Vous êtes ici

Les espaces verts gérés par Bruxelles Environnement

Indicateur - Actualisation : novembre 2021

La Division Espaces verts de Bruxelles Environnement est chargée de la gestion de 111 espaces verts couvrant une superficie de 534 ha (octobre 2021). 1758 ha, constitués essentiellement de forêt, bois et réserves naturelles, sont par ailleurs gérés par la sous-Division Forêt et Nature. Ces sites font chacun l’objet d’une gestion spécifique adaptée visant à maximiser leurs différentes fonctions. La Région s’attache également à améliorer l’offre quantitative en espaces verts, en particulier au niveau des quartiers denses, ainsi que leur connectivité.
Depuis janvier 2020, 6 espaces verts totalisant une superficie de 11 ha (soit l’équivalent d’environ 15 terrains de football) ont été créés ou repris en gestion par la Division Espaces verts.

Bruxelles Environnement,  principal gestionnaire d’espaces verts publics 

De l’ordre de 52% du territoire bruxellois est couvert par de la végétation (Bruxelles Environnement 2021) .  Celle-ci est de nature très diverse : jardins et domaines privés, bois et forêt, parcs et jardins publics, terrains de sports et loisirs avec couverture végétale, espaces semi-naturels, friches, terrains agricoles, sites potagers, cimetières ou encore, espaces verts associés aux voiries (« dépendances vertes ») et lignes ferroviaires (arbres d’alignement, bermes et rond points engazonnés, accotements, talus, etc.). 
Une part importante des espaces verts bruxellois est constituée d’espaces privés ou inaccessibles au public. Ils sont gérés par une grande variété d’acteurs (particuliers, propriétaires immobiliers, Infrabel, STIB, Donation royale, Régie des bâtiments, écoles et universités, maisons de retraite, hôpitaux, armée belge, fabriques d’église, …).  A côté de ces espaces, les espaces verts accessibles au public jouent un rôle social fondamental en tant qu’espaces de détente, de jeux et de rencontre, participant de manière positive à la qualité de vie des Bruxellois.e.s. 
Les espaces verts accessibles au public sont essentiellement gérés par des administrations et organismes d’intérêt public régionaux (Bruxelles Environnement, Bruxelles Mobilité pour les espaces verts associées aux voiries régionales) ou par les communes (parc de Bruxelles, parc Josaphat, Bois de la Cambre par exemple, pour ne citer que les plus grands d’entre eux). Il existe toutefois des espaces verts, accessibles en tout ou en partie au public, gérés par des acteurs privés (par ex. espace vert associé à l’ancien bâtiment d’Axa, à Watermael-Boitsfort). Certains sites sont gérés par des associations environnementales avec le soutien ponctuel de Bruxelles Environnement (Hof ter Musschen, site du Scheutbos, réserve naturelle du Vogelzangbeek, domaine des Silex, etc.). 
Le développement et la gestion d’espaces verts figurent parmi les missions de Bruxelles Environnement, principal gestionnaire public d’espaces verts au sein du territoire régional. Cette compétence est répartie entre la Division Espaces verts et la sous-Division Forêt et Nature. Cette dernière gère la forêt de Soignes et les bois périphériques associés situés à Uccle (bois de Verrewinkel, bois de la chapelle Hauwaert, bois du Buysdelle, bois de Percke, domaine de Latour de Frein) ainsi que les réserves naturelles et forestières (voir Sites semi-naturels et espaces verts protégés ) et quelques autres espaces importants en terme de biodiversité (par ex. stations Natura 2000 appartenant à des sociétés de logement). Les espaces verts gérés par la  sous-division Forêt et Nature couvrent une superficie totale d’environ 1758 ha (en ne comptabilisant pas les surfaces non gérées par la sous-division tels que les routes et bermes latérales des voiries traversant ou jouxtant ces surfaces ou les bâtiments). La gestion (aménagement et entretien) de la promenade verte et d’espaces verts tels que parcs et jardins, squares, potagers collectifs régionaux, bois et autres espaces semi-naturels sont assurés par la Division Espaces verts. Il s’agit d’espaces verts appartenant à la Région ou dont la gestion a été confiée, via des conventions, à Bruxelles Environnement notamment par des instances fédérales ou communales. 
Le présent focus est consacré exclusivement aux espaces verts gérés par la Division espaces verts. La gestion de la forêt de Soignes et des réserves naturelles et forestières est abordée dans d’autres focus (voir « Sites semi-naturels et espaces verts protégés  » et «  Patrimoine forestier de la forêt de Soignes bruxelloise  ») 

