Vous êtes ici

Je fabrique mes boissons

Vous l’aimez nature, pétillante ou aromatisée ? L’eau du robinet peut être adaptée à votre goût et à vos envies ! Quelques recettes de base un peu de créativité et vous voilà avec une boissons 100% zéro déchet, à consommer sans modération !

Je bois de l’eau du robinet à la place de l’eau en bouteille

L’eau  du  robinet  :  garantie 100% zéro déchet et de 50 à 500 fois moins chère que l’eau en bouteilles, elle permet d’éviter la consommation annuelle de 127 litres d’eau en bouteille. Vous  pouvez  la  boire  nature  ou  agrémentée  : pétillante, reposée et libérée de sa petite odeur de chlore,  rehaussée  d’une  tranche  de  citron  ou  plus  rafraichissante avec une feuille de menthe, pratique dans une gourde, accessible grâce aux fontaines, etc.

Bon à savoir 

L’eau    du    robinet    est    saine,   rigoureusement    contrôlée,  beaucoup  moins  coûteuse  et  arrive directement  à  la  maison,  sans  emballage,  ni transport, ni stockage. Que demander de plus pour la préférer à l’eau en bouteilles ?

Comme 40 % des bruxellois vous préférez l’eau du robinet mais vous vous posez encore des questions : 

  • Elle  a  un  léger  goût  de  chlore  ? Versez-la en  carafe  et  laissez-la  reposer  quelques heures  au  réfrigérateur  :  ce  goût disparaîtra automatiquement.
  • Elle  est  calcaire  et  donc  mauvaise  pour  la santé  ?  Non  !  Le  calcaire,  c’est  du  calcium, indispensable  au  maintien  d’une  bonne  santé.  L’eau  du  robinet,  comme  toutes  les  eaux  en  bouteilles,  constitue  un  apport  naturel  en  sels  minéraux et oligoéléments : calcium, magnésium, etc.
  • Elle  a  un  aspect  brunâtre  :  il  est  causé  par  certains  dépôts  de  fer,  de  manganèse  ou  de rouille.  Faites  couler  l’eau  quelques  secondes pour rincer vos conduites.
  • Elle a un aspect laiteux : il est lié à la présence de fines bulles d’air. Cela n’a aucun impact sur la qualité de l’eau.

Qui contrôle de qualité de l’eau du robinet ?

Le captage de l’eau distribuée en Région bruxelloise est géré par Vivaqua qui a plusieurs « sources » pour l’eau distribuée à Bruxelles :

  • Des captages d’eau de surface (notamment dans le bassin de la Meuse en Wallonie) 
  • Certaines anciennes mines et carrières en Wallonie (par exemple à Vedrin, à Namur) ;
  • Des nappes phréatiques, essentiellement situées en Wallonie mais aussi dans le Bois de la Cambre et en forêt de Soignes. L’eau puisée à Bruxelles représente 1,5% de la consommation (Le Soir, juillet 2019)

Ces eaux sont soit bonnes à boire telles quelle, soit potabilisées avant d’être distribuées mais dans tous les cas, un peu de chlore est ajouté à l’eau pour garantir sa qualité bactériologique tout au long du circuit de distribution.

VIVAQUA effectue un grand nombre de contrôles préventifs pour garantir la qualité de l’eau. L’eau du robinet est sous contrôle permanent à chaque étape de sa production, de son adduction et de sa distribution. Elle doit d’ailleurs répondre à 55 critères de qualité (dont 31 à respecter impérativement) ne peut contenir aucun micro-organisme, aucun parasite ou aucune autre substance constituant un danger potentiel pour la santé. 

Bruxelles environnement contrôle Vivaqua et publie tous les 3 ans un rapport expliquant les méthodes de contrôle et les résultats. Ces rapports sont publiés sur notre site internet.

Quels sont les polluants potentiels et leurs risques sur la santé ?

Le Chlore

Risque potentiels

Selon le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), le chlore lorsqu’il est en contact avec les matières organiques de l'eau, comme les bactéries, peut former des substances (THM) suspectées d’être cancérigènes (Groupe 2B).  C’est pourquoi ces dernières années, la norme a été abaissée. L’OMS considère que l’on est autant exposé à ces substances par la nourriture, par l’air intérieur des habitations, que par l’eau que l’on boit. Une heure de piscine nous exposerait même à des taux 100x plus élevés.

Risques réels

Le chlore est ajouté pour garantir une bonne qualité bactériologique à l’eau pendant toute sa distribution. Il est contrôlé et ne peut pas dépasser 0,25 mg/l de chlore résiduel dans l’eau distribuée. Heureusement, ces molécules THM sont volatiles. Elles diminuent très fortement lorsque l’eau est chauffée ou gardée au frigo pendant 24h et ne posent alors plus de risque.

