Vous êtes ici

Consommation en eau de distribution par les ménages

Indicateur - Actualisation : mai 2021

Chaque Bruxellois a consommé en moyenne 98,8 litres d’eau par jour en 2020. C’est 3 litres de plus que les années précédentes. En cause ? La crise sanitaire. La consommation était stable depuis 2012. Mais la tendance attendue, indépendamment de la pandémie, est une augmentation, compte tenu de la croissance de la population, du changement climatique et du faible recours à l’eau de pluie.

Chaque Bruxellois utilise quotidiennement près de 100 litres d’eau  

En 2020, la consommation en eau de distribution s’élève en moyenne à 98,8 litres par jour et par Bruxellois. Soit l’équivalent de 10 seaux de 10 litres.
Ces mêmes moyennes, ramenées à l’échelle des communes, oscillent entre 89 et 108 litres/jour/habitant. 
Précisons toutefois que ces estimations ne prennent pas en compte la consommation domestique des Bruxellois sur leur lieu de travail. La consommation domestique réelle des Bruxellois est donc supérieure.
  

Comparaisons inter-régionales et internationales

La consommation domestique d’eau de distribution par habitant en Région bruxelloise est similaire à celle de la Région flamande (100 l/jour/hab en 2015 – Watermeter 2016-2017) mais supérieure à celle de la Région wallonne (90 l/jour/hab en 2017 – Aquawal,  2018 dans l’Etat de l’environnement wallon). La différence observée par rapport à la Région wallonne pourrait notamment s’expliquer par une utilisation supérieure d’eau de pluie. 
Il convient cependant d’être prudent lorsqu’on établit ce type de comparaison vu les différences et difficultés méthodologiques à établir ces statistiques. Par ailleurs, en Région bruxelloise, le problème des personnes « statistiquement invisibles » (candidats réfugiés inscrits sur le registre d’attente, personnes sans papiers, personnel diplomatique étranger et étrangers attachés aux institutions internationales) est plus marqué que dans les autres régions. 
Selon la Fédération belge du secteur de l’eau (BELGAQUA), la consommation domestique d’eau par habitant en Belgique est l’une des plus basses des pays industrialisés. Elle est proche de celle observée en Allemagne mais nettement plus basse que celle des Pays-Bas et de la France (Bureau Fédéral du Plan, 2018).

Utilisation de l’eau par les ménages 

Utilisation domestique de l’eau

Source : VMM, 2018, enquête auprès de 504 ménages en 2016

 

Selon une enquête de 2016 auprès de 504 ménages flamands, les deux plus gros postes de consommation d’eau des ménages sont l’hygiène corporelle (33%) et les chasses d’eau (19%). Seuls 10% de la consommation des ménages sont consacrés à la boisson et à l’alimentation (VMM, 2018). 

 


Buvez l’eau du robinet ! 

 
La moitié des Bruxellois (55%) boivent de l’eau du robinet à leur domicile (selon le baromètre de l’environnement de 2014). Les principales raisons avancées par ceux qui choisissent l’eau en bouteille sont le goût, une préférence pour l’eau de source ou encore la présence potentielle de produits dangereux pour la santé. 
Or la qualité de l’eau distribuée en Région bruxelloise est de très bonne qualité. Elle répond aux normes légales avec un taux de conformité supérieur à 99%. Assurez-vous juste que vos conduites privées ne sont pas en plomb (voir la fiche documentée n°10).
En outre, l’eau du robinet est beaucoup moins chère que l’eau en bouteille et son coût environnemental est moins élevé.

 
L’eau de pluie encore trop peu exploitée

Le recours à l’eau de pluie demeure assez (trop) marginal en Région bruxelloise, bien qu’il soit difficile à estimer car aucun recensement du parc de citernes n’est organisé à ce jour. Lors du Baromètre de l’environnement de 2020, 16% des Bruxellois interrogés déclaraient utiliser de l’eau de pluie
Une étude réalisée en 2012 a mis en évidence certains freins au placement ou à la rénovation de citernes en Région bruxelloise : faible montant des primes par rapport au coût de l’installation, retour sur investissement faible, accès difficile et manque de place sur les terrains, mais aussi l’inquiétude des citoyens de devoir payer une taxe dans le futur. 

Une consommation qui était stable depuis 2012

Consommation domestique en eau de distribution par Bruxellois (2002-2020)

Sources : VIVAQUA (consommations relevées aux compteurs) et Statbel (Registre national, population au 1er janvier de l’année)

 

Deux grandes tendances caractérisaient l’évolution de la consommation en eau par habitant jusqu’à présent :

  • une baisse régulière et significative entre 2002 et 2012 (- 26 litres soit près de 20%). Plusieurs hypothèses ont été avancées pour la justifier : généralisation des équipements plus économes en eau (douches, WC, lave-vaisselles et lave-linges, …), ou encore conscientisation accrue des ménages... 
  • une stabilité jusqu’en 2019. La consommation moyenne atteignait 96 l/jour/hab. Elle pourrait s’approcher de la « consommation efficace » bruxelloise, à savoir que les besoins domestiques minimum sont satisfaits sans perte de bien-être et sans recours à une ressource alternative. 

La consommation efficace a été évaluée à 94 l/jour/hab en Wallonie, lors d’une étude menée auprès de 3000 ménages. Cette même étude indique que le niveau de consommation chute à 72 l/jour/hab dès qu’une ressource alternative (dans 95% des cas, de l’eau de pluie) est utilisée pour un usage intérieur (Predevello, 2009 in Indicateurs clés de l’environnement wallon 2014).
 

Une consommation significativement en hausse en 2020 

L’année 2020 marque une rupture par rapport à la stabilité observée les années précédentes : chaque Bruxellois a consommé en moyenne 3 litres de plus
Ce rebond s’explique sans aucun doute par la pandémie. Avec les confinements et l’essor du télétravail, l’eau habituellement consommée sur le lieu de travail et comptabilisée dans la consommation du secteur tertiaire se retrouve en 2020 dans celle du secteur domestique. Il y a donc de fortes chances que cette situation se reproduise en 2021.

Perspectives : des besoins accrus ?

Mais la crise sanitaire masque peut-être une inversion de tendance. En examinant les chiffres des dernières années et en faisant abstraction de la valeur anormalement élevée de 2020, on constate que la consommation par habitant augmente très légèrement. Le taux d’accroissement annuel de la consommation du secteur domestique est effectivement supérieur à celui de la population depuis 2017. Les besoins en eau des Bruxellois tendent donc à augmenter.
Cette demande croissante pourrait résulter des vagues de chaleur et sécheresses qui se succèdent ces dernières années. Plusieurs hypothèses peuvent être avancées : augmentation du nombre de douches/bains pour se rafraichir, remplissage des piscines, recours à la climatisation (cas de climatiseurs fonctionnant à l’eau), arrosage du jardin, du potager (en l’absence de système de récupération d’eau de pluie ou si ceux-ci sont à sec)… 

Date de mise à jour: 21/06/2021

Documents: 

Fiche(s) méthodologique(s)

Tableau(x) reprenant les données

Fiche(s) documentée(s)

Autres publications de Bruxelles Environnement

Etude(s) et rapport(s)

Plan(s) et programme(s)