Vous êtes ici

Je choisis des objets qui auront une longue durée de vie

Bien choisir augmente la durée de vie

Selon l’Ademe, 2019, de 50 à plus de 90% de l’impact environnemental d’un produit vient de sa fabrication. Autrement dit, c’est au moment de l’achat du produit qu’on pollue plus qu’au moment de son utilisation. Bonne raison pour garder vos produits et appareils le plus longtemps possible !

Avez-vous besoin de cet objet ?

On ne le répètera jamais assez, avant de choisir un objet, demandez-vous si vous en avez vraiment besoin. N’avez-vous pas déjà un objet similaire ? Est-ce qu’une personne de votre entourage ne pourrait pas vous le prêter (voisin.e, ami.e…) ? Sinon vous pourriez peut-être aussi le louer auprès d’un service dédié ? Il existe de plus en plus de possibilités de louer des objets : voiture, trottinette, tonnelle, perceuse, remorque, vélo, vêtements de cérémonie…

Remplacer un objet par le service que cet objet procure, c’est ce qu’on appelle l’économie de la fonctionnalité.

Plus d’info sur la page « J’emprunte, je loue, je prête, je partage »

Si vous avez néanmoins besoin d’acheter un appareil, comment arrêter son choix sur un produit qui « va durer longtemps » ?

  • Évitez les produits complexes
  • Préférez des produits simples
  • Évitez les produits connectés
  • Évitez les produits sans fil (mais avec batterie intégrée)
  • Préférez des produits polyvalents
  • Vérifiez que l’appareil utilise des accessoires et consommables standards
  • Choisissez un appareil avec une longue garantie
  • Choisissez un appareil avec un support ou des mises à jour qui durent
  • Renseignez-vous sur la fiabilité du produit (ou de la marque)
  • Estimez la solidité d’un objet

Évitez les produits complexes

C’est bien simple plus un objet est complexe, plus il risque de tomber en panne. Tout produit qui contient des capteurs, des moteurs, des pièces en mouvement, ou des écrans de contrôle est susceptible de tomber en panne à cause d’un ou de plusieurs de ces éléments. Une cafetière à expresso est un bon exemple de produit complexe : pompe, moteur, capteurs (pour vérifier s’il reste de l’eau, du café…), multiples fonctions… autant d’éléments dont la détérioration entraîne la panne de la machine. Une cafetière « moka » ne contient aucun de ces éléments. À part le joint d’étanchéité, rien ne risque de tomber en panne.

Une machine à expresso et une cafetière italienne « moka ».

Préférez des produits simples

Dans la même idée, il est important de préférer des appareils simples, sans batterie ou sans électronique compliquée si ce n’est pas nécessaire. Un pèse personne mécanique ne demande pas de pile et ne tombera jamais en panne à cause de l’électronique. Certes ça ne mesure pas le taux de muscle et ça ne retient rien, mais ça donne le poids et continuera à le donner dans 30 ans. 

Évitez les produits connectés

Les objets connectés (que l’on peut piloter à distance avec un smartphone par exemple) doivent généralement être connectés au site Internet du fabricant chez qui vous devez créer un compte ou télécharger l’appli spécifique pour pouvoir fonctionner. Autrement dit, si le fabricant arrête le service, l’objet devient un déchet. Vous êtes est donc dépendant du bon vouloir du fabricant ou de la mise à jour de votre téléphone. En 2020 un grand fabricant d’enceintes connectées a voulu rendre inopérants ses vieux modèles qui pourtant fonctionnaient toujours très bien. Devant la levée de boucliers, il a heureusement dû faire marche arrière («Sonos is getting rid of the controversial Recycle Mode that needlessly bricked its older devices» sur The Verge  (ENG) ).  

Typiquement, sont concernés les bracelets d’activités, les caméras de surveillance, tous les appareils sans bouton ou sans panneau de commande (uniquement utilisables avec son téléphone, comme des enceintes bluetooth par exemple), des télécommandes universelles (configurables uniquement en ligne), des capteurs de qualité de l’air, des ampoules connectées qui changent de couleur en utilisant l’app dédiée etc.

Évitez les produits sans fil (mais avec batterie intégrée)

Évitez aussi les produits sans fil si le côté nomade n’est pas nécessaire. Sans fil veut dire avec batterie, c’est-à-dire un élément qui a bien souvent une durée de vie plus faible que celle du produit dans lequel elle se trouve. 

C’est la même chose pour les casques sans fil, les enceintes sans fil, les claviers et souris sans fil, les aspirateurs sans fil… autant d’appareils dont il faudra changer la batterie à un moment ou un autre. Ces batteries ne sont jamais standard, voire parfois tout simplement inaccessibles. 

Exemple du démontage d’une enceinte connectée pour en changer la batterie. Ce n’est pas impossible, mais ça demande beaucoup de doigté pour ne rien abîmer.
Source : Ifixit.

Si vous choisissez un appareil nomade, préférez ceux dont la batterie se remplace facilement ou, mieux, ceux qui fonctionnent avec des piles rechargeables.