En octobre 2021, 111 espaces verts très diversifiés en termes de superficie et caractéristiques sont gérés par la Division espaces verts

En octobre 2021, la division Espaces verts gérait 111 espaces verts ou végétalisés de taille et de nature très variables. Ces espaces couvrent au total une superficie de 534 ha. 

Exemples d’espaces verts gérés par Bruxelles Environnement (division Espaces verts)

Les plus grands espaces gérés par cette division sont: le parc de Woluwe (69 ha), le Kauwberg (36 ha), le parc Roi Baudouin (34 ha), le parc de Laeken (29 ha), le parc du Cinquantenaire (25 ha), le parc Duden (23 ha), le bois du Laerbeek (23 ha), le parc Bon Pasteur (21 ha) ainsi qu’une partie du site du Rouge-cloître (prairies, sites potagers, plaine de jeux…) (15 ha). Ces neuf parcs et bois, qui totalisent de l’ordre de 275 ha, représentent près de la moitié de la superficie des espaces gérés par la Division Espaces verts. A l’inverse de ces grands parcs, Bruxelles Environnement gère également des petits espaces résiduels, davantage en lien avec des voiries, comme le Square Jean de Bologne (0,21 ha) et le Monument de la reconnaissance britannique (0,03 ha), ou avec des bâtiments, comme le Jardin du Conservatoire royal (0,05 ha).

Le tableau ci-dessous liste, par commune, les parcs et espaces verts gérés par la Division Espaces verts et reprend leur superficie.

Depuis janvier 2020, 6 espaces verts supplémentaires, totalisant une superficie de 11 ha, sont nouvellement gérés par la Division Espaces verts. Ceux-ci correspondent soit à des espaces verts préeexistants repris en gestion par Bruxelles Environnement (bande communale le long du cimetière Anderlecht, abords de l’école des cadets à Laeken, anneau de l’hippodrome de Boitsfort, une petite partie du marais Wiels et espace attenant ainsi que parc Walckiers), soit à des espaces verts nouvellement créés (Pannenhuis). 

Notons qu’en ce qui concerne le marais du Wiels et l’hippodrome, les surfaces gérées par Bruxelles Environnement seront amenées à s’accroître au cours des prochaines années. Par ailleurs, le parc Walckiers devrait prochainement s’ouvrir au public.
L’estimation précise de l’évolution des superficies d’espaces verts gérées par la Division Espaces verts au cours des décennies précédentes est sujette à caution compte tenu : 

  • de l’évolution technologique des outils de cartographie qui permettent actuellement des mesures de surface plus précises et une amélioration de la précision dans la délimitation des parcelles gérées ; 
  • des interprétations : par exemple, les superficies sont aujourd’hui calculées en excluant les superficies des bâtiments et certaines voiries présentes sur le site, ce qui n’a pas toujours été le cas. 

La délimitation très précise des espaces verts gérés par Bruxelles Environnement est d’ailleurs un processus encore en cours ce qui explique que les superficies de certains espaces verts ont été modifiées entre la version précédente du calcul de l’indicateur (janvier 2020) et les données actuellement présentées (septembre 2021) sans que cela ne corresponde toujours à une réelle modification de superficie sur le terrain. A titre d’exemple, entre les deux dernières éditions du rapport Etat de l’environnement, la révision (sur carte) de la délimitation de la surface du Rouge-Cloître gérée par la Division Espaces verts s’est traduite par une réduction de superficie de près de 7 ha. Cette réduction correspond au fait que les étangs, qui sont gérés par la sous-division Forêt et Nature, ne sont maintenant plus comptabilisés dans les espaces verts gérés par la Division Espaces verts. 
Selon le Rapport sur l’état de l’environnement bruxellois 2003-2006, Bruxelles Environnement gérait environ 2177 ha d’espaces verts en 2003 (bois et forêt compris). En septembre 2021, cette superficie s’élève à 2292 ha (espaces verts gérés par la Division Espaces verts et espaces verts gérés par la sous-division Forêt et nature). Même si, rappelons-le, ces chiffres ne sont pas comparables entre eux, cette différence met néanmoins en évidence le fait que la superficie totale d’espaces verts gérés par Bruxelles Environnement a significativement augmenté depuis une dizaine d’années.
La carte ci-dessous localise sur le territoire bruxellois l’ensemble des espaces verts gérés par la Division Espaces verts. 

