Vous êtes ici

Cultiver en bac

Le bac potager est une option intéressante si vous souhaitez faire pousser vos légumes à la maison si vous n’avez pas de jardin ou que la terre n’est pas bonne. Le substrat est séparé du sol. 

Voici quelques conseils pour la création, l’installation et l’entretien de votre bac potager !

Comment faire un bac potager ?

Le type de bac potager dépendra en grande partie de l’espace et des moyens dont vous disposez. 

Vous pouvez décider de le créer vous-même, en trouvant l’inspiration sur internet, ou faire appel à un entrepreneur de jardin ou un atelier de menuiserie, ou encore acheter un bac tout fait dans une jardinerie.

Les possibilités de choix de matériaux sont très nombreuses. Le choix du matériau influencera le type de terre ou de substrat à mettre dans votre bac :

  • dans les bacs en métal, la terre peut se réchauffer sensiblement, 
  • dans les bacs en terre cuite, qui sont poreux, la terre peut s’assécher plus rapidement.

Notre conseil : 

  • Évitez tout ce qui peut être une source de pollution comme le bois traité, les pneus de voiture, etc.
  • Utilisez des matériaux non traités et à acheter du bois de production durable. 
  • Pensez aux matériaux de récupération tels que des sacs en géotextile, de la pierre, du bois raboté, du bois brut, du bois de récupération, palettes, etc.

Quel type de terre prévoir ?

Tous les types de terres ne conviennent pas à votre bac potager. Si vous remplissez simplement votre bac de terreau, tôt ou tard, vous aurez une terre lourde, envasée, difficile à travailler et où vos légumes ne pousseront pas bien.

La recette pour un bon substrat : 

  • 1/3 de compost : amender la terre avec du compost mûr (vous pouvez le faire vous-mêmes avec des déchets végétaux et organiques).
  • 2/3 de terre pure ou de terre de rempotage.

Si la terre utilisée est trop lourde, ajoutez éventuellement du sable et/ou des minéraux supplémentaires sous forme de débris de lave, de pierre ou de bentonite (à trouver dans les jardineries). Le but est d’obtenir un substrat léger, bien perméable, contenant suffisamment de matière organique et de minéraux, dans lequel les plantes pourront s’épanouir.

Notre conseil : le terreau contient souvent des semences de mauvaises herbes. Vous devrez donc prendre parfois le temps de désherber votre bac.

Si vous n’avez pas de terre ni de compost, vous trouverez dans les jardineries :

  • Du terreau : c’est un substrat végétal spécialement conçu pour cultiver des plantes en pots ou en bacs. Il offre un sol idéal pour les plantes et contient souvent des engrais qui offrent des nutriments pendant un certain temps. Le terreau contenant de la tourbe est à éviter car il représente un désastre écologique.
  • Un amendement pour sols : c’est un mélange de matière organique et d’autres substances. Il peut être ajouté à une terre existante pour en améliorer la fertilité, la structure et l’humidité. Le but n’est donc pas d’y mettre les plantes directement.
  • Des engrais : ils apportent les nutriments nécessaires aux plantes. Il existe des engrais naturels (organiques) et des engrais chimiques. Ces derniers sont à proscrire car ils contribuent à la perturbation de la vie du sol et au changement climatique.  D’autre part, en cas de surdosage, vous risquez des problèmes de surfertilisation ou d’accumulation de sels.

Comment remplir un bac potager ?

Il s’agit de constituer une sorte de “lasagne” de plusieurs couches :

  • Vérifiez d’abord que l’excédent d’eau puisse s’évacuer par les ouvertures entre les planches ou par un orifice de drainage. Les plantes n’aiment pas trop avoir les pieds dans l’eau !
  • Pour éviter que la terre ne soit emportée par l’eau, vous pouvez déposer un géotextile dans le fond du bac.
  • Vous pouvez aussi prévoir une couche de drainage dans le fond de votre bac. Pour ce faire, utilisez des bouchons de liège, des branches ou des grains d’argile expansée (argex), ils permettent de garder l’humidité et les nutriments.
  • Remplissez ensuite avec le substrat. La couche devrait avoir au moins 40 centimètres d’épaisseur afin que les racines puissent pousser en profondeur. Remplissez le bac jusqu’à quelques centimètres du bord. Avoir un bord plus élevé présente l’avantage de mieux protéger les plantes basses du vent.
  • Si vous optez pour une sous-couche d’amendement pour sols et pour une couche de finition de terreau, vous obtiendrez une structure plus proche d’un sol naturel sain, enrichie d’engrais de base.

Où placer le bac potager ?

Qu’il s’agisse d’une terrasse, un balcon, un toit ou d’une cave, l’endroit sur lequel vous placerez votre bac potager demande plusieurs interrogations. 

Notamment :

  • Cet endroit est-il capable d’accueillir de lourdes charges ?
  • Est-il facilement accessible pour cultiver ?
  • Faut-il envisager une source de lumière non naturelle ?
  • Quel type de culture prévoyez-vous ?
  • Quel volume de terre y sera nécessaire ?
  • L’humidité pourrait-elle poser problème ?

Pensez-y avant de faire votre choix !

Comment l’entretenir ?

Pendant la saison de croissance, vous pouvez couvrir le substrat d’une couche de paillis, composée de litière par exemple. Cette couche permet de garder l’humidité du substrat et de limiter la croissance des mauvaises herbes.

En saison, fertilisez régulièrement le substrat, en fonction des besoins des plantes.

Arrosez régulièrement vos plantes (sans les inonder) car les bacs potagers s’assèchent plus vite que le sol en pleine terre. 

Après quelques temps, le substrat peut diminuer dans votre bac potager. Ajoutez alors du compost mûr ou du terreau.

Pour garder une terre de qualité dans votre bac, remplacez chaque année un cinquième de celle-ci par du compost frais.

Date de mise à jour: 21/05/2021