Vous êtes ici

Abeilles sauvages

À Bruxelles, près de 140 espèces d’abeilles sauvages ont été observées. Ces espèces d’abeilles sont généralement peu connues, car elles ne produisent pas de miel et n’ont donc pas été élevées et « domestiquées ». Les études révèlent toutefois qu’elles sont indispensables à nos écosystèmes.

Discrètes et vulnérables

Les abeilles sauvages présentent une large variété :

  • De tailles : de 2 mm à près de 4 centimètres.
  • De modes de nidification : dans la terre ou le sable, dans le bois mort, dans des tiges creuses ou des galeries, dans la moelle de certaines tiges.
  • De sources alimentaires : certaines sont très généralistes et se nourrissent d’une large gamme de plantes, d’autres dépendent d’une seule famille botanique, voire parfois d’une seule espèce de plante pour se nourrir.
  • De niveaux de socialisation : certaines espèces sont sociales (les Bourdons, qui vivent en petites colonies de quelques centaines d’individus), la plupart sont solitaires, quelques espèces sont à des niveaux intermédiaires.

Elles ont de courts rayons de butinage (elles ne volent pas loin : 100 à 300 mètres selon les espèces) et ont donc besoin de ressources alimentaires et de sites de nidification adaptés dans leur environnement très proche. Ces facteurs les rendent particulièrement vulnérables aux modifications du paysage, même à petite échelle (par exemple la disparition d’une friche ou d’un talus). 

Les abeilles sauvages ne piquent pas et ne sont pas agressives : pas d’inquiétude donc si vous les voyez émerger de votre pelouse, ou d’entre les dalles de votre trottoir !

Date de mise à jour: 23/08/2018