Vous êtes ici

Auto-consommation collective : mutualiser l’energie renouvelable locale

Vous produisez plus d’électricité verte que vous n’en consommez et vous voulez vendre cet excédent à votre voisinage plutôt que de le renvoyer sur le réseau ? C’est possible en demandant une dérogation à Brugel, le régulateur du marché de l’électricité. Pour vous aider, Bruxelles Environnement propose un accompagnement spécifique gratuit pour le développement de ces opérations d’autoconsommation collective d’électricité produite et consommée localement : des initiatives très prometteuses pour encourager une transition énergétique accessible au plus grand nombre.

Comment ça marche ?

Si vous disposez de panneaux photovoltaïques, par exemple, vous pouvez déjà consommer votre propre production, mais l’excédent d’électricité produite est renvoyé sur le réseau. En constituant ce que l’on appelle parfois une « communauté d’énergie », vous pouvez partager avec votre voisinage ce surplus d’énergie verte et locale à un tarif intéressant pour l’ensemble des parties, en mutualisant la production et en synchronisant la consommation. Les opérations d’autoconsommation collective sont possibles pour d’autres sources d’électricité verte. Mais, en Région bruxelloise, ce sont les installations photovoltaïques qui ont le plus gros potentiel de production.

© Bruxelles Environnement

Le schéma de gauche représente les flux d’électricité classique sur le réseau, depuis le fournisseur jusque chez les consommateurs (qui peuvent être des bâtiments publics, des logements, des PME, …). Parmi ceux-ci, un bâtiment public et une maison disposent de panneaux photovoltaïques et produisent leur propre électricité. Leur excédent de production est réinjecté sur le réseau et se confond avec l’électricité issue du fournisseur. Il n’est donc pas partagé avec les consommateurs voisins.
Le schéma de droite représente les flux d’électricité dans le cas d’un partage de l’électricité. Ici les voisins consomment l’excédent d’électricité produit par les détenteurs de panneaux photovoltaïques. 

Qui est concerné ?

Beaucoup de configurations sont possibles, le principe de base étant de disposer d’un potentiel de production d’électricité supérieur à sa consommation et/ou à des périodes de consommation complémentaires. Cela peut être, par exemple :

  • Un bâtiment communal qui alimente plusieurs autres bâtiments à proximité et/ou des logements sociaux ;
  • Une copropriété qui fournit de l’électricité, non seulement pour la consommation des communs, mais aussi pour la consommation individuelle des appartements ;
  • Les entreprises d’un zoning qui répartissent la production électrique des installations entre elles, selon leurs pics de consommation.

Et bien d’autres configurations encore.

Quels sont les avantages ?

Si vous êtes propriétaire de l’installation, l’autoconsommation collective vous permet de revendre le surplus à un prix supérieur au prix du kWh actuellement renvoyé sur le réseau. Cette plus-value vous permet aussi de rentabiliser plus rapidement votre installation, voire de rendre un projet rentable. En tant que membre d’un groupe d’autoconsommation collective, vous payez votre énergie moins cher en ayant de vraies garanties sur son origine renouvelable et locale, même si vous ne pouvez pas installer vous-même une installation d’énergie renouvelable. Dans les deux cas, vous gagnez en autonomie énergétique, vous contribuez activement au développement des énergies renouvelables et vous participez à la transition énergétique de la Région bruxelloise.

Comment monter un projet ?

  1. Si vous ne disposez pas encore d’installation photovoltaïque, vérifiez le potentiel solaire de la toiture envisagée avec la carte solaire développée par Bruxelles Environnement. Attention ! Le calcul de la taille de l’installation et de sa rentabilité est limité aux toitures résidentielles. Si vous disposez d’une grande toiture, la carte vous sert donc uniquement, à ce stade, à vérifier son potentiel solaire. 
  2. Contactez votre voisinage pour vérifier son intérêt et la pertinence du projet.
  3. Désignez ou constituez la personne morale organisatrice de votre groupe d’autoconsommation collective, le cas échéant, et choisissez la clé de répartition, entre les membres, de l’énergie produite.
  4. Établissez des contrats : entre la personne morale organisatrice de votre groupe d’autoconsommation collective et les différentes parties prenantes (les consommateurs, les producteurs d’énergie et Sibelga, le gestionnaire du réseau de distribution).
  5. Faites une demande de dérogation à Brugel. 
  6. Rédigez le cahier des charges spécifique de votre installation et procédez aux travaux.

L’APERe (Association pour la promotion des énergies renouvelables) vous propose un accompagnement personnalisé ainsi que des outils pour mettre en œuvre votre opération d’autoconsommation collective d’énergie renouvelable. 

Dans le cadre de la transposition de la directive européenne sur les énergies renouvelables, Bruxelles Environnement prépare également un cadre général pour faciliter le développement de ces opérations. 

Pour aller plus loin

Date de mise à jour: 05/01/2021