Vous êtes ici

Mobilité et transports

Chiffres-clés en matière de déplacements

Le tableau suivant met en évidence une forte augmentation des déplacements effectués en transports en commun urbains et ferroviaires ainsi qu’en vélo au cours de la période 2000-2012. Des comptages de piétons effectués dans les artères commerçantes montrent également une évolution globalement positive.

Selon l’observatoire de la mobilité de la RBC (2013), ce succès des transports collectifs et des modes actifs peut s’expliquer par divers facteurs : croissance démographique et rajeunissement sensible de la population bruxelloise, évolution des conditions de circulation (ralentissement du trafic) et de stationnement, appauvrissement de la population, …En qui concerne la progression du vélo, on peut également y voir l’effet de diverses mesures encourageant ce mode de déplacement : développement des itinéraires cyclables régionaux (116 km d’itinéraires aménagés et balisés début 2013) et d’un réseau automatisé de location de vélos (Villo), soutien à l’intermodalité vélos/transports en commun (parkings, possibilité d’embarquement, etc.), mise en place de plans de déplacements (entreprises, écoles), etc.

En ce qui concerne le trafic aérien à l’aéroport de Bruxelles-National, la dernière décennie est marquée par une importante diminution des mouvements.

Evolution de quelques indicateurs clés en matière de mobilité en Région de Bruxelles-Capitale
Sources : voir ci-dessous

Evolution de quelques indicateurs clés en matière de mobilité en Région de Bruxelles-Capitale

Tendance récente à la baisse du trafic routier hors ring

Contrairement à ce que l’on observe pour les transports en commun et le vélo, le trafic routier tend globalement à diminuer au sein de la Région et ce, malgré une hausse sensible de la population.

L’observatoire de la mobilité base ces conclusions sur différentes sources :

  • une comparaison entre des comptages effectués en 2003 et 2008 par Bruxelles Mobilité (297 postes) montre une diminution globale du trafic de l’ordre de 3 à 4%. L’évolution est cependant très variable selon le type de voiries, la tendance étant même inverse au niveau du ring (+4,8%) ;
  • une étude effectuée par Bruxelles Mobilité a mis en évidence une baisse significative du trafic de transit (quelques pourcents entre 2006 et 2011) au niveau de 10 quartiers résidentiels témoins (heures de pointe);
  • le recensement de la circulation effectuée par le SPF Mobilité&Transport (sur base de données transmises par la Région) montre :
    • une diminution globale du trafic au niveau des postes de comptage de la petite ceinture et sur les voies d’accès depuis le ring (-1,4% entre 2008 et 2009, -2,1% entre 2009 et 2010) ; ces données doivent néanmoins être considérées avec prudence vu le petit nombre de postes de comptages et leur limitation aux grands axes de circulation.
    • Une augmentation globale du trafic de 5,7% au niveau du Ring entre 2000 et 2009, particulièrement marquée dans ses parties ouest et sud-ouest.

D’autres observations témoignent néanmoins également d’une tendance encourageante en ce qui concerne l’usage de la voiture en Région bruxelloise :

  • baisse du taux de motorisation des Bruxellois : selon l’enquête Beldam 2011, 64,8 % des ménages bruxellois disposeraient d’au moins une voiture (82,6% au niveau belge). Les données de l’enquête sur le budget des ménages montrent une réduction sensible de ce taux au cours de la dernière décennie (79,1% des ménages bruxellois disposaient d’une voiture durant la période 1999-2002 contre 61,9% durant la période 2007-2010)
  • réduction de l’utilisation de la voiture par les Bruxellois au profit des transports collectifs ou du vélo (Bruxelles Mobilité, enquête IPSOS, citée par ADT 2011),
  • diminution de l’usage de la voiture comme mode de déplacement « domicile-travail » (Bruxelles Environnement 2014 « Plan de déplacements d’entreprises – Bilan 2011» et SPF Mobilité, Diagnostic fédéral sur la mobilité des travailleurs).

Au niveau des infrastructures, notons l’importante progression des zones 30 aménagées ces dernières années.

Par contre, les taux d’occupation des voitures circulant dans la Région restent très faibles (1,2 passagers/voiture un jour « moyen ») et légèrement inférieurs à ceux observés en Flandre (1,3) et Wallonie (1,4). Sans surprise, les distances moyennes parcourues quotidiennement par les Bruxellois (environ 27 km) sont inférieures à celles des régions voisines (environ 42 km) (SPF Mobilité et transport, enquête BELDAM 2011).

Evolution du parc de véhicules

Au niveau belge, selon les données d’immatriculation, l’évolution du parc de véhicules est marquée par une tendance à l’augmentation de l’âge moyen des véhicules et par une poursuite de l’augmentation du taux de pénétration des véhicules diesel (59% en 2011).

Transport de marchandises

Peu de données sont disponibles concernant les flux de véhicules liés au transport de marchandises. L’état des lieux établi en 2011 dans le cadre de l’élaboration du Plan Régional de Développement Durable fait cependant état d’une augmentation du trafic de camions de 80% entre 1990 et 2002 (comptage le matin).  Par ailleurs, selon des comptages effectués par Bruxelles Mobilité en 2012, le transport de marchandises représente 14% du trafic total (6% en camions et 8% en camionnettes).

Date de mise à jour: 09/07/2018
Documents: