Vous êtes ici

Plan de gestion pour la forêt de Soignes

Depuis les conférences ministérielles d’Helsinki en 1993 et de Lisbonne en 1998, l’Europe s’est engagée à gérer ses forêts de manière durable. L’Etat belge étant signataire des deux conventions qui en sont sorties, il doit mettre en application des principes de gestion durable sur l’ensemble de son territoire.

Dans ce contexte, Bruxelles Environnement a élaboré pour la forêt de Soignes un plan de gestion qui a été adopté par le Gouvernement bruxellois en 2003. Ce plan de gestion vient d’être revu  et adopté en juin 2019 par le Gouvernement après consultation populaire. Ce nouveau plan traduit les grandes lignes de travail que les gestionnaires de la forêt se proposent de suivre dans les 24 ans à venir. Il décline pour la partie bruxelloise de la forêt de Soignes les principes du Schéma de structure interrégional de la forêt de Soignes, présente les mesures d’adaptation au changement climatique ainsi que les mesures en lien avec le statut Natura 2000 de la forêt.

Son objectif principal est de faire de la forêt de Soignes une forêt sociale durable où seront satisfaites toutes les fonctions reconnues au massif : écologique (conservation de la nature), paysagère, récréative et éducative.

Les principes de gestion définis

Pour atteindre cet objectif, quelques principes généraux ont été définis :

  • augmenter la biodiversité de la forêt ;
  • maintenir, voir restaurer certains milieux particuliers (comme les lisères étagées) ;
  • maintenir le facies paysager de la hêtraie cathédrale sur 20% du territoire de la forêt;
  • créer un nouveau faciès de forêt cathédrale à base de chêne sessile sur 10% du territoire de la forêt;
  • assurer une diversité de paysage de qualité (restauration de drèves, préservation des arbres remarquables…);
  • mettre en valeur le patrimoine historico-culturel;
  • maintenir la forêt dans un bon état de propreté;
  • assurer un bon accueil du public (en termes d’accès, de sécurité…);
  • rencontrer les multiples demandes récréatives du public et permettre une bonne cohabitation des différentes activités de loisirs qui se déroulent en forêt ;
  • limiter toute pratique qui pourrait entraîner une dégradation du sol;
  • informer et sensibiliser le public à la nature et à la gestion durable;
  • protéger les ressources en eau (créer de nouvelles zones marécageuses, préserver les sources et assurer la bonne qualité des eaux souterraines…);
  • tendre à la régénération naturelle des peuplements d’arbres.

Comment le plan de gestion prévoit-il d’augmenter la biodiversité de la forêt ?

En la protégeant

Protéger la biodiversité implique « de mettre sous cloche » certains milieux contenant des habitats rares, fragiles ou sensibles aux pressions. 5 réserves naturelles, 2 réserves forestières et 2 réserves archéologiques ont ainsi été délimitées dans la forêt de Soignes. Des zones de protection impliquant des restrictions d’usage (circulation limitée aux chemins…) étendent le périmètre de sauvegarde. Sans compter l’appartenance du massif au réseau Natura 2000 et de la réserve forestière intégrale de Grippensdelle au patrimoine mondial sériel de l’Unesco «Forêts primaires et anciennes de hêtres des Carpates et d’autres régions d’Europe ». Ces différents statuts reconnaissent la valeur inestimable de la forêt de Soignes.

En la développant

Pour favoriser le développement et le maintien de la biodiversité en forêt de Soignes, le plan de gestion envisage différentes mesures :

  • réhabiliter les stades jeunes de la forêt c’est-à-dire favoriser le maintien de clairières au sein ou en bordure du massif, de prairies de fond de vallon, de trouées de régénération qui pourront profiter à des espèces de plantes et d’animaux caractéristiques de ces milieux ouverts plus ensoleillés ;
  • réhabiliter des stades plus âgés de la forêt où sont maintenus de vieux arbres qui, en évoluant vers leur dépérissement physique, attirent de nombreux insectes, des oiseaux cavernicoles, des champignons… De plus, arrivée à ce stade, la forêt commence à se régénérer d’elle-même renforçant ainsi son aspect et son caractère naturel ;
  • développer des lisières étagées entre le massif forestier et les milieux avoisinants et entre les différents habitats forestiers au sein même du massif car de nombreuses espèces profitent de la présence contiguë de milieux différents ;
  •  augmenter la proportion de futaies irrégulières et la diversification des essences ;
  • favoriser la connectivité écologique. Les diverses réserves de la forêt, les clairières, les milieux limitrophes sont des noyaux de biodiversité où s’installent et se reconstituent les populations animales ou végétales. Pour qu’elles puissent survivre, il est important de pouvoir assurer une bonne capacité de dispersion aux espèces au sein du massif, entre celui-ci et les milieux environnants et entre les grandes forêts voisines (Meerdaelwoud, bois de Hal…).

Et en matière d’accueil du public ?

La stratégie d’accueil du public a été revue. Des portes d’accueil seront aménagées pour y satisfaire les attentes du public (aires de jeux, horéca…). Deux portes d’accueil seront aménagées sur la partie bruxelloise de la forêt de Soignes (trois sur la Régions Flamande et une sur la Région Wallonne) : Rouge-Cloître et Hippodrome de Boitsfort.  Sur le reste de la forêt, les aménagements seront réduits au strict minimum pour redonner plus de quiétude à la faune sauvage et lui permettre ainsi de se maintenir dans une forêt soumise à une forte pression récréative. Un maillage récréatif sera développé pour permettre au public de rejoindre les différentes portes d’accueil.

Date de mise à jour: 15/02/2021
Documents: 

Dépliants et brochures

Pour commander une version papier: 02 775 75 75 ou par E-mail.

Infos fiches

Documents techniques

Études

Articles