Vous êtes ici

Pompes à chaleur

Une pompe à chaleur utilise l'énergie disponible dans l'air, dans l'eau ou dans le sol.

De cette façon, elle fournit à votre maison le chauffage et/ou l'eau chaude nécessaire.

 

 

 

 

 

 

 

Les pompes à chaleur présentent de nombreux avantages :

  • Elles sont économiques et faciles à utiliser. À condition d'être parfaitement adaptée à vos besoins, une pompe à chaleur est plus économique en terme énergétique que les systèmes de chauffage conventionnels. Aujourd'hui, elles sont devenues très faciles à utiliser. De plus, vous avez droit à une prime et l'achat d'une pompe à chaleur est éligible au Prêt vert bruxellois.
  • Elles nécessitent peu d'entretien. Une pompe à chaleur nécessite beaucoup moins d'entretien que les autres systèmes de chauffage.
  • Elles ne demandent pas non plus beaucoup de travail administratif. Vous pouvez sans problème conserver votre fournisseur d'énergie actuel. De plus, votre revenu cadastral reste inchangé.

La pompe à chaleur est particulièrement intéressante pour les bâtiments avec des hautes performances énergétiques.

Il est souvent intéressant de la coupler avec un système de production d’électricité verte, comme des panneaux photovoltaïques par exemple.

Comment fonctionne une pompe à chaleur ?

Une pompe à chaleur fonctionne selon le même principe qu'un réfrigérateur, mais exactement à l’inverse. Au lieu de rejeter de la chaleur à l'extérieur du réfrigérateur, la pompe à chaleur recueille la chaleur présente dans l'air, dans l'eau ou dans le sol et l'amène dans la maison. Même en hiver, la pompe à chaleur peut fournir la chaleur nécessaire car l'air froid de l'extérieur est amené à une température plus élevée.

Il en existe 3 types :

  • Une pompe à chaleur à air qui capte l’énergie thermique dans l’air extérieur

C’est la pompe à chaleur la plus utilisée dans des maisons existantes tant que dans la nouvelle construction, parce qu’ elle ne demande pas des adaptations considérables. En Belgique, en raison de notre climat tempéré, ce système permet d'obtenir de bonnes performances.

  • Une pompe à chaleur hydrothermique utilise l’énergie dans l’eau

Ce type est plus complexe, car elle nécessite d'avoir accès à une nappe d'eau souterraine, un étang ou une rivière et le débit doit être suffisant et la qualité de l'eau appropriée.

  • Une pompe à chaleur géothermique utilise l'énergie thermique du sol, qui reste relativement constante toute l'année. 

Ce type de pompe à chaleur nécessite de l'espace pour permettre l'extraction horizontale de la chaleur ou des forages pour en permettre l'extraction verticale. 

Sur le Guide Bâtiment Durable, vous trouverez plus d’information sur le fonctionnement des pompes à chaleur.

Coefficient de performance

La pompe à chaleur consomme de l’énergie pour fonctionner, que ce soit de l’électricité ou du gaz. Elle n’a donc d’intérêt que si sa consommation d’énergie primaire est largement compensée par la quantité de chaleur qu’elle transfère. Le rendement d’une pompe à chaleur est mesurée par un coefficient de performance (COP) qui est le ratio entre l’énergie produite et l’énergie nécessaire à son fonctionnement. 

Ainsi, une pompe à chaleur électrique n’est efficace et intéressante sur le plan environnemental que si son coefficient moyen de performance sur la saison de chauffe est au moins égal à 2.6. Cela signifie que la pompe à chaleur doit produire jusqu'à 2,6 fois plus de chaleur que l'électricité qu'elle consomme. Pour cette raison, il est intéressant de combiner une pompe à chaleur avec des panneaux solaires photovoltaïques, afin que l'électricité nécessaire au fonctionnement de la pompe à chaleur puisse être fournie par les panneaux solaires photovoltaïques.

