Vous êtes ici

Comparer les normes

Une norme qui vous protège

Pour éviter les effets négatifs sur la santé, les autorités fixent des normes ou des limites d’exposition aux champs électromagnétiques. 
Pour compenser les éventuelles erreurs ou données encore inconnues de la recherche, les autorités appliquent un principe de précaution. Elles fixent des limites bien plus faibles que le seuil d’apparition de l’effet biologique, c’est-à-dire le risque pour la santé. Ainsi, la Commission Internationale de Protection contre les Rayonnements Non Ionisants (ICNIRP) de l’Organisation Mondiale de la Santé a fixé comme limites d’exposition : 41,2 V/m à 900 MHz selon sa Recommandation 1999/519/CE

À Bruxelles, toutes les précautions sont prises pour éviter les risques. La norme d’exposition de 6 V/m.  Elle est donc 50 x plus basse que la norme recommandée par l’ICNIRP. 

À titre de comparaison, si vous téléphonez avec un GSM, vous vous exposez à un champ électrique d’environ 50 à 60 V/m - jusqu’à 100 V/m pour les GSM plus anciens - lors des premières secondes de la communication, quand l’appareil cherche la connexion avec l’antenne la plus proche. Ensuite, très vite, le champ électromagnétique diminue, pour atteindre une petite dizaine de V/m.

En Wallonie et en Flandre

Les normes wallonne et flamande sont comparables entre elles, même si elles ne visent pas rigoureusement les mêmes antennes. Toutes deux sont moins strictes que la norme bruxelloise de 6 V/m pour l’exposition à toutes les antennes confondues.

En Wallonie, la norme fixe un seuil de 3 V/m, par antenne, et non pour l’ensemble des antennes en un endroit donné. Elle s’applique à tous les lieux « de séjour », logements, bureaux, écoles, hôpitaux, terrains de sport…, mais exclut les garages, les balcons et terrasses, et de façon générale l’extérieur, les voiries, trottoirs…

En Flandre, un arrêté fixe le champ électrique cumulé maximal à 20,6 V/m, c’est-à-dire au même niveau que l’ancienne norme fédérale. Chaque antenne émettrice peut contribuer à ce champ global à raison de 3 V/m. Comme la norme wallonne, cette norme s’applique aux lieux de résidence, de travail et aux terrains de jeux des écoles.

Ailleurs en Europe

Voici les normes d'exposition dans d’autres pays ou villes d’Europe, pour le même type d’antennes et à la même fréquence de 900 MHz :

À Paris, la norme s’aligne sur les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé. Cependant, suite à l’inquiétude des Parisiens, la ville se fixe un objectif plus ambitieux avec une « charte de bonnes pratiques » signée par les opérateurs de téléphonie mobile : limiter à 5 V/m le niveau moyen d’exposition des Parisiens sur 24h aux antennes 2G, 3G et 4G, dans les lieux de vie fermés.

On le voit, Bruxelles n’est pas à la traîne en matière de prudence !
 

Date de mise à jour: 25/11/2021