Vous êtes ici

La vente de pesticides mieux encadrée

11/12/2015

Depuis le 25 novembre 2015, partout en Belgique, les vendeurs de pesticides (produits phytopharmaceutiques) doivent être titulaires d’une phytolicence, un certificat qui atteste de leurs connaissances en matière de bonne utilisation des produits et d’alternatives non chimiques.

L’utilisation des pesticides est une préoccupation majeure en matière de santé et de protection de l’environnement. Qu’on se le dise : les pesticides, on s’en passe ! Mais pour protéger ceux qui n’ont pas encore franchi le cap du « zéro phyto », de nouvelles dispositions sont entrées en vigueur.

 

De meilleurs conseils lors de la vente de produits amateurs

Les autorisations de mise sur le marché des produits phytopharmaceutiques destinés aux particuliers d’une part et aux professionnels d’autre part ont déjà été scindées depuis 2012.

Des mesures de sécurité supplémentaires ont également été prévues pour la vente aux particuliers : les produits destinés au grand public sont présentés dans de plus petits conditionnements, prêts à l’emploi, avec des bouchons de sécurité, et leur usage nécessite des équipements de protection réduits (des gants et vêtements couvrants suffisent).

Par ailleurs, tous les vendeurs de produits destinés aux amateurs, aussi bien dans les commerces spécialisés (pépinières, jardineries, magasins de bricolage) que dans la grande distribution (supermarchés, hard discount), doivent être en possession d’une licence spécifique (phytolicence de type NP). Les détaillants doivent également s’assurer de disposer d’un nombre suffisant de vendeurs possédant cette licence.

Cette mesure vise surtout à améliorer l’information et les conseils fournis aux clients qui souhaitent malgré tout utiliser des pesticides, y-compris pour les produits écologiques utilisables en agriculture bio (ou « biopesticides »), qui sont soumis aux mêmes législations (un produit bio n’est en effet pas forcément inoffensif !).

Les produits professionnels sont aussi concernés

Des phytolicences spécifiques sont également obligatoires pour les vendeurs et conseillers de produits professionnels (phytolicence de type P3) ainsi que pour les utilisateurs de ces produits (phytolicences de types P3, P2 et P1).

Si l’idée est notamment d’accroitre la sécurité des professionnels (agriculteurs, jardiniers, ouvriers, etc.), qui sont souvent les principales victimes de ces substances par leur exposition régulière, le grand public devrait lui aussi bénéficier des retombées positives liées à l’adoption de pratiques alternatives et au choix de stratégies de lutte plus durables, tant dans la gestion des espaces verts et voiries que dans la production agriculture.
Professionnel ? Comment obtenir votre phytolicence ?

Seuls les professionnels (vendeurs et utilisateurs) doivent détenir une phytolicence, attribuée nominativement (pas de certificat global pour les personnes morales). Les demandes doivent être introduites sur le site de l’autorité fédérale : www.phytolicence.be.

Plus d’infos sur l'obligation de la phytolicence

Date de mise à jour: 21/11/2016