Sur le Guide Bâtiment Durable, vous trouverez plus d’information sur le coefficient de performance des pompes à chaleur.

Réalisez votre projet en 3 étapes

Il est important de bien évaluer votre projet et de vérifier si une pompe à chaleur constitue un choix pertinent pour votre maison ou votre bâtiment. Vous devez vous assurer que le gain d'énergie sera plus élevé que l'énergie nécessaire au fonctionnement de la pompe à chaleur. Et, par-dessus tout, vous devez vous assurer de ne pas surdimensionner votre pompe à chaleur : si c'est le cas, elle ne fonctionnera pas de manière optimale et vous coûtera plus cher.

Besoin d’aide ?  Bénéficiez de conseils d'experts et gratuits

Étape 1: Calculez votre potentiel

Une pompe à chaleur n'a de bonnes performances que si elle n'est ni trop petite ni trop puissante. Elle doit donc être parfaitement adaptée à vos besoins. Donc, si vous prévoyez d'isoler votre maison à l'avenir, tenez-en déjà compte dans le calcul de la taille de la pompe à chaleur qu’il vous faudra.

Pensez également au besoin de chauffer plus quand il fait très froid (et de refroidir plus les bâtiments tertiaires quand il fait très chaud). Une pompe à chaleur est généralement combinée à un système de chauffage à basse température, par le sol ou par les murs.

Si les besoins en chaleur sont très faibles, il y a moyen de faire l’économie de ce système de chauffage en couplant la pompe à chaleur avec la ventilation. En tout cas, cela doit être prévu dès le début de la conception d'une nouvelle construction ou d'un projet de rénovation lourde. 

C’est à partir de vos besoins en température et en usage que vous pourrez choisir la technologie la plus adaptée. 

A noter, par exemple, que :

  • Une pompe à chaleur utilisée pour chauffer affiche souvent de bonnes performances dans les maisons bien isolées. Ceci, parce que dans ces maisons, la différence de température entre la source et le système de chauffage est souvent faible. 
  • La pompe à chaleur installée pour le chauffage peut aussi être utilisée pour l’eau chaude sanitaire. Mais comme on vise alors une température de l’ordre de 45°C pour l’eau chaude sanitaire, contre seulement 30°C pour l’eau de chauffage, le rendement de la pompe à chaleur est souvent plus faible.
  • Le principe complémentaire de refroidissement est parfois utile, surtout pour les bâtiments tertiaires. La pompe à chaleur ne sera cependant jamais dimensionnée uniquement sur base des besoins en fraîcheur.

Le choix d’une technologie particulière de pompe à chaleur est également dicté par l’accessibilité à la source d’énergie thermique (l’air, l’eau ou le sol). 

Si vous voulez opter pour la géothermie, par exemple, vous devez vérifier la place dont vous disposez pour un captage horizontal, l’accessibilité de votre site aux engins de forage et la capacité thermique du sol pour un captage vertical. Pour une pompe à chaleur aérothermique, votre bâtiment doit pouvoir recevoir les échangeurs de chaleur.

Enfin, il faut aussi prendre en compte les émetteurs de chaleur dans le bâtiment. 

Si vous disposez déjà de radiateurs, par exemple, vous devez vérifier au préalable qu’ils sont adaptés au système.

Tous ces éléments vont être déterminants pour évaluer la faisabilité de votre projet.

Étape 2 : Choisissez un installateur certifié

Une pompe à chaleur est un système complet qui ne peut pas être installé inconsidéré. Choisissez un installateur compétent et exigez un devis précis.

Pour être admissible à la prime, vous devez choisir un installateur certifié. Certaines entreprises ont également un label supplémentaire comme Quest. Quest est un organisme indépendant qui décerne des labels aux installateurs qui se distinguent par la qualité de leurs prestations, leur compétence technique et leur engagement de résultat. Demandez des devis à plusieurs installateurs pour comparer les prestations proposées. Ne vous limitez pas à évaluer l'expertise et les références des installateurs et prévoyez éventuellement la visite d'une installation déjà réalisée près de chez vous. Et rappelez-vous que la qualité a un prix : au moment du choix, ne vous laissez pas séduire trop vite par l’offre la moins onéreuse !  

