Vous êtes ici

Je fais moi-même (DIY)

Alimentation, produits d’entretien, produits de beauté, bijoux, déco... C’est fou ce qu’on peut faire soi-même avec un peu de temps et d’imagination.

1. Cuisinez vous-même

Faire soi-même des petites préparations, c’est réduire considérablement sa consommation de plastiques et de cartons. La planète ne s’en portera que mieux. En effet, chaque année ce sont quelques 400 kg de déchets ménagers qu’un Belge génère. C’est nettement en dessous de la moyenne européenne (on n’est pas roi du recyclage pour rien), mais des efforts restent encore à faire. Même si certains déchets sont recyclables, sachez que le processus coute énormément cher. Ainsi, la plupart finissent à la décharge générant une forte émission de CO2. Quant aux emballages en plastique, ils atterrissent dans l’océan transportés par l’air et dégradent la flore et la faune marines.

En cuisinant vous-même, vous réduisez également de manière conséquente votre ticket de caisse. Sans compter que vous choisissez la variété, la provenance et la qualité des ingrédients. Au final, vous gagnez sur tous les plans. Et la planète et votre portefeuille vous diront merci.

Je cuisine des repas moi-même au lieu d’acheter des plats préparés ou à emporter 

Préparer soi-même, c’est choisir de bons ingrédients et éviter une série de composants tels que conservateurs, additifs, colorants et huile de palme. Et cela, que ce soit pour de petites préparations telles que la pâte à tartiner, les biscuits, etc. ou encore pour préparer de bons petits plats au lieu de plats préparés ou de petites préparations prêtes à l’emploi toujours suremballés.

Pourquoi ne pas vous lancer dans la production de vos propres yaourts, confitures, pains ou faire pousser quelques herbes aromatiques sur votre balcon, etc. ?

Je m’organise pour gagner du temps en cuisine 

  • Tous les produits de boulangerie se conservent parfaitement bien au frigo et au congélateur. Vous pouvez ainsi préparer de grandes quantités de pâtes à pain, biscuits ou pizzas, les diviser et conserver les pâtons au frigo ou au congélateur. Le moment venu, il n’y a plus qu’à dégeler et cuire !
  • Préparez un repas pour plusieurs fois et congelez-en une partie !
  • Avec les restes de légumes, préparez une soupe pour le lendemain.
  • Vous n’avez pas mangé tout le poulet ? Il suffit d’en faire de la salade de poulet curry fraîche pour les tartines du pique-nique.
  • Utilisez les restes pour faire des bouillons, etc

Je fais mes préparations maison telles que vinaigrettes, soupes, houmous, crêpes, biscuits, yaourts, pains, sauces,... 

Contrairement à ce que vous pensiez, faire une vinaigrette ou des petits gâteaux à la maison ne prend pas de temps.

  • Pour une vinaigrette par exemple, il suffit de mettre tous les ingrédients (huile, vinaigre ou jus de citron/lime et épaississant) dans un bocal hermétique, de secouer vigoureusement et le tour est joué. Vous pouvez aussi ajouter d’autres ingrédients comme l’oignon.
  • Pour une bonne soupe maison diététique et nourrissante, choisissez des légumes frais. Mettez-les ensemble dans un faitout et recouvrez d’eau à hauteur. Puis laissez mijoter pendant 35 à 40 minutes. Pendant les soirées d’hiver, cette préparation vous réchauffera agréablement. À consommer sans modération ;
  • Même les sablés, cookies, madeleines, muffins, petits gâteaux... peuvent être cuisinés à la maison. Invitez tout le monde à mettre la main à la pâte pour une activité en famille ludique et gourmande. De plus, vous avez la possibilité d’ajouter des ingrédients secrets pour rehausser le gout. Pour gagner du temps, préparez vos biscuits maison de la semaine le weekend. Vous économiserez votre consommation d’énergie par la même occasion. Vous pouvez tous les cuire et les conserver dans un bocal ou un tupperware hermétique. Ou cuire une partie de la pâte et congeler le reste pour une utilisation ultérieure.

