Vous êtes ici

Aider les abeilles

Vous souhaitez aider les abeilles à titre individuel ou collectif ?

Installer une ruche n’est pas nécessaire pour protéger la nature, bien au contraire, elle peut même porter préjudice à la biodiversité environnante.  L’installation de ruchers est donc progressivement refusée dans les réserves naturelles, zones Natura 2000 et espaces verts régionaux (dont les potagers collectifs).

Pour aider les abeilles, mieux vaut conserver et renforcer l’environnement naturel. Du printemps à l’automne, observez les alentours et déterminez si des bourgades d’abeilles sauvages sont présentes : vous observerez des abeilles sortir de petits monticules de terre entre les dalles ou pavés des trottoirs, émerger de votre pelouse ou encore d’un talus exposé au soleil. Certaines espèces vont être plutôt à la recherche de trous et d’anfractuosités dans les murs, portes, fenêtres, etc.

Dans la mesure du possible, photographiez ces insectes ! N’ayez pas peur de vous approcher un peu, elles sont inoffensives (attention toutefois à ne pas les confondre avec les guêpes). Postez vos photos sur le site www.bru.observations.be, ces données précieuses contribueront à la base de données régionale.

Si des abeilles sauvages sont présentes, il est raisonnable de penser que leurs ressources alimentaires préférées se retrouvent également dans un court rayon d’action (100 à 300 mètres) et sont en fleurs à la même période. Une fois cette végétation identifiée, pourquoi ne pas la favoriser ? Il suffit alors de planter de nouveaux individus (attention aux plantes achetées en jardineries conventionnelles, qui contiennent des pesticides) ou de récolter et ressemer les graines des plantes déjà présentes.

Les hôtels à insectes ? Oui, mais…

Les hôtels à insectes sont à la mode. Ils permettent d’accueillir certaines espèces d’abeilles sauvages qui font leur nids dans des cavités ou des tiges creuses, par exemple les osmies ou certaines mégachiles. La plupart des espèces feront plutôt leurs nids directement dans le sol.

Les grands hôtels à insectes sont des outils intéressants à des fins pédagogiques, et ils ont toute leur place dans le cadre de projets de sensibilisation. Les grands hôtels vont toutefois concentrer des populations importantes et favoriser la circulation des maladies et parasites, tout en exposant les abeilles à un plus grand risque de prédation.

Au niveau des espaces et des jardins privés, il est donc préférable de placer des petits dispositifs éparpillés sur le terrain. La seule condition est de veiller à ce qu’ils bénéficient d’une exposition ensoleillée.

Flower Power pour les abeilles !

Les abeilles et les fleurs entretiennent une relation millénaire. Certaines espèces d’abeilles sont d’ailleurs spécifiquement liées à une ou plusieurs espèces de plantes.

Pour aider les abeilles, rien de tel donc que de favoriser leurs ressources alimentaires ! Si les abeilles sont déjà présentes dans l’environnement proche, et si elles disposent de sites de nidification (selon leurs besoins), elles ne manqueront pas de venir y butiner !

Portez votre préférence sur les espèces de plantes indigènes et sauvages. Soutenir les populations de plantes existantes s’avère parfois aussi intéressant (voire plus) qu’installer une prairie fleurie artificielle dont la communauté végétale risque d’évoluer au cours des années.

Dans ce contexte, clin d’œil pour les pissenlits : une ressource extraordinaires pour les abeilles printanières ! Il suffit alors simplement de tondre sa pelouse après leur floraison (ils fleurissent essentiellement entre le 15 avril et le 15 mai).

Date de mise à jour: 23/08/2018