Vous êtes ici

Coordination de la mise en œuvre de la politique de l’eau au niveau belge

La Belgique étant un Etat fédéral dont les politiques environnementales relèvent de la responsabilité des différentes entités régionales - la Flandre, la Wallonie, la Région de Bruxelles-Capitale et, dans une moindre mesure de l’ Etat fédéral -  des structures de coordination ont été mises en place. La principale d’entre elles est le CCPIE ou Comité de Coordination pour la Politique Internationale de l'Environnement créé en 1995 sur base d’un accord de coopération entre l'Etat fédéral, la Région flamande, la Région wallonne et la Région de Bruxelles-Capitale relatif à la politique internationale de l'environnement.

Ce comité a comme principales missions de préparer des points de vue concertés belges dans les débats supranationaux afin que la Belgique puisse parler d’une seule voix, et d’organiser la concertation nécessaire entre les niveaux fédéral et régional en vue d’une exécution coordonnée à l’échelon national des recommandations et décisions prises à l’échelon international. La mise en œuvre coordonnée sur le territoire belge des différentes directives européennes fait pleinement partie des missions de ce comité.

Le CCPIE se compose d’une assemblée plénière, d’un bureau, et de multiples groupes de travail thématiques.

Le Groupe Directeur Eau est dédié à la mise en œuvre coordonnée de la Politique de l’eau. Sa mission principale est la coordination de la mise en œuvre de la Directive cadre eau (DCE) sur le territoire belge. Il traite également des autres directives ou conventions internationales dans le domaine de l’eau. La Région bruxelloise, comme les deux autres régions et l’Etat fédéral, y est représentée. La coordination se fait à plusieurs niveaux : le niveau formel pour les prises de positions communes et communications formelles vers la Commission européenne, le niveau technique pour la mise en œuvre des différents aspects techniques de la DCE, le niveau local pour les aménagements et entretiens des cours d’eau ou masses d’eau souterraine.

Le projet LIFE Belini

Le projet LIFE Belini a vu le jour en octobre 2016 et renforce toujours plus la coordination belge sur la thématique de l’eau. Ensemble avec la Région flamande, la Région wallonne et 5 autres partenaires publics, la Région de Bruxelles-Capitale, représentée par Bruxelles Environnement, ont décidé d’« appuyer sur l’accélérateur » pour renaturer la Senne. En effet, le projet LIFE Belini (Belgian initiative for making a leap forward towards good status in the river basin district of the Scheldt) a été approuvé par la Commission européenne le 1er octobre 2016.

La Commission européenne investira au total 10 millions d’euros sur une période de 10 ans en Flandre, Wallonie, et Bruxelles dont 2,4 millions, pour Bruxelles Environnement (et au total 2,7 millions d’euros pour la Région de Bruxelles-Capitale).

L’objectif principal du projet pour Bruxelles au-delà de l’intensification de la collaboration entre régions sur la mise en œuvre de la politique intégrée de l’eau est l’amélioration de la qualité de la rivière Senne en diminuant les pollutions émises par les déversoirs d’orage, en caractérisant la pollution charriée dans les eaux de ruissellement de voiries, en améliorant l’attractivité de la Senne pour les poissons, et en améliorant la qualité des berges de la Senne à ciel ouvert, et en mettant la Senne à ciel ouvert là où c’est possible.

Plusieurs projets concrets sont en cours de réalisation dans ce cadre ou en passe de le devenir.

Plus de renseignements :

Date de mise à jour: 18/10/2019