Les nitrates

Risques potentiels

Sous l’impulsion des bactéries dans notre corps, les nitrates sont transformés en nitrites. En trop grande quantité, les nitrites peuvent diminuer le transport de l’oxygène par le sang, ce qui peut conduire à la maladie bleue du nourrisson. Selon l’OMS, en dessous de 50 mg /l , l’eau est considérée comme sûre y compris pour les femmes enceintes.

Risques réels

La limite légale est de 50mg de nitrates par litre d’eau du robinet. À Bruxelles, le taux de nitrates mesurés tourne autour de 20 mg/l (du moins pour les trois principaux réservoirs bruxellois). Selon un rapport de l’Afssa (l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments), ces chiffres sont à mettre en perspective car l’eau de boisson qui contiendrait 20mg/l de nitrates n’apporterait qu’environ 10% des apports journaliers en nitrates. Le reste vient d’autres sources, comme les légumes (entre autres les betteraves, radis, salades, pommes de terre…) ou la charcuterie.

Le cas particuliers des nourrissons

Pour les jeunes enfants, en milieux hospitaliers ou dans les crèches et autres collectivités pédiatriques, le conseil supérieur d’hygiène préconise d’utiliser une eau en bouteille à condition qu’elle soit faible en nitrates et en minéraux, correctement stockée et conservée après ouverture. Cela sera attesté sur l’étiquette par la mention « convient pour la préparation des aliments des nourrissons ». Dès l’âge de 4mois, l’Office National de l’Enfance (ONE), recommande l’eau du robinet pour la préparation de biberons, sous certaines conditions. C’est pourquoi de nombreuses crèches utilisent de l’eau du robinet. 

Le plomb

Risques potentiels

L’eau de distribution ne contient en principe pas de plomb. Il arrive cependant que l’eau se charge de plomb au contact des tuyaux qui mènent aux robinets des consommateurs. Cela peut se produire dans les raccordements entre les conduites collectives qui alimentent la rue (Vivaqua en remplace des milliers chaque année) et/ou dans les nombreuses conduites en plomb des habitations anciennes. Dans ce cas, il est déconseillé de boire l'eau qui y aurait stagné par exemple la nuit ou après une longue absence. Il suffit de rincer un peu les canalisations d’abord en faisant couler l'eau dans une bassine pour arroser les plantes par exemple ou en tirant la chasse des toilettes. Un bon indice pour savoir si l’eau a suffisamment coulé ou pas est la température de l’eau. Quand elle devient plus froide, c’est qu’elle provient d’une canalisation souterraine, en général à une température plus faible que celle de la maison. Le plomb peut engendrer une intoxication, appelée « saturnisme » provoquant des problèmes de santé allant de simples troubles digestifs à l’atteinte du système nerveux. 

Risques réels

Le plomb vient des conduites intérieures des maisons (souvent dans les maisons datant d’avant 1950 et non rénovées) mais pas dans l'eau distribuée. Plus d’info sur le site de Vivaqua

Comment savoir si on a des tuyaux en plomb ?

Le plomb est un métal "mou". Les tuyaux en plomb ne sont pas vissés au niveau des raccords mais sont soudés. Ils ne sont généralement pas rectilignes et peuvent être pliés (dans le coin d'une pièce par exemple). Les autres types de canalisations en métal sont rectilignes et utilisent des coudes auxquelles elles sont vissées. Les tuyaux en plastique sont généralement blancs et raccordés entre eux par des raccords métalliques.

Les résidus d’hormones

L’eau du robinet ne comporte pas d’hormones, comme en attestent les analyses réalisées par Test-achat en 2016. Si de telles substances pénètrent dans l’eau, elles seront parfaitement éliminées durant le processus de traitement. Cependant, il n’existe aucune norme légale au niveau national ou européen pour ces substances. Test-Achats a dès lors évalué leur présence pour autant qu’elle soit mesurable.

Les résidus de médicaments

Même s’il n’existe pas encore de normes, Vivaqua contrôle les résidus pharmaceutiques, visibles dans ses rapports de qualité de l’eau par communes. Il n’y a pas lieu de s’inquiéter pour le moment, mais c’est un problème qui est suivi de près notamment par le programme IMHOTEP (inventaire des Matières Hormonales et Organiques en Traces dans les eaux Patrimoniales et Potabilisables) en Wallonie. 