Préférez des produits polyvalents

Enfin, des produits polyvalents sont à privilégier. Plutôt que d’avoir un extracteur de jus, un mixer, un batteur et une râpe électrique, un robot ménager peut faire tout cela. Moins bien généralement que chaque appareil spécialisé (moins vite, moins de quantités…), mais pour un usage ponctuel, c’est suffisant. Si vous le trouvez en seconde main, c’est encore mieux.

Un robot mutlifonction (à gauche) peut remplacer un blender, un mixer, un robot classique, un extracteur de jus, une râpe…

Vérifiez que l’appareil utilise des accessoires et consommables standards

Vérifier que l’objet que l’on convoite utilise des consommables et accessoires standards. L’appareil utilise-t-il des piles facilement disponibles ou bien utilise-t-il des piles boutons plus difficiles à trouver ? La batterie de l’appareil existe-t-elle pour d’autres produits de la marque ou est-elle spécifique à ce modèle ? Si c’est un ordinateur, a-t-il encore des ports USB normaux, une prise HDMI, un lecteur de carte… ou bien faudra-t-il acheter des adaptateurs ? Si c’est un aspirateur, trouve-t-on facilement des sacs compatibles ? Pour une imprimante, est-ce qu’elle utilise des cartouches ou des réservoirs à remplir ?

Un ordinateur portable avec deux ports USB et une prise casque. On ne peut pas brancher grand-chose, hormis des accessoires sans fil.
Source : Notebookcheck.net.

Une imprimante qui utilise des flacons d’encre plutôt que des cartouches spécifiques.

Choisissez un appareil avec une longue garantie

La garantie légale est de deux ans. C’est assez limité, d’autant que la loi prévoit que c’est à vous de prouver que le défaut était préexistant, si la panne intervient après 6 mois. Ce qui est pour ainsi dire impossible.

Préférez donc des appareils qui ont une longue durée de garantie commerciale (3, 5, 10 ans…). Cela donne une idée de la confiance que le fabricant a dans ses produits ! Vérifiez quand même ce que couvre cette garantie : uniquement le moteur, toutes les pièces, avec intervention chez vous, ou bien uniquement en renvoyant l’objet…

Choisissez un appareil avec un support ou des mises à jour qui durent

Regardez aussi si le fabricant met en avant la disponibilité de pièces détachées dans sa communication. Ou allez voir sur son site si des pièces détachées sont disponibles. 

Le GIFAM en France a fait une synthèse de la durée de mise à disposition de pièces détachées par les fabricants de gros électroménagers (.pdf). Si des pièces sont facilement disponibles, c’est que le fabricant se soucie de la réparabilité de ses produits. Certaines marques de sacoches pour vélo par exemple proposent encore des pièces pour des sacoches qui ont 20 ans. Ou des marques qui vendent des pièces détachées pour des cafetières qui ont plus de 10 ans ou des accessoires pour des mixers des années 70 (exemples vécus !). 

Logo produit réparable 10 ans

Exemple de « label » d’une marque d’électroménager française.
Source : Groupe Seb

Un exemple de pièces détachées disponibles pour des sacoches vélo sur le site du fabricant, 20 ans après le lancement du modèle.

Plus d’infos sur la réparation (e.a magasins de pièces détachées).

Vous pouvez aussi opter pour des labels qui intègrent dans leur cahier des charges des critères liés à la « durée de vie » comme (critères de réparabilité, disponibilité des pièces détachées...). Par exemple,  Ange Bleu (généraliste), Epeat (informatique), TCO (informatique) ou l’éco-label européen (généraliste) sont autant de labels qui intègrent cet aspect-là.

Pictogramme Ecolabel européen

Label EPEAT

Label Ange Bleu

Label TCO

Idéalement il suffirait de suivre un label de qualité qui intégrerait la durée de vie estimée du produit comme critère principal. Des initiatives commencent à voir le jour comme Longtime. Ce label intègre 43 critères à respecter pour qu’un produit puisse être considéré « à longue durée de vie ». Il n’y a cependant pas encore beaucoup de produits labellisés à ce stade. En effet en octobre 2020 quatre produits figurent au palmarès des produits labellisés dont un aspirateur, un radiateur et… deux détecteurs de métaux.

Pour les smartphones, vérifiez que le système d’exploitation (iOS pour les IPhones, Android pour les autres) sera mis à jour pendant encore un certain temps pour éviter l’obsolescence logicielle. Pour Android préférez Android 9, 10 voire 11 qui sera mis à jour pendant encore quelques années. Un smartphone qui n’est pas à jour continuera de fonctionner mais il sera plus exposé aux failles de sécurité, ce qui généralement signe sa fin de vie. Par ailleurs utiliser un smartphone dont le support s’est arrêté n’est pas conseillé.

Renseignez-vous sur la fiabilité du produit (ou de la marque)

En l’absence de label, ce sera à vous d’essayer de savoir si l’appareil ou l’objet que vous convoitez est de « bonne qualité ».

