Vous êtes ici

La couleur

C’est un des premiers indicateurs visuels de la santé de votre sol. La couleur d’un sol est à la fois représentative de sa composition - argile, limon, sable - mais également de la présence de matière organiques et de minéraux dont certains sont nécessaires au bon développement des plantes.

 

 

 

 

 

Quelques exemples : 

  • Le noir signifie la présence de matières organiques dans le sol. Au plus on descend en profondeur, au moins on en trouve. C’est lié aux apports réalisés en surface (fumier, feuilles mortes, compost, etc.). Plus les apports sont réguliers et de quantité adéquate, plus la couche noire fertile est épaisse.
    • Une couche supérieure du sol foncée signifie donc un sol riche en matières organiques qui permettra de meilleures cultures.
    • Attention vous pouvez également retrouver une couche noir de type charbon. Cette dernière correspond à des cendrées qui elles sont pollués. 
  • La présence de fer est représentée par des couleurs vives. On observe alors des couleurs contrastées et différentes en fonction de la forme sous laquelle le fer se trouve dans le sol :
    • teintes gris-vert : le sol est gorgé d’eau et est impropre à la culture.
    • taches de rouille : il s’agit d’une zone de battement de la nappe. C’est-à-dire une zone alternativement sèche ou sous eau.
  • Les couleurs pâles indiquent un appauvrissement du sol en éléments colorants (fer, argiles, matière organique,…). Elles sont associées à un manque d’apport en matière organique et/ou à un sol ayant subi du lessivage (terre laissée à nu pendant une longue période). 
    • Un sol pâle devra être enrichi en matière organique afin d’en améliorer sa composition pour permettre une culture plus productive.

Découvrez le test pratique pour décrypter la couleur de votre sol grâce à l’indice de la qualité de sol bruxellois.

 

 Page suivante : la texture

Date de mise à jour: 17/02/2021