Les pesticides

La grande majorité des analyses montrent un taux de pesticides très en-dessous de la norme autorisée. À Bruxelles on est généralement en-dessous de 30 ng par litre de pesticides totaux. La norme maximale est à 500 ng/litre (soit 0,0005 milligramme/litre). C’est moins que ce qui est prévu pour les résidus de pesticides sur les fruits et légumes, soit 10000 ng/kilo. Des traces de pesticides peuvent donc être retrouvés en petite quantité dans l’eau courante mais l’eau embouteillée n’est pas plus épargnée. Selon une étude du CNRS à la demande de minéraliers français, 22% des eaux analysées contiennent des traces de pesticides. Le tout c’est qu’ils se situent bien en dessous de la norme !

Le calcaire, dangereux ou dérangeant ?

Le calcaire n’est pas un problème pour la santé humaine. Retrouvez la position de Aquawal, l'Union professionnelle des opérateurs publics du cycle de l'eau en Wallonie, sur le non – danger du calcaire, publié en 2019. Si vous voulez connaître la « dureté de l’eau de distribution dans votre commune » c’est-à-dire la teneur en calcium et en magnésium dissous dans l’eau, consultez l’outil  sur le site de Vivaqua.

Faut-il filtrer l’eau du robinet ?

Il n’est pas nécessaire de filtrer l’eau du robinet, elle est bonne à boire telle quelle. Cela dit, certains préfèrent utiliser des carafes filtrantes car elles permettraient de diminuer le calcaire ainsi que certains micropolluants (selon un reportage et un test de la Radio Télévision Suisse de 2016). Mais leur efficacité reste très partielle et variable et en éliminant certains éléments, la composition de l’eau s’en trouve modifiée. Certes, l’odeur de chlore disparaît mais elle disparaît aussi quand on la laisse reposer 1h dans une carafe sans filtre. Si vous utilisez une carafe filtrante, entretenez-la bien et changez le filtre selon les prescriptions du fabricant, sinon les bactéries risquent de proliférer comme le signale l’Anses.

Y-a-t-il plus de risque avec l’eau en bouteille ?

Ecoscope, la revue des médecins en faveur de l’environnement, publiait en 2013 dans "Bouteilles d'eau minérale sous la loupe – pures et saines ?" que des polluants pouvaient se retrouver dans de l’eau en bouteille. L’eau en bouteille contient plus de particules de plastique que celle du robinet (Orb Media, 2017). Ce n’est pas pour autant que l’eau en bouteille est polluée, mais elle n’est pas nécessairement meilleure que de l’eau du robinet.

Ce qui fait son succès, c’est l’effet de la publicité

L’eau en bouteille a toujours la cote grâce notamment à la publicité qui vante ses qualités et qui insiste sur la « pureté » de l’eau. « Le message qui marche, c’est la promesse de pureté, le fait d’éviter tout ce qui est dangereux. Et comme l’eau du robinet est toujours jugée potentiellement suspecte, cette méfiance profite à l’eau en bouteille », analyse Véronique Varlin, directrice de l’Observatoire société et consommation (Obsoco).

Quelques astuces pour agrémenter l’eau du robinet

Envie de changer du filet de jus de citron ou du sirop que vous y ajoutez d’habitude ? Vous pouvez réaliser une multitude de boissons en utilisant soit des fruits, soit des herbes aromatiques, ou encore en combinant les deux. Selon la saison, mélangez des fruits pressés, coupés en morceaux ou en coulis avec de l’eau du robinet. Maintenez la préparation quelques heures au réfrigérateur et voici une délicieuse limonade. Selon les goûts, accommodez avec de la menthe, du gingembre, de la cardamome, du basilic, du romarin, etc. 

Vous pouvez également faire de l’eau pétillante avec une machine dédiée qui utilise des cartouches de CO2. 

Voici quelques recettes faciles et savoureuses

Limonade oranges -menthe
Versez le jus de 2 oranges bio pressés, 2 c. à soupe de sirop d’agave bio et quelques feuilles de menthe dans une carafe d’eau. Ajoutez 1l d’eau du robinet, des glaçons. Laissez reposer puis dégustez !

Purées de fraises ou framboises-menthe
Mixez 100g de fruits en purée (fraises et/ou framboises), rajoutez 2 c. à soupe de sirop d’agave bio, quelques feuilles de menthe, ajoutez 1l d’eau du robinet, des glaçons. Un vrai délice !

Eau parfumée à la cardamome
Remplissez un pichet d’eau de 1,5 litre et ajoutez un grain de cardamome légèrement écrasé.  Après quelques heures dans le réfrigérateur, votre eau sera délicatement parfumée à la cardamome. Trois feuilles de menthe ou de coriandre feront aussi des merveilles.