Recette de cookies 100% pépites : la recette de Sylvie Droulans

Ingrédients: 85 gr de beurre doux à température ambiante - 85 gr de sucre - 1 œuf - (1 sachet de sucre vanillé – pas obligatoire) - 150 gr de farine - 1 c à c de levure chimique - 1/2 c à c de sel > Ma touche perso : du gros sel... ça donne un petit goût sucré-salé - 100 gr de pépites de chocolat

Optionnel et selon vos envies : des noix, des raisins, de la coco...

  1. Dans un saladier, mélangez le beurre et le sucre. Ajoutez l’œuf et le sucre vanillé. Versez ensuite, en plusieurs fois, la farine, la levure, le sel et les pépites de chocolat.
  2. A l’aide de vos doigts, formez des petites boules de pâte, en les posant sur la plaque de cuisson, aplatissez-les légèrement.
  3. Faites-les cuire pendant 8 à 10 min. dans un four préchauffé à 180°C.

Recette de chocopâte maison selon Taty Lauwers

Ingrédients: 200gr de chocolat - 100gr de beurre de lait cru ou non coupé en morceaux - 140 gr de purée de noisettes - 2 c.à s. d’huile de tournesol bio - Miel

Faites fondre le chocolat à la vapeur. Placez les autres ingrédients dans le bol haut du mixeur. Versez dessus le chocolat fondu et mixez le tout. Achetez le chocolat en vrac ou en grande quantité. Placez votre choco dans des pôts... réutilisables ! Source : Catherine Piette

Témoignage

Danielle : « Des pains cuits en 15 minutes »

« J’utilise ma machine à pain uniquement comme pétrisseur. Après la première levée, je prends la pâte, je la pétris un peu. Ensuite, je sépare la pâte en petits pâtons de 6 cm de diamètre (environ 70g). Je les dispose sur un papier cuisson, je les refais lever et je les cuits. Avantage : au bout de 15 minutes, j’ai d’excellents petits pains. Pas besoin d’une heure de cuisson ! »

2. Fabriquez vos produits d’entretien

Les produits « faits maison » remettent à l’honneur les ingrédients naturels et peu transformés ou plus simple dans leur composition. On compose généralement les produits maison à partir de trois ou quatre ingrédients de base, qui reviennent souvent dans les préparations. Ils sont donc faciles à réaliser une fois que l’on dispose de tous les ingrédients nécessaires.

Les produits faits maison sont plus économiques et ne contiennent pas de conservateurs ni de substances odorantes qui se libèrent dans l’atmosphère et peuvent s’avérer nocives pour la santé et l’environnement. Le « fait maison » permet également de réduire ses déchets en réutilisant plusieurs fois les mêmes contenants.

Les bons réflexes

Nettoyez régulièrement. Ainsi, la saleté n’a pas le temps de s’incruster. Fini les produits mordants : une microfibre humide suffit souvent ! Et oubliez la panoplie de produits adaptés à chaque usage. Tout bénéfice pour le portefeuille aussi ! Les produits maisons sont efficaces et non toxiques, tant qu’on suit les recettes. Attention, non toxique ne veut pas dire qu’on peut les boire ou les manger ! Dans tous les cas il faut les tenir hors de la portée des enfants. Les précautions d’usage et la conservation sont renseignées dans chaque recette.

Kit de base pour des produits maison 

Les 7 ingrédients indispensables à avoir pour faire ses produits maison :

  • Eau
  • Microfibre
  • Vinaigre
  • Bicarbonate de soude
  • Cristaux de soude
  • Savon noir
  • Savon de Marseille

À utiliser seuls ou mélangés pour fabriquer d’autres produits d’entretien écologiques : nettoyant multi-usage, liquide vaisselle, lessive, nettoyant WC, crème à récurer... Mais attention à ne pas jouer au petit chimiste ! Complétez éventuellement ces indispensables avec quelques huiles essentielles, du percabonate de soude, du sel, de l’huile de lin...Bien sûr, achetez ces différents produits en vrac ou en grands conditionnements.

