Vous êtes ici

Intensité énergétique liée au transport routier

La consommation énergétique des transports (publics et privés) en Région de Bruxelles-Capitale représente en 2015 plus du cinquième de la consommation finale bruxelloise d’énergie (21%). Elle est principalement imputable au transport routier public et surtout privé (92% en 2015).

Contexte

Les problèmes de mobilité font régulièrement l’actualité. À l’image des problèmes de circulation, les transports ont un poids important dans les bilans énergétiques (Régions, Fédéral, Europe). Ils sont en outre à l'origine d'émissions de polluants (voir chapitre air ). Ceci justifie le fait de les analyser de façon plus détaillée.

Bilan de la consommation énergétique liée aux transports

La consommation d'énergie calculée pour le secteur des transports (publics et privés ; routier, ferroviaire et fluvial) en Région de Bruxelles-Capitale a augmenté entre 1990 et 2004 avant de rediminuer. Elle représente aujourd’hui plus du cinquième des consommations bruxelloises d’énergie finale (4108 GWh, soit 21% du total en 2015).

Evolution de la consommation énergétique calculée pour les transports, entre 1990 et 2015, pour la Région de Bruxelles-Capitale.

Source : Bilans énergétiques de la RBC (version du 14/11/2017)

(PCI : calculé en tenant compte du pouvoir calorifique inférieur de chaque type de  combustible envisagé, c'est-à-dire la quantité d'énergie thermique qui est libérée par la combustion du combustible, par unité de masse)

Cette consommation est principalement imputable au transport routier (public et surtout privé), qui représente (toujours en 2015) 92% de la consommation totale du secteur (3784 GWh).

Facteurs explicatifs

Différents facteurs déterminent la demande de mobilité des personnes et de transport des marchandises. Les principaux pour ce qui est de la demande de mobilité des personnes sont :

  • Les caractéristiques démographiques de la population (nombre d'habitants/de ménages, composition de la population en termes d'âge, composition des ménages, …) ;
  • les caractéristiques socio-économiques de la population (pouvoir d'achat des ménages ; importance des déplacement domicile-travail ou domicile-école par exemple).

Et, pour ce qui est de la demande de transport de marchandises :

  • l'activité économique (composition du tissus économique et importance de l'activité notamment);
  • la mondialisation de l'économie et la globalisation des marchés ;
  • l'évolution des prix des carburants et de la main-d'œuvre.

Dans ce cadre, remarquons que les distances routières parcourues par les véhicules à moteur en Région bruxelloise sont stables depuis 2002 (le saut entre 2012 et 2013 étant lié à un hiatus méthodologique et non à une modification des tendances),alors que la population continue à croître ainsi que l’emploi.

Distances routières parcourues par les véhicules à moteur en Région bruxelloise

Source : Statbel (d'après le SPF Mobilité et Transports, et depuis 2013 uniquement sur base des données sources des régions)


Les prix des carburants ont pour leur part fortement augmenté entre 2000 et 2012 avant de re-diminuer depuis.

Evolution du prix du carburant à la pompe
Source : Statbel (d'après la Direction générale de l’Energie - SPF Economie)


L'évolution du prix des carburants pourrait par conséquent être un des facteurs explicatifs de l'évolution de la consommation énergétique liée aux transports.
D'autres facteurs l'expliquent cependant également, comme la saturation du réseau routier bruxellois, l'amélioration des performances du parc automobile, une rationalisation des déplacements, et le transfert progressif du transport routier vers d'autres modes de transports moins énergivores : hausse de la fréquentation des transports en commun, vélo, transport ferroviaire voire par bateau (pour les marchandises), ... (voir les données sur la mobilité dans le chapitre Contexte ).

Date de mise à jour: 13/11/2018