Carte des espaces verts gérés par la Division Espaces verts 

Source : Bruxelles Environnement, division Espaces verts, 2021
 

Une gestion différenciée des espaces verts qui vise à optimaliser leurs fonctions sociales, écologiques, paysagères et urbanistiques 

Les espaces verts urbains remplissent de multiples fonctions : détente et récréation, support à la biodiversité, infiltration des eaux pluviales, embellissement du paysage, espaces de rencontre, connexion urbanistique (mobilité douce), culture et tourisme, éducation à la nature, etc. Les différentes fonctions sont plus ou moins développées au sein de ces espaces, selon leur taille, leur typologie (parc paysager, parc historique ou horticole, espace récréatif, etc.), leur valeur biologique ou encore, leur emplacement dans le tissu urbain (caractéristiques sociodémographiques du quartier, présence d’autres espaces verts à proximité, etc.).
Selon les contraintes des espaces verts qu’il gère et aménage, Bruxelles Environnement s’attache à répondre tant que possible aux besoins des citadins en maximisant les fonctions sociales, écologiques et urbanistiques de ces sites.
La gestion différenciée est une manière de relever ce défi. Celle-ci est de plus en plus pratiquée au niveau des espaces verts : il s’agit, par une appréciation fine des sites, de l’usage qui en est fait et des contraintes qui s’y rattachent, d’appliquer des modes de gestion spécifiquement adaptés aux différentes zones. A titre d’exemple, une pelouse peut être divisée en deux parties, la plus robuste dévolue à la récréation (jeux de ballon, ...) et la plus fragile à la protection du biotope. Cette technique permet d’accroître la gamme des fonctions d’un site et donc sa richesse. Bruxelles Environnement privilégie également la participation des habitants et des utilisateurs de parcs et jardins tant lors de leur conception, de leur rénovation que tout au long de leur entretien. 
Selon les caractéristiques des espaces verts et les modes de gestion qui y sont appliqués, l’entretien est réalisé soit en régie, par les jardiniers de Bruxelles Environnement (par exemple, pour des tâches requérant une expertise et un savoir-faire particulier au sein d’un parc historique), soit confié à des entreprises prestataires externes. Dans ce dernier cas, la qualité d’exécution est assurée via l’imposition de clauses techniques très précises au niveau des cahiers des charges.

Les gardiens de parcs assurent un rôle d’accueil et de prévention

Des gardiens de parcs assurent une présence au niveau des différents espaces verts. Cette fonction de gardiennage qui, à l’origine, était plutôt orientée vers la surveillance, a progressivement évolué vers une fonction d’agent d’information et sensibilisation du public, de médiateur et, dans certains cas, d’animateur. Dans certaines zones plus sensibles (par ex. quartiers denses peu végétalisés, quartiers socio économiquement défavorisés, faible contrôle social, etc.), Bruxelles Environnement a développé la fonction de gardiens-animateurs. Outre leur rôle de gardien, ceux-ci développent une approche spécifique davantage orientée sur le développement actif des interactions avec les usagers. En travaillant en étroite collaboration avec les différentes associations de proximité, les gardiens animateurs répertorient les besoins et les souhaits des usagers et leur proposent des animations en adéquation avec ceux-ci.

