Vous êtes ici

J’achète ou je trouve en seconde main, donnerie, givebox

arnaud_ghys-4810.jpg

La seconde main a le vent en poupe ! Elle répond à tous les besoins ou envies : vêtements mais aussi meubles, décoration, etc. Les possibilités existent tant en boutiques que sur Internet. Et en plus d’être moins cher, le réemploi est tendance et meilleur pour l’environnement.

Il est fini le temps où seconde main rimait avec « charité ». Grâce à une professionnalisation grandissante du secteur, elle propose aujourd’hui une vraie alternative à la consommation effrénée et à l’usage irrationnel des matières premières et de l’énergie. Il n’y a pas qu’un seul profil chez les adeptes de la seconde main, chacun peut y trouver son bonheur !

Pourquoi acheter en seconde main ?

Si la récup’ se développe rapidement, c’est parce qu’elle comporte plusieurs avantages :

  • C’est moins cher que du neuf : La seconde main permet à de nombreuses personnes d’accéder à des produits qu’elles n'ont pas les moyens ou l'envie d'acheter neufs. Le prix des objets d’occasion est généralement très intéressant ce qui représente une vraie solution pour les petits budgets.
  • C’est de qualité : les objets vendus en seconde main sont souvent de bonne voire de très bonne qualité. De quoi acheter du haut de gamme au prix de l’entrée de gamme (notamment : labels Rec’up pour les magasins, ElectroRev pour les électros<).
  • C’est meilleur pour l’environnement : Le réemploi offre des bénéfices directs pour l’environnement. Réutiliser un objet ou un appareil permet, d’une part, d’éviter qu’ils ne deviennent des déchets et d’autre part, de ne pas en acheter neuf, soit une sacrée économie de ressources (matières premières et énergie nécessaires à la fabrication de l’objet neuf). C’est particulièrement vrai pour les appareils électriques et électroniques, dont la fabrication a le plus d’impact sur l’ensemble de leur cycle de vie.
  • C’est vintage: On trouve en seconde main des objets uniques qu’on ne trouvera dans aucune chaîne de magasins neufs ! Une malle des années 20, un meuble des fifties, une jupe de l’époque flower power...De quoi se démarquer et être original.
  • Ca fait vivre tout un secteur de l’économie sociale : La collecte, la réparation, la distribution et la revente de vêtements et d’objets créent des emplois. Près de 5000 personnes travaillent dans les métiers du recyclage et de la récupération en économie sociale. C’est aussi un secteur très actif dans la formation et la réinsertion de personnes en difficulté.

Qu’est-ce qu’on trouve en seconde main ?

L’achat en 2ème main s’applique à de plus en plus de produits qui deviennent de plus en plus facilement accessibles : du mobilier, de la décoration, des textiles, des jeux, des jouets, des livres, des vélos, des matériaux de réemploi, du gros et petit électroménager, du matériel informatique ou électronique…

Où acheter des objets de seconde main ?

  • Dans des magasins d’économie sociale. De nombreuses initiatives bruxelloises assurent la récupération et la revalorisation de divers produits. La plupart de ces projets s’intègrent dans une démarche sociale et environnementale. Pour les découvrir, il suffit de surfer sur le site de Ressources. Cette association fédère les acteurs d'économie sociale des Régions wallonne et bruxelloise actifs en matière de récupération, réparation, recyclage et revente des produits en fin de vie. Retrouvez les magasins d’économie sociale près de chez vous et participez à la fête de la recup organisée par Ressources chaque année en mai.
  • Dans des magasins ou évènements privées tels que des magasins de dépôt-vente, des boutiques de seconde main, des bourses (ligue des familles, écoles, etc.) , des brocantes (brocantes.be) , des marchés vintage (Brussels Vintage Market), des vide-dressing, …
  • Sur des sites d’enchère sur Internet (2emain.be, >ebay.be, etc.), des petites annonces (quefaire.be), Facebook regorge aussi de groupes de « vente en seconde main », « vide dressing », « brocantes », « donneries en ligne » entre particuliers…

Comment faire du réemploi, gratuitement ?

Vous pouvez acheter des objets en seconde main mais également les trouver gratuitement dans des donneries ou giveboxes. Le principe de ces initiatives est le don d’objets utiles dont on n’a plus l’usage, sans aucune obligation de réciprocité. Une condition : que ce soit en bon état. Les objets divers que vous n’utilisez plus peuvent ainsi trouver une seconde vie.

  • Les donneries sont souvent virtuelles à l’initiative de citoyens ou de communes. Après s’être inscrit à une mailing list, les dons et demandes se font par mail : soit vous proposez quelque chose à donner, soit vous demandez un objet et toutes les personnes inscrites à la donnerie recoivent alors les différentes offres et demandes. Si un objet vous intéresse ou si vous possédez un objet dont une personne a besoin, il vous suffit de lui répondre directement par mail. Le réseau des consommateurs responsables (RCR) a développé une cartographie reprenant toutes les initiatives citoyennes (SEL, potagers, GAC, repair cafés, RES, etc.) en Wallonie et à Bruxelles sur laquelle vous retrouverez facilement toutes les donneries proches de chez vous !
  • Les « give-boxes » sont des armoires mises en place par des citoyens, des écoles, des communes qui facilitent également le dons d’objets entre personnes et qui peuvent être thématiques (rentrée des classes, fêtes, etc.)
  • Les boites à livres ou "boîtes à lire" ou encore "bookboxes" sont des mini bibliothèques de rue où chacun peut déposer ou prendre des livres gratuitement. Découvrez les boites à livres de votre quartier sur cette carte interactive développée par Vivre ici .

