Vous êtes ici

Libellules : en moins de 20 ans, deux fois plus d’espèces observées à Bruxelles !

19/07/2018

14812868137_437127a9bc_o.jpg

Rouges, jaunes, d’un bleu profond… petites et fines ou de grande taille au corps épais, elles sont diverses et nous enchantent par leurs ballets volants. Elles, ce sont les libellules, de retour en force à Bruxelles.

Les libellules (scientifiquement appelées Odonates, ce qui signifie « mâchoires dentées ») sont composées des libellules vraies et des demoiselles, au corps souvent plus fin et aux yeux disposés sur le côté. Ces insectes carnivores, dont les larves se développent en milieu aquatique, sont intimement liés aux milieux humides et à leur qualité écologique.

Une belle progression de la qualité des eaux de surface à Bruxelles

Fin des années 1990, début des années 2000, les habitats aquatiques à Bruxelles avaient été fortement détériorés notamment à cause de leur suppression (assèchement), de la pollution et de l’exploitation piscicole intensive des étangs ; les poissons sont en effet prédateurs des libellules. On ne recensait alors plus que 27 espèces de libellules dont seulement 14 dans un état de conservation favorable.

En peu de temps, des mesures de gestion telles que la séparation des eaux usées qui a permis de réduire la pollution, ainsi que la diminution des populations de poissons excédentaires, ont permis un retour d’un nombre important d’espèces de libellules à Bruxelles. Le réchauffement climatique est une autre raison pour laquelle des espèces nouvelles sont apparues chez nous, leur aire de répartition se déplaçant plus au nord.

Beaucoup de libellules mais aussi une grande diversité

Cet été, le constat est que non seulement les effectifs des populations sont importants mais aussi que la diversité est très élevée. Une espèce nouvelle, Cordulegaster boltoni, qui était considérée comme disparue chez nous depuis au moins 1950, a même été revue en forêt de Soignes. Le constat qu’une autre espèce,  Calopteryx virgo, se reproduise le long de la Woluwe confirme que ce cours d’eau a récupéré une bonne partie de son potentiel biologique. Des espèces rares ont fait également leur apparition chez nous, parfois à partir du territoire de la Région flamande.

Vous aussi, participez et profitez de l’été pour vous exercer à reconnaître les libellules

Un nouvel atlas des odonates est en cours de réalisation par l’Institut royal des sciences naturelles de Belgique, pour le compte de Bruxelles Environnement.

Mais toutes les observations des particuliers sont aussi intéressantes et peuvent être encodées sur le site www.observations.be. C’est encore la bonne saisons pour vous exercer à reconnaître nos principales espèces de libellules avec notre nouveau guide de terrain gratuit (.pdf), que vous pouvez aussi commander au service info-environnement (02 775 75 75 / info@environnement.brussels).

Date de mise à jour: 19/07/2018