Vous êtes ici

Focus : Recherche et synthèse de connaissances : Perception du cadre de vie

Contexte

L’enquête socio-économique réalisée en 2001 par l’INS (devenue depuis la DGSIE) contenait des questions se rapportant au jugement de l’environnement immédiat du logement et des équipements offerts dans le quartier. Celles-ci étaient reprises dans au sein de la partie "logement" du questionnaire, soumise à tous les chefs de ménage inscrits au registre national comme étant domiciliés en Région bruxelloise.

Les thématiques concernées sont notamment l’aspect esthétique des constructions, la propreté, la qualité de l'air (pollution atmosphérique), la tranquillité (pollution sonore), les trottoirs, les pistes cyclables, les routes, la présence d'espaces verts, l’offre de transports publics et les facilités commerciales.

Evaluation de la répartition spatiale de la perception du cadre de vie

L’analyse de la répartition spatiale (à l’échelle des secteurs statistiques) des réponses données a montré trois patrons :

  • Une opposition entre la ville dense (et anciennement urbanisée) de première couronne et la ville moins dense (plus verdurisée et souvent plus récente) de seconde couronne ;
  • Une répartition liée aux infrastructures effectivement disponibles ;
  • Une répartition liée à des spécificités locales, qui traduisent parfois l'effet de politiques territoriales différentes (communales par exemple).

La combinaison des différents indicateurs obtenus permet d'élaborer une typologie des secteurs statistiques de la Région (réalisée à l'aide d'une analyse multivariée des indices de satisfaction), en fonction de la perception du cadre physique d’une part et de l'équipement d’autre part.

Neuf types d’appréciations peuvent ainsi être identifiés, correspondant plus à une matrice de situation qu'à un gradient univoque : depuis un jugement négatif du cadre physique et des équipements (en orange clair sur la carte) jusqu’à une bonne perception de ces deux caractéristiques (en vert foncé sur la carte).

Répartition spatiale de la perception de l'environnement et des équipements du quartier en Région de Bruxelles-Capitale

Source : DGSIE (ex-INS), Enquête socio-économique de 2001

Répartition spatiale de la perception de l'environnement et des équipements du quartier en Région de Bruxelles-Capitale

 

Analyse du jugement de la qualité globale de l'environnement et des services du quartier

L’analyse de la répartition spatiale de l’indice obtenu montre une situation assez contrastée du jugement des quartiers par leurs habitants. Il existe ainsi en Région bruxelloise des quartiers bien perçus tant sur le plan du cadre physique qu'en terme de services (dans l’est de la Région), tout comme des quartiers unanimement moins appréciés (dans l’ouest de la 1e couronne).

Cependant, dans bien des cas, la situation est plus complexe, l'une ou l'autre composante du quartier étant dominante dans le jugement. Ainsi, par exemple, le sud d'Uccle est bien perçu pour son cadre physique agréable, mais décrié pour le manque de services. Le centre-ville et les anciens faubourgs du 19ème siècle sont très appréciés pour leur commerce et leur accessibilité par les transports en commun, mais le cadre physique n'y est pas très bien perçu. Par de nombreux aspects, les quartiers intermédiaires (entre la première et la seconde couronne) et de nombreux anciens noyaux villageois semblent constituer un compromis intéressant vis-à-vis du jugement de la qualité globale de l'environnement et des services du quartier.

Notons toutefois que, du fait du poids des facteurs d'ordre foncier et financier (qui se traduisent dans les structures socio-spatiales de la ville), cette typologie ne permet pas de se prononcer quant à la contribution de la perception du cadre de vie dans les choix résidentiels.

Source:

  • ULB – IGEAT et VUB - Interface Demography, Novembre 2009, "Les Bruxellois et la perception de l'environnement : Analyse de l'impact du profil des répondants et des caractéristiques du tissu urbain sur la perception que les bruxellois ont de leur environnement", Etude réalisée à la demande de Bruxelles environnement, Rapport final, 56 pages
Date de mise à jour: 06/10/2016