Le jardin botanique Jean Massart, haut lieu de la biodiversité à Bruxelles

15/01/2016

Les spécialistes ont dénombré pas moins de 1000 espèces d'insectes et d'araignées en moins d'un an au jardin botanique Jean Massart à Bruxelles. « Le jardin est un hotspot de biodiversité », déclare l'entomologiste Patrick Grootaert de l'Institut royal des Sciences naturelles de Belgique (IRSNB). 

Le jardin botanique Jean Massart, situé à Auderghem, est proche de la forêt de Soignes et compte à peine cinq hectares. Il a été aménagé en 1922 par le botaniste Jean Massart, un écologiste avant la lettre. Il contient une très grande variété d'espèces indigènes et exotiques d'arbres et autres plantes.

En 2015, Bruxelles Environnement  a accordé un subside à la SRBE (Société royale belge d'Entomologie) pour un projet d'inventaire des insectes et araignées au jardin Massart, jusqu'à ce que le cap d'au moins mille espèces soit atteint. Ce projet a été réalisé avec le soutien de l'IRSNB. L'objectif a été atteint en moins d'un an, grâce à l'engagement d'un collaborateur scientifique, Hugo Raemdonck, et d'une trentaine d'entomologistes bénévoles.

« Si l'on compare les données à d'autres inventaires réalisés en Belgique, on constate que la 'petite' zone est un véritable « hotspot » de biodiversité, explique Patrick Grootaert. Certaines familles d'insectes phytophages y sont particulièrement diversifiées, ce qui est logique pour un jardin botanique, qui abrite plus d'espèces végétales qu'un jardin public moyen ».

Ainsi, les biologistes ont trouvé au jardin Massart un cinquième de toutes les espèces de capricornes et de charançons jamais signalées en Belgique. Les syrphides (une famille de mouches qui « imitent » souvent les formes et les couleurs vives des abeilles) sont également bien représentés, avec plus d'un quart des espèces belges. Et même un tiers des espèces de coccinelles belges connues y ont été découvertes.

Les entomologistes ont également observé des espèces très rares, qui n'ont été découvertes que récemment en Belgique ou qui n'ont pu être observées qu'à quelques reprises dans notre pays en plus de cent ans d'observations. En ce qui concerne les moustiques mycophages, dont les larves vivent dans les champignons, 25 espèces ont même été découvertes alors qu'elles n'avaient jamais été observées en Belgique.

« Un tel hotspot pour Bruxelles et même pour la Belgique doit être bien protégé », estime Patrick Grootaert. En renouvelant l'inventaire dans quelques années, les biologistes pourront établir si les populations d'insectes ont changé.

Le jardin botanique Jean Massart est géré par Bruxelles Environnement et intégré dans le réseau Natura 2000. Un arrêté de désignation pour fixer les objectifs de conservation de la Zone spéciale de conservation dans laquelle se situe le jardin botanique est en préparation. Une attention particulière est accordée aux valeurs naturelles, ce qui veut dire que la qualité des habitats est conservée en bon état et que de nombreuses espèces peuvent maintenir des populations stables.

© Isabelle Sauvage - Argiope bruennichi

Date de mise à jour: 15/01/2016