Vous êtes ici

La mesure des ondes

L’Inspectorat de Bruxelles Environnement vérifie sur le terrain que la norme est bien respectée. 

Nos agents viennent effectuer des mesures à votre domicile ou sur votre lieu de travail, sur simple demande écrite par notre formulaire de plainte (.pdf). Ils peuvent aussi décider d’effectuer des contrôles spontanés.

La méthode de mesure

À partir d’une certaine distance de l’antenne émettrice, les champs magnétique et électrique sont proportionnels l’un à l’autre. Il suffit donc de mesurer le champ électrique pour caractériser le champ magnétique et inversement.

Nous mesurons l’intensité des rayonnements réellement perçus dans tout endroit accessible au public : en voirie, dans les habitations ou sur les terrasses, etc.  

Comment se déroule un contrôle ?

  • Nous effectuons une première mesure de toutes ondes confondues à l'aide d'une sonde à large bande afin de déterminer le point d’exposition maximale ; 
  • Nous réalisons ensuite à cet endroit une mesure plus fine au moyen d'un analyseur de spectre. Cet appareil est capable de déterminer la contribution de chaque exploitant de site(s) d’antenne(s) émettant un signal vers cet endroit. L’analyseur de spectre va mesurer la densité de puissance du signal à chaque bande de fréquence active au point de mesure. Une mesure dure 2 minutes par bande et par exploitant. Ce dernier peut avoir plusieurs bandes actives ; 
  • Nous exprimons chaque valeur mesurée en % de la norme. Exemple : 0,048 W/m² à la bande 900 MHz équivaut à 50% de la norme. 
  • Nous additionnons tous les % obtenus. 

Le résultat de l’addition doit rester inférieur à 100%, en d’autres termes, au 0,096 W/m² fixé par la norme. Notons également qu’à l’intérieur des bâtiments, un exploitant d’antennes classées ne peut pas dépasser un quota de la norme susmentionnée (généralement 33%).

Cette méthode de mesure est fixée par l’arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale du 8 octobre 2009 fixant la méthode et les conditions de mesure du champ électromagnétique émis par certaines antennes, modifié par l'arrêté du 1er juillet 2021.

Sanctions en cas d’infraction

Les exploitants d’antennes sont en infraction s’ils ne respectent pas la législation bruxelloise. Ils risquent une sanction pénale ou une amende administrative.

Drive Test

Réalisé à l’initiative de Bruxelles Environnement, le « Drive Test » est un relevé de mesures du champ électromagnétique effectué chaque année sur un parcours fixe à Bruxelles. 

Ses objectifs ?

  • monitorer l’évolution de l’exposition électromagnétique sur un parcours fixe ;
  • évaluer la correspondance entre les simulations et les mesures de terrain ;
  • constater l'effet de l'implantation du réseau 4G sur les niveaux de champ et donc estimer le champ global avant la mise en place du réseau 5G ;
  • estimer le champ électromagnétique issu des antennes broadcast, qui diffuse les ondes FM notamment pour les stations de radio.

Son fonctionnement

Les mesures se réalisent en voiture, au moyen d’un analyseur de spectre, d’une ou plusieurs antennes isotropes triaxiales et d’un récepteur GPS. Ces appareils peuvent mesurer des fréquences jusqu’à 6 GHz. Ils sont donc capables de mesurer l’ensemble des signaux de la téléphonie mobile (2G, 3G, 4G) ainsi que ceux qui servent à la SNCB, à la STIB, aux services de secours…

L’analyseur de spectre est programmé pour réaliser une mesure triaxiale tous les 5 mètres à la vitesse de 30 km/h. 
Le parcours du test est effectué en un jour et demi entre 9h et 18h, dans des conditions normales de trafic routier. Durant le trajet, aucun tunnel n’est emprunté.

L’exploitation des résultats

Pour pouvoir quantifier l’exposition et suivre son évolution au cours du temps :

  • les différents services de téléphonie, de radiodiffusion et de télévision sont extraits des mesures et
  • des grandeurs statiques sont calculées. 

Ainsi, par exemple, l’effet du déploiement progressif de la 4G au cours des dernières années a pu être observé. 

La géolocalisation des mesures permet, de plus, une comparaison avec les prédictions des simulations. Cette comparaison a permis de valider le logiciel de simulation Mithra REM. Les mesures démontrent que les simulations correspondent aux valeurs mesurées sur le terrain et lorsqu’elles en sont écartées, les simulations surestiment l’exposition réelle et non l’inverse. 

Les permis d’environnement, délivrés sur base des simulations, peuvent donc être délivrés sans craindre que la norme soit dépassée.

Finalement, pour ce qui concerne les émissions broadcast, le « Drive Test » a permis d’évaluer la taille des zones dans lesquelles les rayonnements de ces antennes doivent être pris en compte. Il permet ainsi de pouvoir calibrer correctement l’outil de simulation de l’exposition aux champs électromagnétiques. 

Vous voulez en savoir plus sur la Drive Test ? Vous pouvez consulter le dernier rapport du Drive Test (.pdf).

Date de mise à jour: 13/01/2022