Vous êtes ici

Focus : Biodiversité : les papillons de jour

Actualisation : décembre 2009

Malgré son caractère urbain, la Région bruxelloise recèle une importante richesse floristique et faunistique.  Plus de 14% de son territoire a été retenu comme « Zones spéciales de conservation » dans le cadre du réseau européen Natura 2000.  Ces zones abritent en effet des habitats naturels et des espèces animales  particulièrement rares à l’échelle européenne :  certaines espèces de chauves-souris (barbastelle, grand murin,…), le Lucane cerf-volant (le plus grand insecte d’Europe), certains habitats forestiers (forêts alluviales à aulnes et frênes par exemple),…
La biodiversité repose sur un équilibre écologique délicat et est soumise à de fortes et multiples pressions.  En Région bruxelloise, celles-ci résultent essentiellement de la poursuite de l’urbanisation au détriment d’espaces verts souvent riches (friches, espaces semi-naturels), de la pression récréative et de la présence d’espèces exotiques envahissantes (voir fiche  Espèces exotiques envahissantes) .
Pour assurer la gestion de ce patrimoine naturel, Bruxelles -Environnement s’appuie, entre autres, sur les données collectées dans le cadre d’études thématiques visant à assurer un suivi scientifique et systématique de la faune, de la flore et des écosystèmes présents localement. 
Un inventaire des papillons de jour a ainsi été réalisé au cours de la période 2006-2008.  La base de données constituée comporte plus de 6600 observations couvrant la période 1830-2008 et provenant d’observations de terrain (71%), de collections de particuliers et musées (21%) ainsi que de la littérature scientifique (8%).  La participation du public à la collecte de données d’observation a été encouragée notamment via la publication et la diffusion d’un guide d’identification des papillons et l’organisation de promenades et week-end de recensement .
69 espèces de papillons de jour figurent dans la base de données dont 46 espèces pour lesquelles il est établi qu’elles se sont reproduites durant une longue période en Région bruxelloise (papillons « résidents »). Sur base des observations réalisées depuis 1997, on estime que parmi ces 46 espèces, 18 (39%) sont actuellement éteintes au niveau régional et 8 (17%) sont devenues très rares. 

Répartition de 46 espèces « résidentes » de papillons de jour selon leur degré de rareté en RBC (période 1997-2008)

Source : Bruxelles- Environnement, département biodiversité
 


La Région accueille aujourd’hui 28 papillons « résidents » différents dont l'Azuré commun, le Citron, la Carte géographique, la Piéride du chou, le Machaon, la Petite tortue et le Paon du jour. Trois espèces sont classées parmi les espèces menacées (le Grand mars changeant, la Thècle du bouleau et la Thècle de l'orme).
Auparavant, 5 communes (Uccle,  Watermael-Boitsfort, Auderghem, Bruxelles-ville et Anderlecht) abritaient chacune plus de 25 espèces de papillons « résidents».  Seule la commune d’Uccle accueille actuellement encore une telle diversité. 
Relativement à d’autres groupes taxonomiques, les populations de papillons de jour apparaissent avoir particulièrement souffert des modifications de biotopes (raréfaction des milieux ouverts et des zones humides, morcellement,…) occasionnées par l’urbanisation massive de la Région au cours de ces dernières décennies.  Certains groupes inféodés aux  zones humides, tels que les amphibiens et les libellules, sont par ailleurs également fortement menacés. 

Evolution de la diversité en espèces de papillons de jour par commune (comparaison des observations réalisées sur les périodes 1830-1996 et 1997-2008)

Source : Bruxelles- Environnement, département biodiversité
 
               
                                          
* L’accroissement apparent du nombre d’espèces pourrait résulter d’un biais lié à une insuffisance des observations réalisées durant la période 1830-1996

 

Inventaire de l'avifaune bruxelloise

Un     inventaire récent de l’avifaune bruxelloise a permis de définir des tendances relatives à la période 1992-2008 pour 38 espèces communes d’oiseaux. Parmi celles-ci, 14 sont en augmentation, 15 sont en déclin et 9 sont stables à l’échelle régionale (Weiserbs, A. 2008).  Plus généralement, l’évolution de l’avifaune bruxelloise dans son ensemble met en évidence la raréfaction, voire la disparition, des espèces sensibles liées à certains habitats (en particulier celles inféodées aux forêts et milieux semi-ouverts) tandis que les espèces en augmentation sont généralement des opportunistes peu exigeantes. L’extension des espèces non-indigènes est également manifeste, tant en terme d’abondance qu’en terme du de nombre d’espèces. Un point positif mérite d’être mis en avant, à savoir, la progression observée de certaines espèces  ayant fait l’objet de mesures de protection (faucon pèlerin, hirondelle de fenêtre,…). 

Date de mise à jour: 19/05/2020