Le matériel nécessaire est :

  • Un entonnoir ;
  • Des flacons de récupe (vaporisateur, flacon verseur, bidon…)
  • Une casserole un peu usée pour faire chauffer certains ingrédients (pour ne pas utiliser une casserole « alimentaire ») ;
  • Une éponge qui gratte (ou un tawashi) ;
  • Quelques microfibres.

Nettoyant multi-usage 

Plutôt que d’utiliser plusieurs produits spécialisés (pour l’évier, pour le sol, pour les taques…), un multi-usages suffit souvent largement. Vous gagnez alors de la place dans ses armoires, vous produisez moins de déchets et vous économisez le coût d’une panoplie de produits.

Le produit vaisselle 

S’il existe maintenant de très nombreux produits vaisselle écologiques, fabriquer son produit vaisselle soi-même vaut la peine : c’est facile, économique et ça réduit les déchets.

Pour faire la vaisselle à la main :

Poudres vaisselle pour le lave-vaisselle :
Attention que les recettes pour lave-vaisselle sont plus délicates à réussir. La saleté de la vaisselle, la dureté de l’eau par ex. peuvent influencer considérablement le résultat.Ces recettes utilisent des cristaux de soude, du percarbonate de sodium et de l’acide citrique.

Le produit WC 

Pour désinfecter et nettoyer les sanitaires, on fabrique son propre produit WC. Il existe en deux versions : en gel, et liquide (sert aussi dans ce cas pour les vitres et les miroirs).  Il coûte 75 à 85% moins cher qu’un produit WC du commerce.

Le produit de lessive liquide 

Vous pouvez fabriquer votre lessive liquide avec du savon de Marseille, des cristaux de soude et de l’eau. Très économique, un litre revient à moins d’1€.

La crème à récurer 

Préparer une crème à récurer minute ? Facile !

Dans un pot, on mélange :

  • 5 càs de bicarbonate ;
  • 1 petite càc de savon liquide (savon noir ménager, détergent multi-usage ou liquide vaisselle écologique) ;
  • et de l’eau petit à petit jusqu’à obtenir une pâte.

Utilisez de l’eau froide pour éviter au bicarbonate de fondre. Vous pouvez ensuite récurer éviers, robinets, cuisinière, baignoire… avant de rincer.

La crème à récurer n’est pas toujours nécessaire : une microfibre et un peu d’eau, voire additionnée de vinaigre, nettoiera déjà les taques de cuisson, les éviers…

Le débouche-évier 

Quand un évier est bouché, deux possibilités :

  • Démonter le siphon. C’est le plus efficace et souvent, le plus rapide. Nettoyage impeccable à la clé. Nécessite que le siphon soit accessible facilement et… que vous ne soyez pas rebuté à l’idée de ce que vous allez y trouver ;
  • Utiliser du bicarbonate de soude : versez-le dans le trou de l’évier en poussant un peu si nécessaire. Versez ensuite le vinaigre. Le bicarbonate et le vinaigre réagissent ensemble (réaction acide + base) de qui « attaque » le bouchon. Laissez agir quelques minutes. Quand la réaction est terminée, rincer à grandes eaux, de préférence avec de l’eau bien chaude. Répéter l’opération si nécessaire.

Témoignage

Des cours  « Des produits nettoyants ‘maison’ très efficaces, économiques et écologiques » !

Croix Rouge de Belgique : Luc Swysen, président de la section locale d’Auderghem : « Avec plusieurs bénévoles de la section, nous organisons des formations de 4 heures pour apprendre aux participants à fabriquer leurs propres produits d’entretien, économiques et non polluants. Nous leur apprenons à décrypter les étiquettes, pictogrammes et labels qui figurent sur les emballages, la nature des composants, etc. Et surtout, les participants repartent avec les recettes de sept produits fabriqués avec eux lors de la session, ainsi que les bonnes adresses où trouver les ingrédients. Les recettes portent sur un ‘nettoie-tout’, les liquides vaisselle et lave-vaisselle, les lessives pour le blanc et la couleur, la crème à récurer, un désodorisant intérieur, un détartrant WC, et enfin un produit pour entretenir les meubles en bois. Les produits sont emportés par les participants dans des contenants réutilisables, nous participons ainsi à la réduction des déchets. »

