Action de sensibilisation au risque du radon

12/10/2016
2011_©GlobalViewSimonSchmitt_ParcReineVerte_038

L’Action Radon, une campagne de sensibilisation à l’échelle nationale, vise à informer la population sur les risques liés au radon, un gaz radioactif émanant du sous-sol, à stimuler des mesures de dépistage et à montrer les solutions de prévention et de remédiation.

Qu’est-ce que le radon ?

Inodore, incolore et insipide, le radon est un gaz radioactif naturellement présent dans les sols et les roches. Depuis le sous-sol, il peut s’infiltrer dans n’importe quel bâtiment par les fissures, les équipements sanitaires ou encore les approvisionnements d’eau. Lorsqu’il est inhalé, il atteint les poumons et irradie les tissus, ce qui peut les endommager et provoquer un cancer. Après la cigarette, le radon est la deuxième cause de cancer du poumon dans notre pays. Le risque lié au radon est d’ailleurs nettement accru chez les fumeurs.

En Belgique, pour des raisons liées à la nature du sous-sol, le sud du pays est plus touché par le radon que le nord. Cependant, des études récentes démontrent que le risque de cancer pulmonaire augmente déjà à partir d’une concentration en radon de 100 Bq/m³, un niveau que l’on est susceptible de rencontrer sur l’ensemble du territoire belge.

Quelle est la situation à Bruxelles ?

En Région bruxelloise, la campagne menée en 2015-2016 a analysé les résultats de 14 détecteurs. Ceux-ci se situaient dans une fourchette de 30 à 59 Bq/m³, ce qui n’a entraîné aucune action corrective. Même si la Région Bruxelloise est plutôt épargnée par la problématique du radon, il est intéressant de contrôler sa présence dans les habitations.

Sensibiliser et apporter des solutions adaptées

99% des ménages belges n’ont encore jamais mesuré le taux de radon dans leur habitation. C’est pourquoi l’AFCN, en collaboration avec les provinces wallonnes et les régions bruxelloise et flamande, organise cette année une nouvelle édition de la campagne d’information et de sensibilisation « Action Radon ». Le site www.actionradon.be donne aux citoyens belges la possibilité de commander facilement un test radon. Ils y trouveront également des informations sur ce polluant.

Un simple test suffit !

Utiliser un détecteur est le seul moyen de savoir si l’on est exposé au radon. Ce détecteur doit être placé dans la pièce la plus fréquentée de la maison (le plus souvent une chambre à coucher ou le salon). La mesure s’effectue pendant trois mois, au terme desquels le détecteur doit être renvoyé pour analyse au service qui vous l'a livré.

Lorsque la concentration en radon est trop élevée, les partenaires de la campagne (l’AFCN, les Services d’Analyse des Milieux intérieurs des provinces du Brabant wallon, de Liège, de Luxembourg et de Namur, ainsi que le Laboratoire des Pollutions Intérieures de la Province de Hainaut et la Cellule Régionale d’Intervention en Pollution Intérieure à Bruxelles) accompagnent le propriétaire dans la recherche de solutions qui vont de l’obturation des voies de passage du radon à l’amélioration de la ventilation, jusqu’à l’aspiration de l’air dans le sol sous la dalle.

Jusqu’au 31 janvier 2017, le citoyen belge peut commander un détecteur de radon via le site web www.actionradon.be pour un coût total de 20€ (comprenant l’analyse et le conseil éventuel à la remédiation).

En parallèle, les partenaires de la campagne proposent au public toute une série de services liés au radon comme des aides directes par téléphone, des journées d’information, des brochures, etc.

Réflexe numéro 1 : ventiler !

Une bonne qualité de l’air intérieur du bâtiment est primordiale pour la santé de ses occupants. Le manque de ventilation, particulièrement pendant la période froide de l’année, contribue à augmenter significativement la concentration en radon. La méthode la plus simple et souvent la plus efficace pour s’en préserver consiste donc à ventiler et aérer le bâtiment.

Pour les nouvelles constructions comme pour les rénovations, l’étanchéité à l’air entre la dalle du bâtiment et le sol est de la plus haute importance pour éviter l’exposition au radon.

Nouvelle réglementation

La Belgique doit transposer avant février 2018 la Directive européenne 2013/59/Euratom qui fixe les normes de base en radioprotection. Le changement le plus important par rapport à la réglementation existante est la diminution du niveau de référence de 400 Bq/m³ à 300 Bq/m³. Le niveau de référence est la concentration au-delà de laquelle il faut éviter toute exposition au radon. Il concerne les habitations et les entreprises. Comme il n’existe pas de seuil en termes de risque pour la santé, en-dessous de ce niveau de référence, on doit tout entreprendre pour optimiser la situation, c’est-à-dire diminuer autant que possible le taux de radon. Avec le nouveau niveau de référence, le nombre estimé de bâtiments concernés en Belgique augmente de 80%, soit de 21 000 à 36 000.

Date de mise à jour: 12/10/2016