Vous êtes ici

Bruxelles Environnement prend des mesures pour endiguer la présence de la pyrale du buis, de retour dans les parcs

25/04/2018

La pyrale du buis, papillon de nuit originaire d’Asie Orientale, dont les chenilles ont été responsables de gros dégâts en région bruxelloise en 2017, fait son retour en ce début d’année 2018. L’occasion de rappeler les mesures à prendre par les pouvoirs publics comme les particuliers.

Bruxelles Environnement a constaté en cette mi-avril les premiers dégâts liés au retour de la pyrale du buis dans certains parcs dont elle a la gestion (Jardins du fleuriste, Jardin Colonial, Parc Sobieski, Parc du Cinquantenaire). Bruxelles Environnement met donc en place plusieurs mesures afin d’endiguer au plus vite la progression de ce ravageur dans ses espaces verts.

Des mesures recommandées à tous les pouvoirs publics et professionnels

  • Les buis les plus sévèrement atteints en 2017 sont progressivement remplacés par d’autres espèces.
  • Dans les espaces verts soumis au régime de classement ou dans le cas d’arbustes d’intérêt patrimonial, nous avons entamé les premières applications de pesticides autorisés en agriculture biologique, soigneusement sélectionnés afin d’avoir un impact minimum sur l’environnement, les travailleurs et le public. Ces pulvérisations curatives et non préventives sont effectuées uniquement en cas d’infestation avérée. Des mesures d’information sont mises en place et, lorsque c’est nécessaire, des interdictions d’accès au public aux zones traitées. Compte tenu des risques existant pour les abeilles, nous n’utilisons pas de pesticides biologiques non sélectifs lors de la floraison des buis (avril – mai). Pour cette raison, nous utilisons un produit sélectif qui ne cible que les chenilles de papillons, à base de Bacillus thuringiensis var. kurstaki (Btk). En Belgique, ce type de pesticides est toutefois réservé aux professionnels.
  • Des pièges à phéromones secs spécifiques à la pyrale du buis sont placés dans les espaces verts afin d’assurer un suivi des populations de papillons adultes et cibler au mieux les interventions des agents de Bruxelles Environnement.

Que peuvent faire les particuliers ?

En tant que particulier, il faut impérativement éviter de remplacer les buis attaqués l’an dernier par de nouveaux plants de buis. Il est recommandé d’arracher les plantes isolées fortement atteintes, car elles constituent un foyer idéal pour la propagation. Afin de maintenir le rôle structurant qu’ils peuvent jouer dans un jardin, de nombreux végétaux supportant des tailles régulières existent comme alternative. Si toutefois de nouveaux plants sont intégrés dans un aménagement, il est crucial de les inspecter attentivement au moment de l’achat afin d’éviter d’introduire des œufs/chenilles dans des zones pour l’instant épargnées.

Lors de l’élimination des résidus de taille et des buis infestés, il convient de veiller à ce qu’ils finissent dans des sacs poubelles blancs, bien fermés, en vue de leur incinération. Le compostage, s’il est mal effectué, peut aussi favoriser la dispersion de nouvelles maladies liées à des champignons et fragiliser plus encore le buis !

Dans les cas d’infestations les plus sévères sur des arbustes d’intérêt patrimonial, l’usage d’insecticides biologiques, en alternance, tels que des produits à base de pyréthrines et huile de colza, ou à base de spinosad, est autorisé en région bruxelloise. Attention néanmoins, ces produits d’origine naturelle sont dangereux pour les abeilles et sont donc à éviter sur les buis à proximité immédiate de parterres à floraisons mellifères, de potagers ou en période de floraison du buis (avril – mai). Dans tous les cas, nous recommandons de suivre scrupuleusement les indications figurant sur l’étiquette de chaque produit et de demander conseil en magasin auprès d’un conseiller certifié « NP ».

Trois critères permettent de détecter la présence des chenilles « à coup sûr » :

  • Les chenilles s’observent exclusivement sur le buis, peu importe la variété
  • Les chenilles sont reconnaissables à leur tête noire luisante et leur corps vert clair, strié longitudinalement de vert foncé.
  • La présence de chenilles s’accompagne d’une toile en fil de soie autour des rameaux et des feuilles, ainsi que de crottes vertes au pied du buis.
  • En ce début d’année, seules les chenilles, mesurant entre 2 et 3 cm, sont observables. Les premiers vols de papillons adultes sont attendus dans le courant du mois de mai/juin, période à laquelle les dégâts aux buis devraient diminuer avant de reprendre de plus belle.

Plus d’infos ?

Date de mise à jour: 25/04/2018