Les arbres des parcs font l’objet d’un suivi phytosanitaire

Une équipe de la Division Espaces verts est chargée du recensement et de la description des principales caractéristiques des arbres localisés dans les parcs gérés par Bruxelles Environnement et dont le tronc a une circonférence supérieure à 40 cm à 1,5 m de hauteur. La base de données reprend de nombreuses informations : espèce, diamètre, hauteur, stade de développement, âge, diagnostic de l’état de santé, blessures, présence d’insectes ou de maladies, environnement et proximité d’infrastructures, sécurité et recommandations. Ces relevés permettent d’évaluer les risques et de programmer les interventions nécessaires (élagage, coupe de branches, abattage...) à court et moyen termes. Pour affiner le diagnostic, diverses expertises complémentaires peuvent être entreprises.
En juin 2021, 47 sites (435 ha) avaient été inventoriés dans le cadre du suivi phytosanitaire des espaces verts gérés par la Division espaces verts. A cette date, l’inventaire portait sur près de 44.200 arbres. Cet inventaire est réalisé selon un ordre de priorité basé sur les caractéristiques des parcs et leur fréquentation.

De nouveaux espaces verts sont créés par Bruxelles Environnement

Si plus de la moitié de la superficie régionale correspond à des espaces végétalisés, il n’en reste pas moins que de nombreux quartiers connaissent un déficit en espaces verts publics. C’est particulièrement le cas dans des quartiers densément bâtis, notamment dans le pentagone et en première couronne ainsi que le long du canal (pour de plus amples informations sur les disparités en espaces verts, voir fiche documentée « Le maillage vert  »). Par ailleurs, on estime qu’environ deux tiers des Bruxellois n’ont pas accès à un jardin privatif (Dedicated 2020).
Lors de la crise sanitaire de la COVID19, la sur-fréquentation de certains parcs a mis en évidence de façon criante le manque d’offre en espaces verts de certains quartiers et la nécessité pour les Bruxellois de disposer de zones de quiétude permettant la pratique d’activités sportives et de détente dans un contexte de crise sanitaire (voir « Rapport d’activité 2020  », Bruxelles Environnement). Cette forte augmentation de l’affluence dans les parcs a nécessité un renforcement saisonnier des équipes de gardiens et une attention accrue de la part des jardiniers pour assurer l’entretien des espaces les plus fréquentés.
L’amélioration de l’offre en espaces verts de proximité, en particulier dans le pentagone et dans la première couronne, constitue l’un des principaux objectifs du plan régional Nature et a été confirmé dans le plan régional de développement durable. La constitution de corridors verts reliant entre eux les espaces verts permet aussi d’accroître la présence de nature dans la ville et de renforcer la résilience des écosystèmes (voir focus Maillage vert ).
Le parc Pannenhuis, réalisé grâce à une étroite collaboration entre Bruxelles Environnement et la Ville de Bruxelles et ouvert en avril 2021, figure parmi les réalisations les plus récentes dans les quartiers centraux. Ce parc linéaire d’une superficie d’un peu plus de 2 hectares était le chaînon manquant permettant de relier la place Bockstael (Laeken) à l’avenue du Port en passant par le site de Tour et Taxis et d’autres espaces verts adjacents récemment créés, menant à la création d’un espace vert continu de 7 ha. Ce parc est un bel exemple de multifonctionnalité puisqu’il combine support à la mobilité douce, mise en valeur du patrimoine naturel (zone humide entre autres) et historique (ancienne voie ferroviaire désaffectée), préservation de la biodiversité (maintien d’espaces en friche) ou encore, aires de jeux, de sport et de pique-nique.
Au cours des dernières années, on peut également citer la création des différentes phases du parc de la Senne, du parc de la Porte de Ninove ou encore l’aménagement de tronçons de la promenade verte et d’espaces verts liés (plateau Engeland, Zavelenberg, Marconi, prairie Dolez, Vogelzang…). Plusieurs autres projets de réalisation d’espaces verts sont en cours d’élaboration. 
Outre la création d’espaces verts, de nombreux projets de restaurations - parfois très conséquents - sont mis en œuvre (plaines de jeux telles que récemment au Scheutbos, au Jardin Botanique ou encore au Rouge-Cloître, chemins, équipements, …) pour assurer la pérennité des espaces verts existants ou en améliorer la qualité. 

