Vous êtes ici

Les libellules

Agrion élégant, aeschne mixte, caloptéryx éclatant, cordulie bronzée… Selon les derniers recensements, 56 espèces différentes de libellules vivent actuellement en Région de Bruxelles-Capitale. Notre dépliant d’identification des espèces (.pdf) offre un aperçu des espèces les plus fréquentes dans la Région et indique à quelle famille elles appartiennent.

Même si les populations de libellules subissent une pression importante depuis le 19e siècle de par la disparition et le morcellement de leur habitat, on observe une remontée du nombre d’espèces observées depuis le début du 21e siècle. Celle-ci est due à l’amélioration de la qualité de l'eau, à la mise à ciel ouvert des cours d’eau voûtés et à la restauration des berges dans leur état naturel.

Des bio-indicateurs importants

Les libellules sont des bio-indicateurs importants: la présence de libellules dénote une bonne qualité biologique tant de l’eau que des berges et de leur végétation.

Par ailleurs, la présence de plus en plus d'espèces méridionales, telles que le sympétrum à nervures rouges, est un signe possible d'une évolution de notre climat.

Apprendre à observer

Observer le comportement des libellules est une activité passionnante et apaisante. Elles se nourrissent en chassant des insectes. Les mâles de certaines espèces patrouillent le long des berges pour défendre leur territoire (une zone où des femelles peuvent aisément pondre). Lors de l’accouplement, le mâle et la femelle forment s’accrochent en ‘tandem’: dans l’air ou posés sur une plante, formant une espèce de cœur.

tandem libellule

On peut observer des libellules à divers endroits à Bruxelles: à proximité d’eaux courantes (la Woluwe, le Molenbeek, le Vogelzangbeek, etc.) et près des eaux stagnantes (tous les étangs et les mares aux berges naturelles, avec ou sans plantes aquatiques, tels que les étangs du Rouge-Cloître ou le marais de Ganshoren). Ou simplement dans votre jardin, si vous avez un petit étang ou une mare avec des plantes aquatiques indigènes. Le meilleur moment pour les étudier est d’avril à septembre, par temps chaud et sec.

Toutes les observations peuvent être encodées sur le site www.observations.be.

Date de mise à jour: 23/08/2018