Le plus simple est de vous renseigner sur des sites spécialisés où vous pourrez trouver des tests fiables et objectifs. Par exemple :

En l’absence de tests, vous pouvez aussi lire les commentaires (négatifs surtout) sur les sites de vente en ligne. Cela vous permettra de vous faire une idée de la qualité de ce que vous voulez acheter. De nombreux clients reviennent souvent modifier leur avis si l’appareil tombe prématurément en panne, par exemple. Attention, l’objectivité des avis déposés n’est pas garantie et vous y trouverez un peu de tout, mais ça donne parfois une bonne idée de la qualité générale d’un produit.

Vous pouvez aussi vous baser sur des enquêtes de fiabilité établies par marque. Par exemple auprès de HOP (Halte à l’Obsolescence Programmée) ou sur www.produitsdurables.fr. Test-Achats a également un projet de signalement des appareils trop vite usés : « Trop vite usé ».

Enfin, Internet regorge de tests d’objets en tous genres. Une recherche rapide avec des mots-clés comme « test », « avis », « review » vous donnera souvent de nombreux résultats de qualité variable.

Estimez la solidité d’un objet

Enfin, sans label, sans test, sans avis de consommateurs, il vous reste à estimer vous-même la qualité d’un objet. Il n’existe pas de méthode générale, c’est un peu au feeling !

Pour des appareils électriques et électroniques

Pour un appareil complexe qui pourrait tomber en panne, vérifiez qu’il soit démontable. Regardez s’il y a des vis accessibles. Si c’est collé ou soudé, ça veut dire que la réparation sera difficile, voire impossible. Par exemple, pour un GSM, c’est mieux si la batterie est accessible et remplaçable sans devoir tout décoller ou tout démonter. Un site comme ifixit.com donne également une cote de réparabilité ainsi que des tutos de démontage de pleins d’appareils différents.

Vérifiez que l’objet semble solide, qu’il ne plie pas quand vous le prenez en main. S’il y a des charnières, vérifiez qu’il n’y a pas de jeu et qu’elles ne plient pas quand elles sont mises à l’épreuve.   S’il y des coutures, tirez dessus pour voir si elles se donnent déjà ou bien si au contraire elles ne bougent pas. La qualité de la tirette est aussi un point important. Si la languette plie facilement ou si la tirette a du mal à coulisser, méfiance…

Est-ce qu’il faut toujours garder un appareil longtemps ?

La plupart du temps, oui. C’est surtout vrai pour des appareils qui consomment peu à l’utilisation mais beaucoup à la fabrication.

Dans le cas de certains appareils qui consomment beaucoup d’énergie, comme des frigos ou congélateurs, il est parfois intéressant de remplacer un modèle de plus de 10 ans qui était de classe B ou C par un A+++. C’est l’objet de cette étude de l’Ademe (.pdf) qui mesure l’impact environnemental des actions de réparation/réemploi/réutilisation. Par exemple : vaut-il mieux acheter un réfrigérateur d’occasion de 5 ou 10 ans ou un neuf ? Réparer sa chaudière à gaz ou la remplacer par une chaudière à condensation ? Réparer un vélo avec des pièces neuves ou en acheter un nouveau ? Réparer son smartphone cassé ou en acheter un neuf ? etc.

Vous pouvez aussi essayer de l’estimer vous-même : des méthodes de calcul existent.

Le Fairphone, un OVNI durable dans le monde des smartphones

La durée de vie d’un smartphone est souvent estimée à 2 ans. Actuellement elle serait de 3 ans aux USA. Pourtant un téléphone, si on en prend soin, peut tenir bien plus longtemps que ça. Pour son Fairphone 2, sorti en 2015, l’entreprise compte encore le mettre à jour en 2020 avec une version d’Android qui recevra encore les mises à jour de sécurité jusqu’en 2023. Soit une durée de vie potentielle de 8 ans. Le gros avantage est que le téléphone est facilement réparable soi-même.

La situation à Bruxelles (législative, actions de la Région, projets en cours, adresses)

Pour aller plus loin

Chiffres

147 millions d’appareils électriques et électroniques vendus par an, en Belgique ! (source : Bruxelles Environnement).

L’infographie illustre la consommation en Belgique ou chaque année de nombreux produits sont consommés.

Au travers de quatre vignettes de couleur bleu/vert, il y est décrit la consommation d’un type de produit de manière globale et au sein d’un ménage.

Ainsi la première vignette consacrée au nombre de piles vendues par an informe qu’elles sont au nombre de 205 millions, soit 42 par ménage.

La seconde vignette consacrée aux emballages ménagers vendus par an indique qu’ils sont au nombre de 781 tonnes, soit 146kg par ménage.

La troisième vignette consacrée aux appareils électriques et électroniques vendus par an indique qu’ils sont au nombre de 147 millions, soit 28 par ménage.

La dernière et quatrième vignette consacrée aux vêtements vendus par an indique qu’ils sont au nombre de 112 tonnes, soit 21,4kg par ménage. 

L’infographie se clôture sur la conclusion que les consommations individuelles pèsent lourd sur la planète.

Date de mise à jour: 20/11/2020