplacent au gré des courants. Lorsque ces micro-organismes prolifèrent de manière importante, on appelle cela des « blooms » ou « fleurs d’eau ».

Canal/Quai des charbonnages - Cyanobactéries

Carole Dauphin (Juillet 2006 – Etangs de la Pede)
Parc de la Pede - Cyanobactéries

Comment les reconnaître ?

  • Les « blooms » se traduisent en une épaisse couche mousseuse et/ou ressemblant à de la peinture à la surface de l'eau.
  • Leur couleur varie du vert, bleu-vert, jaune-brun, rouge ou blanc.
  • Certaines cyanobactéries peuvent former des colonies sphériques, petites boules vertes de 2-3 mm de diamètre flottant à la surface ou dans la colonne d'eau. L'eau dégage alors une odeur d'herbe coupée, de terre ou de putréfaction.
  • D’autres colonies de cyanobactéries prennent la forme de filaments ou stries, plus ou moins longues. C’est un critère de reconnaissance assez fiable.
  • Les « blooms » de cyanobactéries peuvent être confondus avec ceux résultant de la prolifération d’autres algues ou microorganismes. En cas de doute, n’hésitez pas à nous contacter via eau_water@environnement.brussels.

Cyanobactérie

Quelles sont les causes d’apparitions de « blooms » de cyanobactéries ?

  • Le développement des cyanobactéries est favorisé par les conditions environnementales (canicule, sécheresse, eaux troubles,...) mais aussi et surtout par l’eutrophisation des étangs, dont l’enrichissement provient du nourrissage des oiseaux d’eau mais également des poissons avec du pain notamment. Les petits fragments non consommés, mais aussi les déjections des oiseaux, enrichissent le milieu aquatique ; ce qui favorise la pullulation des cyanobactéries et d’autres microorganismes pathogènes. Bruxelles Environnement conseille de ne pas nourrir les animaux sauvages (pour plus d’informations, consultez la page : « Peut-on nourrir les animaux sauvages ? »).

Affiche : Animaux sauvages  ne les nourrissez pas !

Les cyanobactéries, également connues sous le nom d’algues bleues, sont des microorganismes naturellement présents dans tous les étangs de la Région bruxelloise.

Risques

Leur présence constitue un problème quand elles deviennent quantitativement dominantes. La prolifération naturelle également appelée « bloom » (« fleurs d’eau ») est reconnaissable par la présence d’un film vert bleuté à la surface de l’eau.
Les concentrations des cyanobactéries deviennent alors telles qu’elles provoquent des nuisances olfactives accompagnées de risques pour la biodiversité et pour la santé publique ; les puissantes toxine, généralement des neurotoxines, secrétées par certaines espèces peuvent causer de sévères empoisonnements chez l’homme et provoquer la mort de certains animaux (oiseaux, poissons, chiens...). Il n’existe pas de mesures curatives.

Quelles sont les problèmes liés aux « blooms » d’algues bleues ?

  • Les algues bleues peuvent libérer des toxines dans l’eau, qui peuvent être dangereuses pour la santé publique.
  • Chez l’homme, les troubles liés au contact, à l’ingestion ou à l’inhalation de ces substances sont de nature et d’intensité variables : irritations de la peau, maux de tête, nausées, gastroentérites aigües, voire atteintes neurologiques.
  • Enfin, les animaux domestiques s’abreuvant de ces eaux contaminées peuvent en mourir.
En temps de canicule, il est donc particulièrement recommandé à la population d’éviter tout contact avec la peau, d’inhaler ou d’ingérer l’eau des étangs et du canal. Par ailleurs, il est demandé de ne pas pêcher et d’éviter toute activité nautique. Si toutefois, par mégarde, vous (ou votre animal de compagnie) avez été en contact avec de l’eau contaminée, lavez soigneusement la zone touchée et envisagez, si nécessaire, de consulter un médecin (ou un vétérinaire).

Que fait Bruxelles Environnement pour éviter les ‘blooms’ de cyanobactéries ?

  • Mesures préventives et effectives :
    • analyse de l’eau, monitoring ;
    • communication/ sensibilisation sur l’importance de ne pas nourrir les oiseaux aquatiques car ils enrichissent le milieu (par leurs excréments) et cela favorise l’apparition de cyanobactéries ;
    • maintenance de populations limitées et équilibrées de poissons ;
    • réintroduction (par germination à partir de la vase ou par introduction active) de populations de plantes macrophytes, oxygénantes et épuratrices, naturellement présentes dans les étangs en équilibre ; ces macrophytes limitent efficacement les blooms algaux.
Woluwe/Hof Ter Musschen
Woluwe/Hof Ter Musschen
  • Les mesures protectrices :
    • Sensibilisation via différents canaux de communication (articles de presse, campagnes d'affichage, courriers, site web,…).
    • Formations spécifiques organisées pour les gardiens de parc et gestionnaires de terrain sur la problématique.
  • Mesures curatives :
    • mise en place d'aérateurs, renouvellement total des eaux, curage, ajout de biofilms, augmentation du débit des pompes
Date de mise à jour: 18/10/2019