Posez les bonnes questions à l'installateur de votre pompe à chaleur. 

Posez les 6 questions suivantes à l'installateur

  1. La pompe à chaleur (moins de 70 KW) a-t-elle un label énergétique A+ ? *
  2. La pompe à chaleur dispose-t-elle d'une sortie d'air appropriée ? *
  3. La pompe à chaleur possède-t-elle un certificat qui garantit l'irréversibilité (uniquement pour les habitations privées) ? *
  4. Quelles garanties l'installateur offre-t-il ?
    1. Pour le matériel : au moins 5 ans sur la pompe et au moins 2 ans sur les pièces de rechange
    2. Pour l'exploitation : L'offre doit contenir une estimation précise du coefficient de performance et de la production prévue. * Les performances peuvent être garanties via la certification et/ou l'étiquetage. De plus amples informations à ce sujet sont disponibles dans le Guide Bâtiment Durable. Vous pouvez ajouter à l'offre une garantie de rendement dans le cahier des charges qui oblige l'installateur à vous indemniser si la production est inférieure à la production garantie. Un cahier des charges type pour le chauffage des maisons au moyen d'une pompe à chaleur est  disponible dans le Guide Bâtiment Durable.
  5. Un contrat de maintenance est-il prévu ? Dans l'affirmative, quels en sont le coût et les conditions ? Pour les grandes installations, il est fortement recommandé de prévoir une clause ou un contrat spécifique pour cette maintenance dès le début de l'installation.
  6. Le prix global doit comprendre :
    1. un compteur électrique dédié, pour vérifier la consommation de la pompe à chaleur électrique, et d’un compteur de chaleur, qui permet d’évaluer directement ses performances. Certains fabricants les intègrent directement dans leurs appareils. Si ce n’est pas le cas, il faut les prévoir. *
    2. une régulation bien paramétrée via une sonde extérieure : ce système permet de réguler la température de l’eau de chauffage de manière optimale, sur base de la température extérieure réelle. Votre pompe à chaleur fonctionne ainsi dans les meilleures conditions possibles, tout en garantissant le confort des usagers.
    3. le travail administratif lié à l’introduction d’une demande de prime énergie ou autre soutien éventuel?

* Ces éléments sont nécessaires pour avoir accès aux mesures d'aide financière.

Pour éviter les mauvaises surprises, exigez un engagement clair dans l'offre au niveau des éléments mentionnés ci-dessus.

Les réponses à ces questions vous aideront à choisir un installateur compétent.

Étape 3: Occupez-vous de l'aspect administratif

  • Permis d'environnement : Les particuliers n'ont généralement pas besoin d'un permis d'environnement du fait que la capacité de leurs pompes à chaleur ne dépasse pas 10 kW. 

    Pour le secteur tertiaire, dans lequel la pompe à chaleur est souvent utilisée également pour le refroidissement, si votre pompe à chaleur contient plus de 3 kg de liquides réfrigérants réglementés ou si la puissance totale des compresseurs dépasse 10 kW, vous devrez demander un permis d'environnement (section 132 : Installation frigorifique / Système de régulation climatique).

    Pour un système géothermique ouvert (puisant dans une nappe phréatique), vous devez disposer d’une autorisation de captage et d’un permis d’environnement spécifique (notamment en rubrique 62, pour le captage et le rejet de l’eau). 

    Les forages nécessaires pour l’installation d’une pompe à chaleur géothermique nécessitent également d’introduire un permis d’urbanisme auprès de votre commune.

