Vous êtes ici

Découvrez le premier bilan encourageant de la Zone de Basses Emissions !

17/05/2019

L’année 2018 constitue la première étape de la Zone de Basses Emissions, l’interdiction ne portant que sur les véhicules diesel les plus anciens. Les critères d’accès se renforçant chaque année, l’impact de la LEZ sur le parc automobile et sur la qualité de l’air prendra une toute autre ampleur dans les années à venir. En effet, la LEZ a concerné environ 2 300 véhicules immatriculés en région bruxelloise en 2018 et 19 000 véhicules en 2019, elle en touchera 65 000 en 2020, et davantage encore en 2022 puis 2025.

Premières conclusions

Après un an d’existence, on constate un net effet de la LEZ sur le nombre de véhicules diesel les plus anciens en circulation dans la Région. Avant l’envoi des amendes, entre juillet et septembre 2018, on compte en moyenne 149 véhicules en infraction par jour. A partir de l’envoi des amendes, entre octobre et décembre 2018, ce sont en moyenne, 45 véhicules en infraction par jour. La part de véhicules en infraction a donc chuté de près de 70% entre le début et la fin de l’année 2018, avec un tournant au 1er octobre, date de début de l’envoi des amendes.

Ce changement dans la composition du parc automobile circulant en Région bruxelloise s’accompagne d’une réduction des émissions d’oxydes d’azote (NOx) et de particules fines PM2.5. Ainsi, entre juin et décembre 2018, les émissions provenant des voitures belges en circulation ont diminué de 4,7% pour les NOx et de 6,4% pour les PM2.5. Ces réductions sont plus élevées par rapport à l’évolution naturelle du parc. On peut donc supposer que la LEZ a joué un rôle dans le cadre de ces réductions. Cela contribuera à terme à améliorer la qualité de l’air au profit de tous les Bruxellois, comme le montraient déjà les projections de Bruxelles Environnement. Ces projections prévoient le respect des normes européennes de qualité de l’air à l’ensemble des stations  de mesure rapportées à l’Union européenne en 2020, ce qui ne serait pas le cas si la LEZ n’avait pas été instaurée.

Dans les années à venir, l’ampleur de la LEZ va être tout autre puisque le nombre de véhicules concernés va augmenter de manière importante. Il est dès lors important de renforcer les mesures permettant aux automobilistes concernés par la LEZ d’adopter des modes de transport alternatifs à la voiture individuelle, comme la marche, le vélo et les transports en commun.

Retrouvez le premier bilan complet sur le site www.lez.brussels

Date de mise à jour: 16/07/2019