La reprise en gestion d’espaces verts communaux par la Division Espaces verts

Les communes ne disposant pas toujours des moyens humains et budgétaires nécessaires, une politique de reprise en gestion de parcs communaux par Bruxelles Environnement a été initiée depuis quelques années. 
La Région s’est ainsi vu confier en 2017 la gestion de 4 parcs communaux (parcs de la Ligne 28, Marie-José, Albert et Forestier) et 4 autres parcs ont été repris en gestion en 2018 (Val d’Or, parcs Tercoigne, Sauvagère et Bon Pasteur). Deux tronçons de la promenade verte ont également fait l’objet d’une acquisition en 2018 (Canal et Nestor Martin). Plus récemment, la gestion de la totalité ou d’une partie des sites du Kauwberg, du Walckiers, de l’hippodrome de Boitsfort et du Wiels a aussi été confiée à Bruxelles Environnement. 
Cette reprise en gestion de parcs par la Région permettra à terme d’améliorer la cohérence de leurs aménagements et de réaliser des économies d’échelle (achat de plants, matériel, paysagistes et personnel de terrain). Elle facilite par ailleurs la réalisation de projets d’envergure régionale tels que la promenade verte, les maillages vert et bleu, le maillage jeu ou le développement des activités sportives dans les parcs. Pour les espaces verts situés en zones sensibles, elle permet d’y développer un gardiennage adapté aux réalités sociales locales. 

Une gestion qualitative et écologique pour l’ensemble des espaces verts bruxellois

Cette approche doit progressivement s’étendre à l’ensemble des espaces verts gérés par les communes et autres aménageurs et gestionnaires d’espaces verts. 
Pour ce faire, divers outils sont mis en place : séminaires de formation, guides de bonne pratiques en gestion écologique et paysagère, production de fiches thématiques, possibilité de faire appel à un « facilitateur nature », appels à projets et subsides, mise à disposition d’un outil d’évaluation du potentiel de développement de la biodiversité d’un site pour les architectes et urbanistes, etc. 
Des conventions portant sur la gestion de la biodiversité ont également été signées ou sont en cours de signature entre Bruxelles Environnement et des partenaires publics (Bruxelles Mobilité, Citydev, Infrabel, Port de Bruxelles).
Depuis 2017, la Division Espaces verts participe, en partenariat avec d’autres institutions, aux réflexions sur les grands enjeux urbanistiques de la Région. Au-delà de ces réflexions, ce partenariat débouchera sur une prise en charge active des réalisations (aménagements de nouveaux espaces verts, établissement de liaisons et connexions vertes) ainsi qu’à terme, sur la reprise en gestion des nouveaux espaces verts en projet ou encore à créer.
La Division Espace verts est également indirectement impliquée dans la gestion de moyens considérables affectés à l’aménagement ou à la requalification d’espaces verts bruxellois dans le cadre de la mise en œuvre de l’accord de coopération Beliris qui, pour rappel, vise à promouvoir le rôle international et la fonction de capitale de Bruxelles.

Développer une production alimentaire qualitative et respectueuse des ressources 

La Région bruxelloise place l’alimentation comme pilier de sa politique de développement, pour sa fonction nourricière autant que culturelle, sociale et d’intérêt pour la santé. Adoptée en 2015 - et actuellement en cours de révision -, la stratégie Good Food fixe des objectifs et des mesures pour que chaque Bruxellois ait accès à une alimentation saine et durable, produite localement. La déclaration de politique régionale 2019-2024 réaffirme cette ambition et l’étend même à l’élaboration d’une politique agro écologique à part entière (voir focus Good food sur les potagers collectifs et familiaux  et sur l’agriculture urbaine professionnelle ).

Date de mise à jour: 17/12/2021

Documents: 

Fiche méthodologique

Tableaux reprenant les données

Fiches documentées

Thème « L’occupation des sols et les paysages bruxellois »

Thème « Alimentation durable et agriculture urbaine »

Fiches de l’Etat de l’Environnement

Autres publications de Bruxelles Environnement

Etudes et rapports

Plans et programmes