  • Cadastre : La pompe à chaleur n'a aucun impact sur le calcul de votre cadastre. La seule chose à faire, c'est d'informer le cadastre dans les 30 jours suivant l'installation de la pompe à chaleur.
  • Primes et autres mesures d'aide : La Région de Bruxelles-Capitale octroie une prime énergie pour encourager l'installation de systèmes de pompe à chaleur destinés exclusivement à la production de chauffage et/ou d'eau chaude. Ces aides peuvent couvrir jusqu’à 50% du coût d’installation. Pour les particuliers, cette prime ne s'applique que dans le cas d'une pompe à chaleur non réversible. Pour les gros systèmes, et même les petits systèmes dans les nouvelles constructions, une étude de faisabilité réalisée par un bureau d’étude est absolument indispensable. Pour cela, vous avez droit à une prime énergie, qui vous permettra de payer moins pour cette étude.

    Votre étude de faisabilité doit prendre en compte tous les coûts directs et indirects, y compris les nouveaux éléments d'émission de chaleur (radiateurs, chauffage dans le sol, ventilo-convecteurs, etc.) ou les coûts d'installation supplémentaires de la pompe elle-même (par exemple, forage pour un système géothermique vertical) ainsi que l'aide accordée par la Région de Bruxelles-Capitale, comme les éventuelles primes et/ou déductions fiscales.

  • Réglementation PEB: Si la pompe à chaleur est réversible et que la puissance nominale effective dépasse 12 kW (puissance frigorifique), elle entre dans le champ d’application de la réglementation climatisation PEB. Et si vous avez un certificat PEB, vous pouvez le faire modifier. Demandez au certificateur PEB qui a délivré votre document de procéder à cette modification.

Profitez de votre pompe à chaleur

Comme pour les autres systèmes de chauffage, il est important de changer vos habitudes quotidiennes pour profiter pleinement de votre pompe à chaleur.

Quelques conseils :

  • Maintenez la température intérieure de votre habitation aussi constante que possible. 

​Moins elle monte et descend, plus le rendement est élevé. Si vous avez une pompe à chaleur, il est donc moins intéressant de baisser le chauffage ou même de l'éteindre la nuit, car cela diminuerait son efficience.

  • Utilisez le moins possible un chauffage d'appoint. 

Plus vous l'utilisez, plus le rendement de la pompe à chaleur sera faible.

  • Si vous utilisez également la pompe à chaleur pour l'eau chaude, limitez la température à 45 à 50 degrés. 

Car plus la température est élevée, plus la pompe à chaleur doit fonctionner et plus vous consommez d'énergie primaire. Après une longue absence, il est toutefois recommandé de chauffer le ballon à 60°C pendant 10 minutes. Ceci afin d'éviter une éventuelle prolifération de la bactérie Legionella.

  • Si vous avez une pompe à chaleur à air réversible, utilisez le moins possible ce système de refroidissement actif. 

Au lieu d'extraire la chaleur de l'air extérieur, la pompe à chaleur prend la chaleur, par exemple via le chauffage par le sol ou les ventilo-convecteurs.

Entretenez régulièrement votre installation

Un système de pompe à chaleur nécessite très peu d'entretien mais doit être contrôlé régulièrement. Si vous en tenez compte, vous pourrez compter sur un système énergétique performant pendant au moins 15 ans. Certains éléments doivent être régulièrement nettoyés, comme les filtres, ou peuvent s’user,  comme le compresseur ou le circuit réfrigérant. Si votre pompe à chaleur nécessite un permis d'environnement et/ou doit satisfaire à la réglementation PEB  sur la climatisation, des conditions d'entretien particulières s'appliquent.

Suivez votre consommation : Comme pour toute installation de production d’énergie, il est préférable de surveiller les performances de votre pompe à chaleur pour pouvoir détecter toute anomalie et intervenir rapidement. Les compteurs électriques et de chaleur vous permettent de réaliser un suivi régulier de la consommation électrique et de la production de chaleur. L’outil en ligne EnergieID peut vous y aider.

Sur le Guide Bâtiment Durable, vous trouverez plus d’information sur l’entretien de sa pompe à chaleur.

 

Date de mise à jour: 13/11/2018