Février 2021

bannière newsletter achats publiques durables

EDITO

La crise actuelle n’a pas empêché le travail collectif, la mise en réseau et des visions communes au niveau des achats durables. A Bruxelles, vous avez été encore plus nombreux à vous former aux achats durables et à faire appel aux outils que nous mettons à votre disposition. Nous en sommes ravis et vous en félicitons !

En 2020 vous avez en effet été plus de 350 à participer à nos formations thématiques et générales sur les achats durables. Suite aux mesures imposées, la plupart d’entre elles ont eu lieu en ligne mais la formule proposée permet toutefois d’assurer les échanges avec les intervenants et la découverte de bonnes pratiques !

Le Help Desk a lui aussi connu un rebond puisque 91 demandes, pour être aidés dans l’intégration de critères environnementaux dans les marchés, lui ont été adressées pendant cette année particulière.

Au niveau de la newsletter, vous êtes maintenant 1450 abonnés et nos taux d’ouverture sont bien supérieurs aux moyennes (merci !). 

Ensemble, faisons encore mieux en 2021 ! N’hésitez pas à en parler autour de vous, vous inscrire aux nouvelles formations, faire appel au Help Desk, … 

Nous sommes là pour aider tout acheteur intéressé à faire bouger les choses !

INFOS PRATIQUES

"Réseau belge d'apprentissage pour l'achat durable de TIC" : inscrivez-vous !

Votre organisation est soumise à la législation sur les marchés publics ? Vous souhaitez rendre votre politique d’achat TIC plus durable, partager vos connaissances et vous inspirer de bonnes pratiques ? Inscrivez-vous au réseau d’apprentissage belge !

L'Institut fédéral du Développement durable (IFDD/FIDO) vous invite à participer au réseau d'apprentissage belge pour l'achat durable de TIC. L'objectif de cette initiative est de permettre aux acheteurs publics d'acheter/de louer des TIC plus durables. Le focus est mis sur les smartphones, les PC et les ordinateurs portables. 
Ce réseau souhaite aborder les TIC durables, lors de 4 demi-journées de partage de connaissances et de bonnes pratiques, via la circularité, le respect de l'environnement et des conditions de travail.
Le réseau d'apprentissage est destiné aux acheteurs et aux experts gouvernementaux belges travaillant au sein d'une organisation soumise à la législation sur les marchés publics (tels que les établissements d'enseignement, les services gouvernementaux, les municipalités, etc.) 

Les 3 premières sessions se dérouleront en ligne, la session de retour aura lieu (si possible) à Bruxelles. La participation est gratuite mais l'inscription est obligatoire. Inscrivez-vous via ce lien au plus tard le 17 mars. Attention: les places sont limitées !

Nouvelle centrale d’achat « travaux de traitement des pollutions du sol »

Pour répondre aux difficultés rencontrées par de nombreux organismes publics en matière de travaux d’assainissement du sol, Bruxelles Environnement propose une  centrale d’achat « travaux de traitement des pollutions du sol ».

Puisque les organismes publics rencontrent régulièrement des difficultés liées à la passation des marchés publics pour la désignation d’un entrepreneur, au respect de la législation sol en vigueur ou au suivi du chantier par un expert sol, Bruxelles-Environnement a décidé de conclure un marché public pour d’autres acheteurs potentiels également soumis aux règles de marchés public. Cette centrale d’achat « travaux de traitement des pollutions du sol » a été conçue de manière flexible afin de s’appliquer à de nombreuses situations. 

Pour pouvoir y faire appel, vous devez :

  • Faire partie des organismes publics communaux, régionaux ou fédéraux soumis aux  règles de marchés publics ou être un organisme comme une école, un hôpital public ou assimilé 
  • Signer au préalable une convention tripartite, vous liant en tant qu’organisme public acheteur à la fois à Bruxelles Environnement et aux deux entrepreneurs désignés par le marché public. Cette convention énumère l’ensemble des obligations à respecter par les différentes parties. 

Cette centrale est complémentaire à la Centrale d’achat qui porte sur les études de pollution du sol, déjà en place depuis quelques années.

Retrouvez plus d’informations et les documents utiles sur les pages web dédiées à nos deux centrales d’achat.

« How to engage the market » : un guide étape par étape pour engager le dialogue et le marché

ICLEI propose aux acheteurs publics européens d’avoir une approche stratégique basée sur le dialogue. Le guide « How to engage the market » propose des conseils sur l'engagement du marché, en mettant l'accent sur les événements de dialogue et en donnant un aperçu du cadre juridique européen.