Trouvez toutes ces initiatives répertoriées dans nos bonnes adresses !

L’upcycling, une affaire de designer ?

L’upcycling propose de transformer des objets que nous n’utilisons plus pour leur donner un nouvel usage en visant une plus-value (« up » en anglais) : transformer, par exemple, une vieille porte en table à manger, des palettes de chantier en table de salon ou en rangement à chaussures, des caisses à vin en bibliothèque. A Bruxelles, il existe de multiples associations plus créatives les unes que les autres qui peuvent vous apporter aide et conseils. Une visite au Re:Creation Hall vous donnera une idée des possibilités et du nombre de cerveaux créatifs à Bruxelles !

Des biens de consommation sous garantie

Tout vendeur professionnel, qui vend un bien de consommation, à usage privé, à une personne, est tenu d'offrir une garantie légale de 2 ans, qui commence à courir au jour de la vente. Néanmoins, si le bien est un bien d'occasion, il peut la limiter à 1 an à la condition que cette limitation soit clairement indiquée dans les conditions de vente.

Des labels de qualité

Le secteur de l’économie sociale s’engage à garantir des produits et services de qualité via un système de labélisation.

  • ElectroREV, l'électroménager de seconde main révisé

Le label electroREV assure aux clients la qualité des appareils électroménagers récupérés et valorisés par l'économie sociale. Une garantie d'un an est proposée sur les gros électroménagers, qui sont vendus en moyenne au tiers du prix du neuf équivalent. Cette activité s’inscrit dans le développement durable : lutte contre l’obsolescence programmée, réduction des déchets, création d'emplois locaux, formation de stagiaires, service professionnel et prix accessibles à tous. www.electrorev.be

 

  • Rec'Up, qualité garantie

Le label Rec’Up définit des critères d’organisation qui garantissent la qualité des produits et services proposés par les entreprises d’économie sociale actives dans la collecte, le tri, la réutilisation, la valorisation et le recyclage de biens. Ces entreprises s’inscrivent dans une démarche globale d’amélioration continue, à la fois économique, environnementale et sociale. La charte Rec’Up comprend 120 normes qualité garantissant des produits et un service impeccable, au juste prix. www.rec-up.be

 

  • Solid'R, + qu'un don

Le label Solid’R identifie les entreprises qui répondent aux critères d’économie sociale, garantit la finalité sociale et la gestion éthique des dons qui leur sont faits. Les entreprises Solid’R s’engagent au respect de règles éthiques et à leur contrôle annuel par un organisme indépendant, Forum Ethibel.  Confier ses textiles à une entreprise labellisée Solid’R, c’est la garantie de + de récup’, + d’emplois et + de solidarité. www.solidr.be

 

  • VéloCyclé

VéloCyclé est un label pour les vélos de seconde main vendus dans les ateliers vélos. Ils sont révisés puis classés selon un système à 3 étoiles. Un vélo vélocyclé « 3 étoiles » :

  • a été vérifié sur 82 point différents ;
  • a des pneus, des freins et des chambres à air neufs ;
  • est également garanti 6 mois.

http://velocycle.lheureuxcyclage.be/

Témoignage

Catherine Legein, responsable communication des Petits Riens

Les 27 magasins des Petits Riens à Bruxelles et en Wallonie offrent une expérience de shopping accessible, fun et agréable pour tous. "C’est une offre de qualité à prix réduits avec un très large choix de marchandise organisée par thèmes et renouvelée constamment, on y trouve de quoi réinventer sa garde-robe ou décorer sa maison…tout en consommant utile ! Car acheter ou donner ses vêtements, livres, objets et meubles aux Petits Riens c’est aussi s’engager dans une démarche à la fois durable, sociale et solidaire. Plus de 85% des 8000 tonnes de dons triés chaque année, sont réutilisés, plus de 500 personnes sont accompagnées chaque jour en insertion professionnelle et l’entièreté des bénéfices (près d’un million d’euros par an) est utilisée pour financer des projets sociaux (maisons d’accueil, centre d’accompagnement social ou restaurant social)."

La boutique rue Haute 188 dans le quartier des Marolles qui offre vêtements femme, articles rétro, accessoires, mercerie.

Curieux ? Poussez la porte d’un magasin près de chez vous !

Observatoire de la réutilisation

RESSOURCES publie chaque année son Observatoire de la réutilisation qui synthétise des concepts et des données clés du secteur et présente l’activité des entreprises d’économie sociale actives dans le réemploi, les emplois qu’elles génèrent et les activités développées au service du citoyen. Ces entreprises participent à la réduction des déchets par leurs activités de récupération, réutilisation et valorisation des biens qu’elles collectent. En outre, un zoom est réalisé sur 4 filières de produits : textiles, encombrants, DEEE (Déchets d’Equipement Electrique et Electronique) et vélos.

Consultez l’Observatoire de la réutilisation Wallonie-Bruxelles édition 2017

Visionnez l’Observatoire en infographie 2018

Date de mise à jour: 04/04/2019