Vous êtes ici

Projet « remote sensing »

Le transport routier, source de pollution et de bruit

Le transport routier est l’une des principales sources de pollution de l’air et de bruit en Région de Bruxelles-Capitale, avec des répercussions négatives pour la santé et la qualité de vie de l’ensemble de la population. Depuis 2018, la Région est devenue un Zone de Basses Emissions. En interdisant progressivement l’accès à la Région bruxelloise aux véhicules les plus polluants, on contribue à améliorer la qualité de l’air.

Quelles sont les émissions « réelles » des véhicules en circulation ?

Derrière les normes d’émission « théoriques » auxquelles doivent se conformer les nouveaux véhicules mis sur le marché européen, se pose la question des émissions « réelles » des véhicules, sur la route, comme l’a bien montré le scandale du « diesel gate ». Pour y répondre, Bruxelles Environnement, en partenariat avec l’International Council for Clean Transportation (ICCT), va mesurer pendant plusieurs semaines les émissions d’environ 150 000 véhicules en circulation dans la Région de Bruxelles-Capitale. Ces mesures sont réalisées à l’aide de la technologie « remote sensing » entre octobre et décembre 2020, à une dizaine d’endroit de la Région. Si de telles mesures ont déjà été effectuées en Wallonie et en Flandre, c’est la première fois que les émissions des véhicules seront mesurées sur la route en Région bruxelloise. 

Ces mesures seront enrichies par des mesures du bruit émis par les véhicules, grâce aux équipements et à l’expertise de Bruxelles Environnement.

Objectifs de l’étude

Ce projet permet de :

  •  Avoir une meilleure connaissance des émissions des véhicules sur route, et tout particulièrement des véhicules diesel les plus récents (Euro 6d);
  • Enrichir l’évaluation de l’impact de politiques comme la Zone de Basses Emissions (LEZ) et la sortie des véhicules diesel, essence et LPG;
  • Etudier l’ampleur de la pratique de fraude sur les filtres à particules parmi les véhicules diesel; 
  • Mieux connaître le bruit émis par différents types de véhicules et à différentes vitesses.

La vidéo ci-dessous explique comment fonctionne la technologie « remote sensing » :

Quelles informations sont récoltées et à quelles fins ?

  • Pour chaque véhicule, on enregistre les émissions de dioxyde de carbone (CO2), monoxyde de carbone (CO), monoxyde d’azote (NO), dioxyde d'azote (NO2), hydrocarbures (HC), particules fines (PM), ammoniac (NH3) et le bruit.
  • Une fois toutes les mesures terminées, Bruxelles Environnement récolte des données relatives aux caractéristiques des véhicules concernés auprès du SPF Mobilité et Transport (DIV). Cela comprend notamment la catégorie, le carburant et la norme Euro des véhicules.
  • Les mesures de polluants couplées aux données des véhicules feront l’objet d’une analyse réalisé par l’ICCT, qui figurera dans un rapport mis à disposition du public au 2ème trimestre de 2021. L’analyse du bruit sera quant à elle réalisée et publiée par Bruxelles Environnement.
  • Les mesures ne sont en aucun cas utilisées à des fins de contrôle ou de sanction.
  • Bruxelles Environnement n’a accès à aucune donnée à caractère personnel. L’échange de données avec le SPF Mobilité et Transport (DIV) fait l’objet d’une procédure sécurisée (anonymisation, etc.) de manière à garantir le respect de la vie privée et de la législation RGPD.

Ce projet est réalisé dans le cadre de TRUE initiative, une campagne impliquant plusieurs capitales européennes, ainsi que d’un partenariat sur la qualité de l’air entre Bruxelles Environnement et la Fondation Bloomberg.

Date de mise à jour: 14/10/2020
Contact: