Vous êtes ici

La géothermie peu profonde

Les installations géothermiques installées en Région de Bruxelles-Capitale sont le plus souvent des installations peu profondes (jusqu’à max 250 m environ), de type système fermé (sondes géothermiques) ou système ouvert (puits géothermiques). Alors que les puits géothermiques nécessitent la présence d’un aquifère, les sondes géothermiques peuvent en principe être installées partout. L’efficacité énergétique et le dimensionnement de ces deux types d’installation dépendent néanmoins des caractéristiques du sous-sol.

                                                                Open Vs Closed system

Sur les dix premiers mètres de profondeur, la température du sous-sol varie au fil des saisons. Au-delà, la température naturelle du sous-sol reste globalement constante. En Belgique, elle est de 10 à 14°C à 20-30 m de profondeur et augmente en moyenne de 3°C par 100 m. 

La géothermie peu profonde utilise donc ce réservoir de chaleur pour répondre aux besoins de chaleur ou de refroidissement des bâtiments. Au vu des températures limitées du sous-sol à ces profondeurs, ces systèmes sont accompagnés de pompes à chaleur géothermiques nécessaires pour fournir une chaleur suffisante au système de chauffage du bâtiment. Ainsi, en hiver, lorsque les besoins en chaleur sont les plus importants, le rendement des pompes à chaleur géothermiques n’est pas altéré par les faibles températures atmosphériques comme c’est par contre le cas pour une pompe à chaleur aérothermique captant les calories de l’air atmosphérique. 

Sous certaines conditions géologiques, le système peut également être réversible. La chaleur stockée dans le sous-sol en été peut être réutilisée pour le chauffage en hiver.

Pour les besoins de refroidissement, le froid peut être produit par échange direct avec le sous-sol, on parle alors de geocooling (ou de climatisation passive) ou par l’utilisation d’une pompe à chaleur réversible. 

Date de mise à jour: 14/02/2019