Bilan 2019 de la Zone de Basses Emissions : de bonnes nouvelles pour la qualité de l’air

14/09/2020

Le rapport d’évaluation 2019 de la Zone de Basses Emissions bruxelloise vient d’être publié. Quelles sont les conclusions de la deuxième année de mise en place de la LEZ ?

Après deux ans d’existence, on constate un net effet de la LEZ sur le renouvellement du parc automobile. Ainsi, entre septembre 2018 et décembre 2019, la part de véhicules en circulation impactés par les critères de la LEZ a chuté de 88%. Les conducteurs qui circulent grâce à un pass ou une dérogation sont peu nombreux.

Une réduction des émissions de polluants liée au renouvellement du parc automobile

La LEZ a également contribué à la diminution des émissions de polluants nocifs pour la santé. Entre juin 2018 et décembre 2019, on a comptabilisé : 

  • Une chute des émissions de Black Carbon (BC) de 77% pour les voitures et de 73% pour les camionnettes ;
  • Une baisse des oxydes d’azote (NOx) de 11% pour les voitures et de 3,5% pour les camionnettes ;
  • Une diminution des particules fines (PM2.5) de 11,5 % pour les voitures et de 21 % pour les camionnettes.

Les émissions sont calculées sur base de la composition du parc de véhicules en circulation. Ces évolutions sont principalement dues à la LEZ, même si d’autres facteurs ont pu influencer la composition du parc (prix du carburant, nouvelles technologies, etc.).

Les normes de l’Union européenne en matière de qualité de l’air respectée pour la première fois

Une réduction des concentrations des polluants directement liés au trafic routier (calculées grâce aux stations de mesure) est également constatée :

  • Entre 2018 et 2019, les concentrations annuelles de NO2 ont diminué de 10% en moyenne sur toutes les stations de mesure de la Région rapportées à l’UE. Pour la 1ère fois, la Région respecte les normes européennes en la matière.
  • Les concentrations de Black Carbon et de particules fines affichent aussi une tendance à la baisse sur l’ensemble des stations durant cette même période.  

En retirant les véhicules les plus anciens de la circulation, la LEZ contribue à de telles améliorations. Il est cependant difficile de quantifier de manière précise cette contribution car d’autres facteurs ont également une influence, en particulier les conditions météorologiques.

Encore des efforts à fournir

Malgré ces nouvelles encourageantes, la qualité de l’air reste un enjeu majeur de santé publique à Bruxelles. D’après le dernier rapport de l’Agence Européenne de l'Environnement (chiffres de 2016), les émissions du transport routier sont responsables chaque année de 68.000 morts prématurées dans l’Europe des 28.

Depuis le 1er janvier 2020, c’est au tour des véhicules diesel de norme Euro 3 d’être interdits d’accès sur tout le territoire bruxellois. Le prochain renforcement des critères de la LEZ aura lieu au 1er janvier 2022, avec l’interdiction des diesels de norme Euro 4.

Rapport d’évaluation de la Zone de Basses Emissions 2019.(pdf)

Date de mise à jour: 18/09/2020