En s'appuyant sur l'expérience acquise dans le cadre du projet Make ICT Fair, ICLEI - Local Governments for Sustainability et  Electronics Watch recommandent aux acheteurs une approche stratégique basée sur le dialogue qui va au-delà de la phase d'appel d'offres. L’objectif est de développer des relations avec le marché avant et après l'appel d'offres. 

ICLEI, en collaboration avec Electronics Watch, a mis au point des conseils sur l'engagement du marché, en mettant l'accent sur les événements de dialogue et en donnant un aperçu du cadre juridique européen. Le guide vise à permettre aux acheteurs publics de toute l'Europe d'avoir un cheminement clair vers un événement de dialogue significatif, en ligne ou en personne.

Découvrez le guide pratique.

Mise en place d’une politique achats durables

Vous ne faisiez pas partie des 86 participants à la formation sur la « Mise en place d’une politique achats durables » ? Qu’à cela ne tienne ! Vous avez la possibilité d’accéder aux présentations de la formation sur le site de Bruxelles Environnement.

Cette matinée a été l’occasion d’aborder les bénéfices, les points d’attention, les indicateurs et outils disponibles dans le cadre de la mise en place d’une politique achats durables. Pour les participants ce webinaire a également été l’occasion de s’inspirer de l’expérience de la commune de Schaerbeek et la Ville de Paris, toutes deux actives dans le domaine.

CAS DE BONNES PRATIQUES

Rénovation durable de bureaux et éclairage intérieur: l’exemple de la Ville de Malines

Depuis plus de 20 ans, Malines intègre la durabilité dans ses politiques générales. Elle considère l'économie circulaire comme une approche essentielle où les déchets peuvent devenir des ressources et où l’économie de la fonctionnalité a toute sa place dans les marchés publics. Dans le cadre de la rénovation de ses bureaux, elle a mis en œuvre ses différents concepts.

En 2017, la Ville de Malines entamait la planification de la rénovation de ses bureaux qui comprend la réduction des besoins en bureaux et une plus grande diversité des espaces de travail (bureaux-paysages, petites et grandes salles de réunion et espaces de travail silencieux). Les bâtiments, qui couvrent ensemble +/- 6.000m², devaient pouvoir accueillir +/- 530 collègues administratifs.

Mobilier durable

En partant des principes de durabilité et en tenant compte du budget, la ville a envisagé de réutiliser autant de meubles que possible. Une étude a donc été réalisée par D&C Services pour savoir quels meubles pouvaient être réutilisés, ceux qui pouvaient être adaptés et rafraîchis afin d'être utilisés dans le nouveau bâtiment et les meubles qui devaient être achetés neufs.

Grâce à cette étude et à un marché de rénovation de mobilier, la ville a réutilisé 41 % du mobilier existant et a récupéré 16 % des matériaux pour en faire du nouveau mobilier. 

Eclairage

Lors de la planification de l'éclairage de quatre bâtiments, la ville a voulu explorer des solutions circulaires et moins énergivores. La ville recherchait une intensité lumineuse adéquate dans chaque pièce grâce à des appareils d'éclairage à haute performance, avec une consommation réduite d'énergie et de ressources, et où tout déchet fait partie d'une chaîne d'approvisionnement circulaire. 

La ville a reçu une subvention de 75 000 euros dans le cadre d'un appel à projets climatiques innovants dans la province d'Anvers. L'objectif était de conclure un contrat de 15 ans pour l'éclairage de plusieurs bâtiments.

La première phase a consisté en une invitation à faire un inventaire de l'éclairage et à calculer les gains possibles. La seconde phase a permis d'évaluer la qualité des offres pour la fourniture d'éclairage en tant que service.

Au niveau des critères de sélection, la ville de Malines a pris en compte la solidité financière et économique du fournisseur ainsi que les compétences techniques et professionnelles. Au total, trois soumissionnaires ont satisfait aux critères de sélection.

Le cahier des charges précisait, au niveau des spécifications techniques, que l'exploitant restait propriétaire de l'installation légère pendant sa durée de vie. Les soumissionnaires devaient également garantir que le niveau d'éclairage répondait à tout moment à la norme européenne EN 12464-1 qui spécifie les prescriptions pour les systèmes d’éclairage pour des lieux de travail intérieurs en termes de quantité et de qualité de l’éclairage. Une visite du site et la remise d'une étude à l'aide d'un logiciel qui planifie, cartographie et visualise les propositions d'éclairage étaient obligatoires. Chaque soumissionnaire a réalisé un inventaire des luminaires existants et a utilisé le logiciel pour préparer et envoyer une proposition de solutions et des dessins techniques. À partir de ces trois études, Malines a calculé une moyenne sur laquelle se baser pour évaluer les offres finales, en veillant à ce que les propositions soient comparables en termes d'approche et de prix. La subvention de la province d'Anvers a financé la conception de cette étude.

