Vous êtes ici

Qualité

Sur base de l’analyse des résultats du programme  qualitatif de surveillance mené au titre de la  Directice Cadre Eau, les masses d’eau souterraine du Socle et Crétacé BR01, du Socle BR02, du Landénien BR03 et de l’Yprésien (Région des collines) BR04 ont été évaluées en bon état chimique.

La masse d’eau souterraine des sables du Bruxellien et de l’Yprésien  BR05 a été évaluée fin 2012 en état chimique médiocre en raison d’une contamination excessive en certains sites de surveillance en nitrates, pesticides et tétrachloroéthylène.

Vulnérabilité

La vulnérabilité est représentée par la capacité donnée à l’eau située en surface de rejoindre la nappe phréatique. Plus particulièrement, la vulnérabilité intrinsèque  détermine la sensibilité à l’infiltration de pollutions issues de la surface. En effet, la zone non saturée (ou zone vadose) assure une protection naturelle des eaux souterraines aux pollutions de surface.

L’évaluation de la vulnérabilité intrinsèque  prend en compte différents facteurs physiques  tels que :

  • la nature du sol et sa pente influençant le ratio de ruissellement par rapport à l’infiltration ;
  • les paramètres géologiques et hydrogéologiques de la zone non saturée et plus particulièrement la conductivité hydraulique verticale et de l’épaisseur des couches géologiques la composant. Ces deux paramètres influencent grandement la quantité d’eau qui s’infiltrera ainsi que le temps de migration entre la surface et la nappe. Plus le temps de migration est long, plus un polluant est susceptible d’être biodégradé.

Estimation du risque des masses d’eau souterraine à la vulnérabilité (Source : Projet INTERREGIIIB-Scaldit_PA08 - 2003) 

Pollution par les nitrates

L’urbanisation est le facteur de pression prépondérant induisant la contamination en nitrates de 70% des sites de surveillance en milieu urbain. La densité élevée de la population entraine une charge organique importante des eaux usées domestiques dont la gestion par le réseau d’égouttage vétuste est responsable d’une pollution non négligeable des eaux souterraines.

L’évaluation de la vulnérabilité intrinsèque  de la masse d’eau des Sables du Bruxellien à la pollution par les nitrates a été réalisée par la méthode DRASTIC  compte tenu des paramètres pédologiques, géologiques et hydrogéologiques (profondeur de la surface piézométrique, conductivité hydraulique, écoulement ...) et des paramètres physiques de surface de la nappe.

La méthode DRASTIC dont l’acronyme fait référence aux facteurs prépondérant impliqués dans les risques de pollution des nappes aquifères – « D : depth of water ; R : net Recharge ; A : Aquifer media ; S : Soil media ; T : Topography ; I : Impact of vadose zone » ; C : conductivité hydraulique de    l’aquifère »

La plaine de la Senne où la nappe phréatique est proche de la surface et où l’urbanisation est à son comble est très vulnérable ainsi que dans la vallée de la Woluwe  mais dans une moindre mesure vu l’imperméabilisation et la densité de population plus faibles. L’imperméabilisation des surfaces et le remaniement des sols (fondations, excavation, remblais, compaction, ...) perturbent le sol et le sous-sol et tend à limiter la recharge de la nappe en quelques points de flux concentrés.

Le sol et sous-sol ne peuvent plus jouer leur rôle naturel épurateur. L’épaisseur de la zone non saturée est faible et rend les transferts rapides des nitrates vers les eaux souterraines.

Les « zones protégées » où les activités humaines sont limitées par un cadre législatif, sont de plus protégées naturellement par leurs sols et une profondeur de la zone non saturé importante.

Le temps de transfert des nitrates y est plus long.

Au sud de la Région, la nappe alimentée par des flux provenant de la Région flamande est en légère dégradation, la présence de nombreux puits perdants ainsi que l’urbanisation au sud de la Région contribuent à cette dégradation.

Quelles mesures  de restauration ?

La densification démographique de la Région étant inévitable, la restauration de la qualité de la masse d’eau doit se baser sur une optimisation de la gestion des eaux usées et des eaux de pluie.

La rénovation du réseau d’égouttage est planifiée sur une période de 20 ans et devrait être prioritaire dans les zones de plus grande vulnérabilité, notamment dans les fonds de vallées.

En parallèle, le développement d’une stratégie de réduction du volume d’eau de pluie entrant dans le réseau d’égouttage permet de limiter la surcharge de ce dernier et d’améliorer les rendements de traitement au niveau des stations d’épuration. Cette stratégie se base sur l’installation de dispositifs de rétention temporaire de l’eau de pluie (noues récréatives, arbres et jardins de pluies, toitures stockantes et/ou végétalisées, …) qui est ensuite relâchée à débit régulé prioritairement (un trop plein est tout de même connecté au réseau d’égouttage) vers les eaux de surface ou infiltrée vers le sous-sol pour autant que l’eau de ruissellement n’altère pas la qualité du milieu récepteur qu’il s’agisse des eaux de surface, des eaux souterraines ou des écosystèmes terrestres et aquatiques dépendants.

Cette gestion des eaux doit être contrôlée afin de garantir la protection qualitative de la ressource.

Pollution par les pesticides

Les pesticides et leurs métabolites (produits de dégradation des pesticides) présents dans la masse d’eau souterraine des sables du Bruxellien sont principalement à usage non-agricole, privé ou public, l’agriculture étant peu présente en Région de Bruxelles-Capitale. La contamination observée en matière de pesticides et métabolites en certains sites de surveillance témoignerait d’une pollution historique suite à un usage passé ou de l’usage prohibé d’anciens stocks de pesticides. Les tendances à la baisse observées pour certains pesticides proviennent  généralement de leur interdiction d’usage.

Quelles mesures de restauration ?

L’ordonnance du 20 juin 2013 relative à la gestion des pesticides compatible avec la développement durable ainsi que le programme régional de réduction des pesticides qui l’accompagne devraient concourir à diminuer davantage les concentrations de pesticides dans les eaux souterraines.

Pollution par le tétrachloroéthylène

La surveillance qualitative a également mis en évidence la présence significative et à la hausse de tétrachloroéthylène en certains sites de surveillance de la masse d’eau souterraine des Sables du Bruxellien en zone urbanisée. Les pressions doivent être identifiées.

 

 

Date de mise à jour: 26/02/2019