  • Infos : les cours se donnent à l’Avenue Henry Schoofs, 1 à 1160 Auderghem, accessible en transports en commun. Voir aussi : www.croixrougeauderghem.be

Laurianne : « Nous limitons au maximum nos déchets »

« Notre recette de lessive zéro déchet ? Du savon de Marseille, de l’huile essentielle de lavande et du bicarbonate de soude. C’est vraiment facile à faire et ça marche très bien ! Pour le ménage, au lieu d’essuie-tout, on nettoie tout avec des chiffons et on essaie de recharger nos autres produits d’entretien au maximum dans des magasins en vrac. Pour se laver, on utilise des savons durs pour le corps et les cheveux, et de la pierre d’alun comme déodorant. J’utilise de l’huile d’amande douce pour me démaquiller et comme crème hydratante. C’est à peu près tout ce qu’il y a dans notre salle de bain ! »

3. Cosmétiques

Un Belge utilise à peu près 18 g de produits esthétiques chaque jour. Avec le prix exorbitant des produits (crème de jour, exfoliant, déodorant, dentifrice...), cette dépense pèse lourd dans le budget. Mais aussi pour l’environnement. En effet, la plupart des composants de nos cosmétiques sont des produits chimiques dont les impacts négatifs sur la nature ne sont plus à démontrer. Et ne parlons pas de leurs méfaits sur notre santé. La solution ? Fabriquer soi-même ses produits cosmétiques à partir d’ingrédients naturels et respectueux de l’environnement.

Fabriquer soi-même ses produits cosmétiques : rien que des bons côtés

À moins d’être un hippie, nous utilisons tous des produits cosmétiques. Des crèmes réparatrices aux déodorants en passant par les shampoings et les dentifrices, ils envahissent les placards de notre salle de bain... et nos poubelles. Alors qu’en fabriquant nous-mêmes nos produits, nous réduisons de manière conséquente nos déchets et notre empreinte écologique. Et pour cause, les contenants sont réutilisables puisqu’il suffit de les remplir avec les nouvelles préparations lorsqu’ils sont terminés.

Côté budget, la différence de prix avec un produit cosmétique industriel acheté dans un magasin est flagrante. À titre d’exemple, une crème du jour achetée dans un supermarché coute environ 15 € alors que sa version home made ne coute même pas 10 €. Sur 1 an, l’économie peut vraiment être conséquente. Et cela concerne tous les produits.

Autre avantage de fabriquer soi-même ses produits cosmétiques, on préserve son capital santé. En effet, l’on sait ce qu’il y a dedans (exit les parabènes et autres noms barbares). Et tout est 100 % naturel.

Je fabrique mes produits cosmétiques : dentifrice, déodorant, démaquillant, gommage au marc de café,... 

Puisqu’ils entrent en contact direct avec notre peau, les produits cosmétiques ne doivent pas être fabriqués à l’instinct. En effet, nous devons respecter les proportions, suivre les règles d’hygiène pour éviter les réactions allergiques et les irritations. Des sites (comme www.sange.be ) et des tutos expliquent clairement les étapes à suivre.

Mais pour être sûr de faire un sans faute, il est préférable d’assister à des ateliers sous la supervision de professionnels, du moins la première fois. De toute manière, on ramène chez nous le produit que l’on a confectionné, donc au final ce n’est ni une perte de temps ni une dépense superflue.

Par ailleurs, la manipulation des ingrédients nécessite une hygiène irréprochable. Comme se laver les mains avec un savon doux et aseptiser les accessoires (bol, spatule, balance...) avec de l’alcool.

En outre, les produits cosmétiques doivent être conservés dans des contenants parfaitement hermétiques et dans un endroit frais pour éviter les germes et les bactéries. En prenant soin bien entendu de coller une étiquette indiquant le nom du produit et sa date de fabrication.

Last but not least, l’on doit respecter le délai de conservation sous peine de mettre notre santé en danger.

