La qualité de l’air étudiée sous tous les angles grâce au « Partenariat bruxellois pour un air pur » lancé en 2020 à Bruxelles

11/12/2020

Malgré une amélioration ces dernières années, l’air est encore pollué à Bruxelles, entraînant des conséquences néfastes pour la santé. Pour mieux combattre cette pollution de l’air, de plus en plus d'initiatives locales et internationales s’attèlent à la rendre plus visible et plus compréhensible. C’est le cas du "Partenariat pour un air pur à Bruxelles" ("Brussels Clean Air Partnership"), lancé cette année sur le territoire de la Région de Bruxelles-Capitale par la fondation Bloomberg Philanthropies, le Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale et Bruxelles Environnement.

 

1. Remote Sensing - Octobre 2020 – juin 2021

Derrière les normes d’émission « théoriques » auxquelles doivent se conformer les nouveaux véhicules mis sur le marché européen, se pose la question des émissions « réelles » des véhicules en circulation. Pour tenter d’y répondre de façon plus exacte, la technologie « Remote Sensing » a été utilisée à l’occasion d’une étude mise en œuvre par Bruxelles Environnement en partenariat avec l’International Council for Clean Transportation (ICCT). Au total, cette étude a permis de mesurer les émissions « réelles » de plus de 200 000 véhicules en circulation dans plusieurs endroits de la capitale. Si de telles mesures ont déjà été effectuées en Wallonie et en Flandre, c’est la première fois que les émissions des véhicules sont mesurées en situation réelle de circulation en Région bruxelloise. Les résultats de cette étude devront permettre d’avoir une meilleure connaissance des émissions des véhicules sur la route et de détecter les éventuelles fraudes sur les filtres à particules.

Plus d'infos : Projet « Remote Sensing »

2. Les Chercheurs d’Air - Octobre 2020 – octobre 2021

Le projet développé par les Chercheurs d’Air est un projet d’immiscions : il consiste à installer des tubes passifs de mesure de dioxyde d’azote (NO2) dans des lieux les plus pollués de la capitale bruxelloise pendant une période d’un an. En octobre dernier, l’asbl a lancé une campagne invitant les citoyens à mesurer gratuitement la concentration de dioxyde d’azote devant chez eux. Près de 60 Bruxellois ont répondu à l’appel, au même titre que 70 écoles qui ont également pris part à la campagne en installant des tubes dans leurs cours de récréation. Au total, 130 points de mesure seront actifs pendant 12 mois, et absorberont le NO2 présent dans l’atmosphère, émis principalement par le trafic routier. Le projet, en plus d’avoir une vocation de sensibilisation des écoles et du grand public, permettra d’évaluer la concentration moyenne mensuelle de dioxyde d’azote à laquelle la population est exposée. Les résultats, très complets car échelonnés sur une année, permettront d’identifier les zones dans lesquelles la pollution dépasserait les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et où des actions devront être mises en place en priorité. 

Plus d'infos : Les Chercheurs d'Air

3. Biomonitoring humain – Septembre 2020 – octobre 2023

Le projet de biomonitoring humain, développé avec l'Université d'Hasselt, vise à obtenir une vue complète des effets précoces de l’exposition à la pollution de l’air sur le long terme en Région de Bruxelles-capitale. Mesures d'exposition personnelle, biomarqueurs d'exposition et d'effet, tests cognitifs, questionnaire sur les symptômes d'asthme et d'allergie, mesures cardiovasculaires sont les données qui seront collectées auprès de 220 enfants de différentes écoles en Région bruxelloise. Elles permettront de déterminer si l’impact de la pollution de l’air à l'école et au domicile est important par rapport aux effets précoces sur la santé des enfants. Les résultats du projet contribueront à aider les décideurs politiques à protéger la santé des Bruxellois, et en particulier les populations sensibles comme les enfants.

4. Babel’Air – 2020 - 2023

Le projet Babel’Air, mis sur pied par l'asbl hypothèses, consiste en un accompagnement pédagogique des écoles maternelles, primaires et secondaires en Région bruxelloise à propos de la qualité de l’air. Son but est de : 

  • Former les enseignants à la thématique « air » en fonction de l’âge des enfants (4-8 ans, 8-12 ans, 12-14 ans) 
  • Sensibiliser les élèves à l’importance d’un air de qualité (intérieur et extérieur)
  • Inciter les élèves à adopter des comportements adéquats pour renouveler l’air dans l’environnement scolaire
  • Développer chez les élèves un esprit d’analyse critique face à des situations problématiques en matière d’environnement et de santé. 

Plus d'infos : Hypothèses

5. CurieuzenAir BXL – Mai 2021 – octobre 2021

Combien d’habitants de Bruxelles vivent dans des endroits où la qualité de l’air dépasse les normes de l’UE et de l’OMS pour la concentration de NO2 dans l’air ambiant ? C’est la question à laquelle souhaite répondre le projet de science citoyenne à grande échelle, « Curieuze Neuzen », coordonné par le BRAL et par l'Université d'Anvers. Ce projet de mesure de la pollution au NO2 en Région de Bruxelles-capitale vise avant tout un impact social significatif en  sensibilisant à l’importance de la qualité de l’air en ville au-travers d’une large campagne médiatique. Celle-ci sera lancée en mai 2021  dans le but de trouver 3 000 volontaires (citoyens/écoles/organisations) qui accepteront de placer des tubes passifs de mesure de NO2 à leur domicile pendant un mois. Les résultats contribueront à l’agenda public pour l’élaboration d’une politique éclairée sur la qualité de l’air en Région de Bruxelles-capitale.

Plus d'infos : CurieuzenAir BXL 

6. Projet de modélisation de la qualité de l’air : 2021-2023

Si la qualité de l’air s’améliore d’années en années en RBC, certains polluants demeurent problématiques et ne respectent toujours pas les valeurs limites européennes et/ou les recommandations de l’OMS. C’est notamment le cas pour le NO2 dont la valeur limite annuelle est respectée de justesse dans le réseau télémétrique bruxellois, mais qui demeure non-respectée dans les sites les plus exposés aux émissions d’un trafic dense. L’objectif de ce projet mis sur pied par l’UCL est de développer et de mettre à disposition de Bruxelles Environnement un outil d’évaluation de l’impact de scénarios d’émissions sur la qualité de l’air en Région de Bruxelles-Capitale (RBC). Cet outil sera basé sur une modélisation des oxydes d’azote à l’échelle urbaine. L’outil servira notamment à évaluer la pertinence de mesures locales ou régionales visant à redistribuer le flux de véhicules.

Date de mise à jour: 25/05/2021