Mobilité : Bruxelles bientôt « Low Emission Zone »

05/12/2016

Á partir du 1er janvier 2018, la Région de Bruxelles-Capitale deviendra une LEZ (Low Emission Zone), c’est-à-dire une zone de basse émission). Autrement dit, les véhicules les plus polluants ne pourront plus y accéder. Objectif ? Améliorer la qualité de l’air et donc la santé publique. Si vous prévoyez de renouveler votre flotte de voitures de service ou de société, c’est l’occasion de choisir des véhicules propres.

Pourquoi une LEZ à Bruxelles ?

Différentes études ont pointé la mauvaise qualité de l’air à Bruxelles et l’impact sanitaire que cela peut entraîner. Instaurer une LEZ à Bruxelles permettra de diminuer les émissions de polluants les plus nocifs pour la santé, à savoir les oxydes d’azotes, les particules fines et notamment les black carbon (BC). Une amélioration de la qualité de l’air profitera à tous et contribuera surtout à améliorer la santé des Bruxellois.

Quand la LEZ sera-t-elle mise en œuvre ?

La LEZ sera opérationnelle à partir du 1er janvier 2018. Elle sera d’application tous les jours de la semaine, 24 h/24. Les critères d’accès à la LEZ évolueront dans le temps. La première année, seuls les véhicules diesel les plus anciens seront concernés.

Comment cela marchera-t-il ?

Des caméras fixes et mobiles – dont la localisation est encore à l’étude – contrôleront la plaque d’immatriculation des véhicules qui circuleront sur l’ensemble du territoire (les 19 communes) de la Région de Bruxelles-Capitale. Le Ring n’est pas concerné par la LEZ. Si le véhicule ne répond pas aux normes Euro autorisées, son propriétaire risque une amende, dont le montant est encore à définir par le législateur bruxellois. Seuls les véhicules diesel les plus anciens de norme EURO 1, ou sans norme EURO, sont concernés la première année.

Quels sont les véhicules concernés ?

La règlementation concerne les véhicules suivants, qu’ils soient immatriculés en Belgique ou à l’étranger :

  • Les voitures individuelles.
  • Les camionnettes de moins de 3,5 tonnes (catégorie de véhicule N1 sur la carte grise).
  • Les bus et autocars.
  • Un certain nombre de véhicules spécifiques sont exemptés d’office du respect de cette réglementation. 
  • Les véhicules diesel anciens sont les plus visés, car ils émettent plus de polluants, comme les oxydes d’azote, qui altèrent la qualité de l’air et donc la santé.
  • En 2018, les véhicules à essence ne sont pas concernés, mais les règles évolueront les années suivantes.

Et le chauffage ?

Le Gouvernement bruxellois agit sur tous les secteurs d’activités émetteurs de polluants atmosphériques, notamment le chauffage des bâtiments. C’est l’objet du Plan Air Climat Energie qui a été adopté le 2 juin 2016. 

Date de mise à jour: 12/12/2016