Je récupère le marc de café (entretien des meubles, anti-odeur, etc.) et les cendres (nettoyage du poêle) 

Je fabrique mon liniment 

Le liniment oléo-calcaire est une émulsion d’huile d’olive et d’eau de chaux. Il possède des propriétés nettoyantes, hydratantes, nourrissantes et apaisantes. C’est le soin naturel idéal pour nettoyer les fesses de bébé. Mais aussi pour toute la famille. « Recette de liniment »

4. Jardinage

Qui n’apprécie pas de manger des légumes fraîchement cueillis ? Cultiver ses légumes et plantes aromatiques à la campagne est assez courant, mais en ville, c’est une autre histoire… Entre les gratte-ciels, les parkings et les centres commerciaux, difficile de trouver un espace vert. Heureusement pour nous, les potagers collectifs sont devenus réalité dans plusieurs villes belges. Les alternatives au jardin potager sont aujourd’hui nombreuses en milieu urbain. Cultiver ses légumes et plantes aromatiques dans un potager ? C’est l’occasion de renouer avec la nature et de se régaler !

Je cultive mes légumes et plantes aromatiques dans un potager (individuel ou collectif) 

Cultiver ses légumes et plantes aromatiques dans un potager est une solution, mais n’apparaît pas comme une évidence pour un citadin.

  • Un balcon, une terrasse et même le rebord d’une fenêtre peuvent pourtant devenir votre petit potager individuel. Vous pouvez même installer une desserte à roulettes (pour suivre aisément les rayons du soleil) ou des jardinières suspendues dans votre salon et faire pousser des tomates cerises ou des herbes aromatiques. C’est original, et plus qu’agréable en guise de décoration d’intérieur.
  • Autre alternative, les jardins collectifs. Actuellement, on recense près de 324 potagers collectifs à Bruxelles. Leur succès n’est plus à prouver et ces espaces verts ont littéralement modifié le visage de certains quartiers.
  • Cultiver quelques légumes et plantes chez vous permet d’avoir toujours à portée de main des ingrédients frais et bons pour votre santé. C’est également un beau geste écologique qui préserve la biodiversité et protège l’environnement. Vos plantes absorbent le dioxyde de carbone, libèrent de l’oxygène et luttent contre le réchauffement climatique en réduisant la chaleur et les risques d’orages. D’ailleurs en associant légumes et plantes aromatiques dans votre potager, vous contribuez à maintenir la biodiversité. Et pour cause, les plantes aromatiques attirent les pollinisateurs et les insectes utiles comme les papillons tout en repoussant les nuisibles.
  • Pour rester dans le thème de l’environnement, cultiver des légumes et plantes aromatiques dans un potager vous transforme en locavores. Ce qui veut dire, plus de camions qui émettent du CO2 et produisent des nuisances sonores, plus d’emballages pour optimiser la conservation des légumes du producteur au consommateur... Enfin, cela permet d’assurer la fertilité du sol.

Je prépare mes décoctions pour le jardin (purin d'orties, etc.) 

Comment préparer des décoctions d’ail, de consoude, d’ortie, de prêle, de rhubarbe et de tanaisie ? Ces préparations permettent d’extraire les principes actifs des plantes qui serviront ensuite d’engrais ou de traitement au jardin ou au potager. Les décoctions viendront renforcer certaines plantes ou les débarrasser des maladies fongiques ou cryptogamiques (dues à des champignons). Une manière écologique et économique de remplacer les pesticides ! « Comment faire des décoctions pour le jardin ? »

5. Recup/bricolage

S’amuser à détourner l’usage des objets, trouver des idées sur les réseaux sociaux de partage d’images et laisser libre-court à son imagination. Un art qui se pratique avec les objets du quotidien, mais aussi avec des tissus ou d’anciens vêtements, qui peuvent être déclinés selon vos envies. Et si vous aimez combiner technologie et travail manuel, rendez-vous dans un Fab Lab (« Fabrication Laboratory ») bruxellois : vous y bénéficierez d’outils et de conseils de pro. Le zéro déchet, c’est aussi cultiver les plaisirs créatifs !

Date de mise à jour: 27/02/2019