Vous êtes ici

Le bilan énergétique (BEN) de la Région

Chaque année, Bruxelles Environnement établit le bilan énergétique de la Région de Bruxelles-Capitale. Celui-ci fournit toutes les données relatives à l’énergie pour l’ensemble du territoire régional.

Le principe du bilan est celui d’un bilan comptable : il met en balance les quantités d’énergie disponibles (productions locales et importations), éventuellement après transformation en électricité et/ou en chaleur, avec les quantités d’énergie finale consommées par les différents secteurs d’activité.

Le bilan énergétique est important à plus d’un titre car :

  • il alimente le calcul des inventaires régionaux d’émissions de gaz à effet de serre et de polluants atmosphériques ;
  • il permet d’évaluer l’impact des politiques énergétiques de la Région ;
  • il permet de répondre aux exigences de rapportages européens et internationaux.

Les bâtiments, premiers consommateurs d’énergie en RBC

En 2016, le principal secteur consommateur d’énergie à Bruxelles était le secteur du logement (38%), suivi du tertiaire (36%), du transport (22%), et enfin de l’industrie (4%).

L’essentiel de la consommation d’énergie se fait dans les bâtiments résidentiels et tertiaires : c’est donc dans ces secteurs que des mesures en matière d’utilisation rationnelle de l’énergie doivent être mises en œuvre de façon prioritaire.

En ce qui concerne les bâtiments tertiaires, des actions spécifiques sont développées à destination :

  • des pouvoirs publics et des gestionnaires de grands parcs de bâtiments publics dans la Région, comme les projets NRClick et Solarclick ;
  • des gestionnaires de grands bâtiments ou de parcs de bâtiments privés, comme le programme PLAGE.

D’autres actions, comme celles reprises dans la législation PEB, sont destinées à rendre plus performants soit l’enveloppe du bâtiment, soit ses installations techniques, telles que le chauffage, la ventilation et l’air conditionné.

La consommation énergétique du transport est élevée et ne diminue pas, contrairement à celle des bâtiment. La mise en place de mesures spécifiques pour la réduire est essentielle pour atteindre les objectifs globaux de réduction des émissions au niveau régional.

Une Région énergétiquement dépendante

En tant que ville-région, la Région de Bruxelles-Capitale est très dépendante pour son approvisionnement énergétique : plus de 90% de l’énergie finale consommée provient de l’extérieur de la Région.

Depuis une dizaine d’années, la consommation d’énergie issue de sources renouvelables augmente en Région de Bruxelles-Capitale, mais reste limitée en raison du potentiel restreint dans un contexte urbain (géothermie difficile, hydroélectricité impossible) et de la proximité de l’aéroport (zone d’exclusion pour l’installation d’éoliennes). En 2016, les sources renouvelables d’énergie représentaient 2,85% de la consommation finale d’énergie de la Région.

Les principaux vecteurs énergétiques sont le gaz naturel (43% de la consommation finale d’énergie) et l’électricité (26%), suivis par les produits pétroliers liquides tels que l’essence, le diesel et le mazout de chauffage (27%).

Date de mise à jour: 23/04/2019