Les critères d'attribution pris en compte étaient:

  • Le rapport coût-bénéfice de l'éclairage par bâtiment, calculé en comparant les factures d'énergie et les frais d'entretien sur la durée du contrat aux frais de service proposés par le soumissionnaire. 
  • Le plan d'éclairage (concept technique), les luminaires proposés (qualité des matériaux et apparence), le plan de maintenance, les délais d'exécution, l’économie circulaire (avant, pendant et à la fin du contrat) et la formation des utilisateurs et du personnel de maintenance technique.

Les trois candidats sélectionnés ont soumis une offre valable répondant aux critères techniques et d'attribution. Trilux a remporté l'appel d'offres pour un contrat de 15 ans, d'un coût total de près de 400 000 euros. Une fois le fournisseur connu, et sur base des données fournies, la ville de Malines a pu évaluer pour quels bâtiments il était intéressant de conclure un contrat d'éclairage en tant que service. Par exemple, le cahier des charges prévoyait l'éclairage d'une crèche, mais le calcul du coût a mis en évidence que celui-ci était plus élevé via un contrat d’éclairage que via l’achat de luminaires. L'éclairage LED a remplacé les lampes fluorescentes. Dans certaines pièces, le nombre de luminaires a diminué, et dans d'autres, il a augmenté pour répondre aux normes d'éclairage. 

Selon l'estimation du fournisseur retenu, le nouvel éclairage des quatre bâtiments sélectionnés réduit les émissions de CO2 de la ville de près de 10 tonnes par an, atteignant potentiellement 150 tonnes de CO2 sur la durée du contrat de 15 ans.

AGENDA

5/03/2020 : Building (with) biodiversity (9h30 – 12h30)

A Bruxelles, l’accès à des espaces de nature en ville pour les Bruxellois·es est primordial. Mais la nature ne se limite pas aux espaces verts. Elle concerne en effet aussi les éléments bâtis de la ville. C’est la raison pour laquelle Bruxelles Environnement propose un webinaire pour découvrir comment les acteurs de l’immobilier et du bâtiment peuvent agir en faveur de la biodiversité.

Les secteurs de l’immobilier et de la construction ont en effet aussi un rôle à jouer dans ce marché en développement :

  • Pourquoi intégrer la nature dans le bâti ?
  • Quelles solutions existent pour la construction et la rénovation ?
  • Quels sont les atouts pour vos projets ?

Ce webinaire vous fera découvrir comment les acteurs de l’immobilier et du bâtiment peuvent agir en faveur de la biodiversité. 

Bruxelles Environnement, un écologue, un professionnel de l’immobilier et un acteur de la construction présenteront leur approche respective.

16/03/2021 : Formation générale d’introduction théorique aux marchés publics durables (9h à 16h)

24/03/2020: Making Spend Matters (9h30-13h)

Le réseau Making Spend Matter explore comment utiliser l'analyse des dépenses comme un outil de preuve pour améliorer l'impact des marchés publics / des institutions d'ancrage afin d'apporter des avantages économiques, sociaux et environnementaux supplémentaires à l'économie locale et à ses citoyens. 

Pendant cette matinée, partenaires et experts du réseau Making Spend Matter vous expliqueront comment :

  • Analyser vos dépenses d'achat pour mieux comprendre leur impact
  • Créer une base de données pour choisir vos priorités organisationnelles et les relier à vos processus et pratiques de passation de marchés
  • Développer une approche stratégique des marchés publics et développer l’aspect environnemental et social
  • Renforcer votre engagement auprès des fournisseurs
  • Offrir des avantages sociaux et environnementaux plus larges

Cette matinée sera aussi une occasion unique :

  • d’échanger avec 7 villes partenaires du projet
  • de tirer des leçons de leur approche des marchés publics stratégiques
  • de découvrez les outils, conseils, astuces et recommandations pour votre démarche stratégique d'achat

Vous pouvez dès à présent vous inscrire via ce lien sur Evenbrite.

Prochaines formations de Bruxelles Environnement : 

30/03/2021: Le choix d’un matériel informatique moins impactant (9h30 à 12h30)

29/04/2021: Les fournitures de bureau écologiques (9h30 à 12h30)

27/05/2021: les alternatives aux objets à usages unique (9h30 à 12h30)