Eaux aromatisée citron - menthe
Découpez et placez 3 citrons dans une carafe ainsi qu’un bouquet de menthe. Ajoutez 1l d’eau. 
Laissez reposer et dégustez

Eau aromatisée orange - cannelle 
Découpez et placez 3 oranges ainsi qu'un bâtonnet de cannelle dans une carafe. Ajoutez 1l d’eau. Laissez reposer et dégustez

Thé glacé maison
Faites une tisane que vous laissez refroidir et que vous placez ensuite au réfrigérateur en y ajoutant, si vous le souhaitez, un peu de sirop d’agave, de la menthe fraîche, du jus de citron, etc.

Grenadine alternative
Ajoutez de l’eau de fleur (comme l’eau de rose par exemple) à l’eau du robinet. Celle-ci lui donnera un parfum et du goût sans ajout de sucre. Une bonne alternative à la grenadine pour les petits ! Les eaux de fleur se trouvent notamment en herboristerie.

Le site de la Tournée Minérale regorge de plein d’autres recettes délicieuses pour fabriquer vos jus de fruits et légumes, smoothies, milkshake, mocktails sans alcool, limonades et eaux aromatisées…

Pourquoi boire de l’eau du robinet est bon pour l’environnement  ?

L’eau du robinet produit peu ou pas de déchet. À raison d’un litre d’eau en bouteille par jour, chaque personne produit 10 à 15 kilos de déchets plastiques par an (Calculs écoconso, sur base de bouteilles en plastique de 1,5 litres.) L'eau du robinet, elle, ne produit pas de déchets et permet d’éviter la pollution due au transport des bouteilles.

Or nous consommons beaucoup d’eau et c’est chaque consommation individuelle qui crée une montagne de déchets.

A chaque bouteille économisée, ce sont les impacts de leur production, remplissage, distribution qui sont évités. Comme l’illustre la vidéo de Brut nature

Saviez- vous que selon la Fédération Royale de l’Industrie des Eaux et des Boissons rafraichissantes (FIEB) en 2017, 1502 millions de litres d’eau en bouteille ont été consommés en Belgique. C’est un peu comme si en Belgique on jetait plus de 2 milliards de bouteilles d’1,5l chaque année. Un belge boit 134,1 litres d’eau en bouteille par an, une consommation qui ne fait qu’augmenter et qui fait arriver la Belgique en 5e place ex aequo avec l’Espagne au niveau européen.

Boire de l’eau dans une gourde de vient de plus en plus facile

Des fontaines publiques d’eau potable

Saviez-vous qu’il existe 27 fontaines publiques d’eau potables dans le Pentagone bruxellois et 46 en dehors ? Repérez où elles se situent sur la carte. Elles sont opérationnelles de mai à septembre. Le plan reprend aussi les lieux d'aisance (toilettes) accessibles gratuitement en ville.

Une application pour savoir où remplir votre gourde

RefillMyBottle est une carte en ligne qui identifie tous les endroits où vous pourriez entrer et remplir votre bouteille d'eau potable gratuitement ou moyennant une redevance minimale. 

De plus en plus de personnes s’engagent à boire de l’eau du robinet

L’adhésion de la Région bruxelloise au réseau « Blue Community »

Depuis le vendredi 29 novembre 2019, la région de Bruxelles-capitale a officiellement reçu son certificat de Blue Community. Le gouvernement s’est donc engagé sur trois piliers :

  • La reconnaissance et la défense du principe de l’accès à l’eau potable comme droit humain fondamental, impliquant de ne plus couper l’eau aux gens qui ne peuvent la payer,
  • L’interdiction de la vente d’eau embouteillée dans les établissements publics et lors d’événements municipaux.
  • La garantie d’approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées financés et exploités par le secteur public, et lui appartenant. 

De l’eau gratuite dans les restaurants

Free Tap Water in Belgian Restaurants est une initiative qui recense sur une carte interactive (et une application gratuite) tous les restaurants de Belgique qui servent de l’eau gratuitement aux consommateurs.

Témoignages

Le service public fédéral santé publique, sécurité de la chaîne alimentaire et environnement

 « L’eau du robinet est un liquide sous haute surveillance et peut être bue en toute sécurité. »

Test Achat

Test Achat contrôle régulièrement la qualité de l’eau du robinet. Après sa dernière campagne de mesure en 2016, l’organisation déclare : « Dans notre pays, l’eau du robinet est tout à fait bonne à boire et, dans la plupart des cas, elle est même plus saine que l’eau en bouteilles qui contient souvent trop de minéraux.»

En savoir plus

Etudes

Date de mise à jour: 19/05/2020