Travailler avec un handicap : rencontre avec un collaborateur non-voyant

02/12/2020
Moez, un de nos collaborateurs qui est mal-voyant / Moez, één van onze medewerker die blinde is

Moez a rejoint Bruxelles Environnement depuis le mois d’août au sein du Département International et juridique et dans le Département Appui juridique et administratif de la Division Inspectorat et Sols pollués. Il y est conseiller juridique. Rencontre et interview croisée avec ses managers. 

Moez travaille aujourd’hui sous un contrat d’adaptation professionnelle (CAP) et partage son temps de travail entre deux départements. En tant que personne non-voyante, nous avons choisi le mettre à l’honneur en ce 3 décembre. 

C’est à cette date que la Journée internationale des personnes en situation de handicap est chaque année célébrée à travers le monde. Elle vise à promouvoir les droits et le bien-être des personnes porteuses de handicap. A Bruxelles Environnement, la Diversité fait partie des fondamentaux, ce qui est traduit par le Plan Diversité en actions concrètes notamment dans les nouveaux engagements. 

L'interview de Moez

Comment s’est passée ton intégration à Bruxelles Environnement ? 

« Mise à part l’adaptation technique, le reste est allé de soi. Que ce soit dans le premier stage que dans le contrat en cours ».

En quoi consiste ton travail ?

« Je suis amené à rendre des avis juridiques, à faire des listes de la législation fédérale, à participer aux réunions de service, à sonder des dossiers de fond ».

Quels sont les outils que tu utilises au quotidien et qui te permettent d’être autonome ?

« J’ai un ordinateur et le logiciel JAWS qui me permet d’utiliser cet ordinateur. Et un autre logiciel qui me permet de transformer tout ce qui est photos et pdf en word visible pour moi. Je peux aussi utiliser facultativement un bloc-note/ un clavier braille qui me permet de prendre notes en réunion ».

Tu as fait un stage en février-mars (avant le Covid). Aujourd’hui, en travail à domicile, la communication est plus facile ou plus compliquée pour toi ? 

« Je rencontre les mêmes problèmes que les autres personnes. Quand tu n’es pas en contact direct avec les autres, ce n’est pas la même chose qu’une ambiance au travail ».

L'interview de ses managers 

Qu’est-ce que Moez vous a apporté ? 

  • Marie-Astrid : « A tous les niveaux, collaborer avec une personne présentant un handicap est très enrichissant. Nous apprenons énormément sur le handicap en lui-même. Nous nous rendons vite compte que des gestes simples et quotidiens ne sont pas accessibles facilement pour les non-voyants, même dans notre bâtiment de Tour et Taxis. Se rendre aux toilettes, pouvoir déposer ses affaires dans un casier, prendre une tasse de café,… Nous sommes sortis de l’idée théorique que l’on peut se faire, pour une immersion pratique dès que nous avons accompagné Moez dans son nouvel espace de travail.

    Sur le plan humain, cette expérience est encore plus enrichissante. Entendre Moez nous raconter son parcours, son histoire,… et sa force pour surmonter les obstacles auxquels il a été confronté, contribue à être plus ouvert, bienveillant et attentif au monde qui nous entoure ».
     
  • Jérôme : « L’intégration de Moez dans notre Département a renforcé la bienveillance et les liens au sein notre équipe mais aussi avec d’autres unités de BE, également séduites par le projet. Cela nous a également appris à nous familiariser avec ce type d’handicap, à rapidement le dépasser et d’ainsi collaborer pleinement avec Moez au regard de toutes ses qualités professionnelles et humaines ».

Y-a-t ’il eut des défis ? Si oui, quels ont-ils été ? 

  • Marie-Astrid : « Le plus grand défi est de permettre à Moez d’avoir un PC professionnel qu’il puisse utiliser avec tous les logiciels nécessaires. C’est un travail de longue haleine, qui nécessite la collaboration de plusieurs départements. C’est par ce PC professionnel optimal que l’expérience de Moez au sein de BE pourra être réussie, particulièrement en temps de télétravail full-time ». 

Comment avez-vous géré son intégration et les apprentissages nécessaires à son démarrage ?

  • Marie-Astrid : « En collaboration avec le service Diversité et l’asbl qui accompagne les personnes présentant un handicap, une session de sensibilisation a été organisée au début de la collaboration avec Moez. Nos collègues ont fait connaissance avec Moez, en ont appris davantage par rapport à son handicap, et surtout, cette session a donné à tous les collaborateurs les balises et outils pour pouvoir mieux soutenir Moez dans son quotidien à Tour et Taxis. »

Que diriez-vous aux personnes qui hésitent encore à engager des personnes en situation de handicap ?

  • Jérôme : « L’idée que nous nous pouvons nous faire des contraintes de l’exercice d’une profession liées à un handicap sont plus importantes qu’elles ne le sont en réalité (et ce d’autant plus avec l’aide des innovations technologiques en développement continu). Engager une personne en situation de handicap est le meilleur moyen de se rendre compte des préjugés que nous pouvons avoir en la matière et de les dépasser ».
     
  • Marie-Astrid : « Let’s go ! »
Date de mise à jour: 03/12/2020