Vous êtes ici

Tonnage de déchets ménagers et assimilés

Actualisation : février 2020

En 2017, les déchets ménagers et assimilés collectés par l’Agence Bruxelles Propreté ont atteint un volume de 487.077 tonnes. Cette quantité correspond aux déchets en mélange résiduels, ce que l’on nomme couramment les ordures ménagères, ainsi que les flux collectés sélectivement par Bruxelles Propreté pour le recyclage ou le réemploi (papiers-cartons, PMC, emballages en verre, déchets organiques et déchets de jardin, les déchets encombrant collectés à domicile,…). 
Par ailleurs, d’autres opérateurs de collecte complètent le travail de Bruxelles Propreté à l’échelle de la Région ; ce sont les parcs à conteneurs, les responsables des obligations de reprise (par exemple, les pneus, les piles et les cartouches d’encre d’imprimante), sans oublier les entreprises de l’économie sociale, qui préparent divers flux d’objets au réemploi. 
En moyenne, les Bruxellois ont généré 272 kg de déchet par habitant en 2017.


Quelques définitions…

Les déchets collectés à domicile qui proviennent des ménages sont désignés sous le nom de « déchets ménagers ». Les déchets de même nature que les déchets ménagers mais collectés auprès des professionnels (bureaux, écoles, administrations, petits commerces, communautés, etc.) sont nommés « déchets assimilés ». 

On distingue également les « déchets résiduels », c'est-à-dire les déchets pour lesquels il n'est pas prévu de tri sélectif, (définitions empruntées à [IBSA, 2014]) des flux de déchets triés, qui comprennent notamment les papier/carton, PMC, déchets de jardins, déchets organiques, verre, encombrants, déchets chimiques. 

En Région bruxelloise, l'opérateur public Bruxelles Propreté (ABP) est compétent pour organiser les collectes de déchets ménagers, ce qu’il fait via les tournées en porte-à-porte, les parcs à recycler régionaux (appelés auparavant parcs à conteneurs), les bulles à verre ou les points de dépôt de déchets chimiques. D’autres acteurs participent également à la collecte des déchets ménagers ; ce sont les communes (via les parcs à recycler communaux), les entreprises de l’économie sociale (pour les déchets d'équipements électriques et électroniques, encombrants, textiles, …) et les systèmes d’obligation de reprise (Récupel, Bebat, Valorfrit, …). Tous ces acteurs proposent une offre complémentaire de collecte à l’attention des citoyens. 
Les déchets assimilés sont souvent collectés en même temps que les déchets ménagers. En effet, si les professionnels sont légalement tenus de passer un contrat d’enlèvement avec un collecteur de déchets agréé, certains profitent des collectes ménagères pour se débarrasser gratuitement de leurs déchets (voir l’indicateur de la part et gestion des déchets préparés en vue du réemploi et du recyclage).

Distinguer déchets ménagers et assimilés

Afin d'estimer la part des déchets assimilés dans les déchets collectés en porte à porte, Bruxelles Propreté réalise  une analyse de gisement (avec la collaboration de l’ULB). Ceci consiste à peser le volume de déchets collectés auprès d’un échantillon de ménages représentatif de la population bruxelloise et, par extrapolation, d’estimer le volume collecté auprès de l’ensemble des ménages de la Région. La différence entre cette quantité et le volume total collecté par Bruxelles Propreté est attribuée aux déchets assimilés.

Pour estimer le volume total de déchets produits par les ménages, il faut ajouter les quantités collectées par les parcs communaux subsidiés, les composts de quartier, l’économie sociale et les responsables des obligations de reprise (autres que Bruxelles Propreté) au volume collecté par Bruxelles propreté auprès des ménages.

Le tonnage global des déchets assimilés en Région bruxelloise est, pour sa part, plus difficile à estimer : en effet, la part de déchets assimilés collectée par les opérateurs privés (les collecteurs agréés privés) ne fait pas l’objet de rapportage obligatoire et demeure donc inconnue. 
Notons que ce n’est que depuis février 2013 que tous les professionnels sont tenus de trier les déchets et de conclure un contrat commercial avec un collecteur enregistré (privé ou public). Désormais, en vertu de l'arrêté d'exécution (AGRBC) du 21 juin 2012, même les professionnels qui génèrent moins de 30 l/semaine de déchets résiduels ou de 50 l/semaine de PMC ou 30 l/semaine de papier et carton doivent être en ordre de contrat. Les sacs et conteneurs utilisés pour leurs déchets doivent porter clairement le nom du collecteur. 

487.077 tonnes de déchets ménagers et assimilés collectés par Bruxelles Propreté en 2017

En 2017, le volume de déchets ménagers et assimilés collecté par Bruxelles Propreté, toutes collectes confondues, s’élevait à 487.077 tonnes. Cette quantité inclut :

  • les déchets ménagers (déchets résiduels, papier-carton, PMC, verre d’emballage, déchets organiques, métaux résidus de l’incinération appelés « mâchefers », ainsi que d’autres flux de déchets ménagers collectés par Bruxelles Propreté),
  • les déchets assimilés et professionnels (déchets résiduels, papiers-cartons, PMC, verre d’emballage, déchets organiques, mâchefers et d’autres flux collectés par Bruxelles Propreté),
  • les déchets de construction collectés par l’ABP,
  • les boues de nettoiement (produit des curages et du balayage de rues) collectés par l’ABP, et
  • les déchets de nettoiement hors boues collectés par l’ABP

Ce volume représente probablement entre un tiers et un quart de tous les déchets générés dans la Région, puisque leur volume total était estimé à 1 670 000 tonnes en 2014. 

Evolution du volume de déchets ménagers et assimilés collectés par Bruxelles-Propreté (toutes collectes confondues) et du volume par habitant de 1990 à 2017

Source : Bruxelles-Propreté, 2017

  


Cette quantité a augmenté de manière tendancielle jusqu'en 2002. La tendance à la hausse s’est ensuite inversée et le volume de déchets ménagers et assimilés est passé de 509.000 tonnes à 469.568 tonnes entre 2002 et 2013, soit une diminution de près de 9%. Il est à noter que cette diminution s’est produite dans un contexte de croissance soutenue de la population bruxelloise. Durant cette période, le ratio du volume de déchets ménagers et assimilés par habitant entame en effet une nette diminution, indiquant un découplage relatif entre la production de déchets (qui demeure supérieure à 450.000 tonnes) et le nombre d’habitants installés en Région bruxelloise.

Depuis 2013, cette tendance se stabilise néanmoins, alors qu’une augmentation légère mais constante du volume de déchets ménagers et assimilés est observée. Cette tendance récente s’opère toujours dans un contexte de croissance démographique – néanmoins ralentie – et d’obligation vis-à-vis de tous les producteurs de déchets non ménagers (dont les producteurs de déchets assimilés) de souscrire un contrat auprès d’un collecteur agréé (Bruxelles Propreté ou autre). 

L’évolution future permettra de préciser la tendance actuellement en cours ainsi que les facteurs en cause. Néanmoins, rappelons que les objectifs quantitatifs globaux de la Région de Bruxelles-Capitale, fixés dans le Plan de Gestion des Ressources et des Déchets adopté en 2018, sont d’atteindre un objectif de réduction de la production de déchets 

  • ménagers par habitant de : 
    • 5% en 2023 ; 
    • 20% en 2030 ; 
  • non ménagers (hors déchets de construction et de démolition) par travailleur de : 
    • 5% en 2023 ; 
    • 20% en 2030 ; 

Les efforts déployés pour généraliser les bonnes pratiques en matière de gestion des déchets, et en particulier pour faire adopter auprès des Bruxellois les principes du Zéro Déchet, ont donc tout leur sens.

Estimation de la part des déchets assimilés et ménagers 

Selon l'analyse de gisement réalisée en 2017, la quantité de déchets assimilés s’élève à 159.134,5 tonnes, soit 33% du volume total (487.077 tonnes) des déchets ménagers et assimilés récoltés par l’opérateur public. Cette part des déchets assimilés est variable d’une année à l’autre, et en fonction des flux observés. Ainsi, selon les estimations disponibles, en 2017 la part de déchets assimilés dans le volume total de déchets résiduels (sacs blancs) collectés en porte à porte est de l'ordre de 39%. Cette part est plus variable selon les années pour les sacs jaunes et bleus, et est estimée en moyenne à 24 et 14% respectivement. 

Les déchets ménagers collectés par Bruxelles Propreté s'élèvent à 308.483 tonnes, soit 63% du volume total collecté par l’opérateur public. Les 4% restant sont constitués des déchets de construction des ménages (2.809 tonnes), des boues de nettoiement et de curage (6.282 tonnes) et des déchets de nettoiement en dehors des boues (10.368 tonnes).

Pour estimer le volume total des déchets ménagers, il y a lieu d’ajouter, aux quantités collectées  par Bruxelles Propreté, les volumes issus des parcs communaux subsidiés, des composts de quartier, des entreprises de l’économie sociale et des responsables des obligations de reprise. Le total attribué aux ménages se voit alors augmenté de 13.438 tonnes, ce qui le porte à près de 322.000 tonnes (hors déchets inertes de construction), toutes collectes confondues (et dont 96% sont collectés via Bruxelles Propreté). Ceci représente 272 kg de déchets par habitant en 2017. 

Tonnage déchets ménagers récoltés en Région bruxelloise, toutes collectes confondues (hors déchets inertes de construction), entre 2014 et 2017

Source : Bruxelles Propreté, 2014-2017

La quantité de déchets ménagers récoltés en Région bruxelloise, toutes collectes confondues (hors déchets inertes de construction), montre des variations annuelles à la hausse ou à la baisse. Le volume s’est élevé en 2016 à près de 353.000 tonnes, avant d’effectuer une baisse de près 9% en 2017. Si cette évolution est encourageante, il convient de rester prudent puisqu’il pourrait s’agir d’une tendance ponctuelle et que, par ailleurs, les chiffres demeurent entachés d’une certaine marge d’erreur. La tendance indiquée par la moyenne glissante calculée sur trois années  montre ainsi une baisse de 2% du volume total de déchets ménagers pour la période de 2014 à 2017. Influencé par l’augmentation constante de la population jusqu’en 2016, la tendance à la baisse du volume par habitant apparaît légèrement plus importante, avec une baisse moyenne de 2,7 % pour la même période.

Date de mise à jour: 26/06/2020
Documents: 

Fiche(s) méthodologique(s)

Tableau(x) reprenant les données

Fiche(s) de l’Etat de l’Environnement

Autres publications de Bruxelles Environnement

Etude(s) et rapport(s)

Plan(s) et programme(s)