Vous êtes ici

Votre ventilation

a.Vos obligations pour l'installation
b.Vos obligations pour économiser l'énergie

a. Vos obligations pour l’installation

Pour toutes les installations :

  • Apposez visiblement sur l’installation une plaque indiquant la puissance nominale du moteur (kW) et le débit du volume d’air (m³/h).

Pour les nouvelles installations uniquement :

  • Laissez assez d’espace autour du ventilateur pour pouvoir le nettoyer et l’entretenir aisément.

Air rejeté

  • Placez l’orifice de refoulement au sommet du toit le plus haut du bâtiment. 

    Évitez autant que possible le rejet sur un mur, car cela peut causer des nuisances au voisinage. Dans certains cas particuliers, le permis d’environnement autorisera le rejet sur un mur, si le rejet sur le toit est impossible et si cela ne cause pas de nuisance au voisinage. Demandez toujours l’autorisation au préalable et respectez strictement les conditions indiquées dans votre permis.  

  • Installez un clapet anti-retour pour empêcher automatiquement l’entrée ou l’évacuation d’air du bâtiment en cas d’arrêt du ventilateur.

Moteur et équipements

  • Choisissez un moteur électrique à haut rendement.
  • Placez pour chaque filtre un manomètre différentiel indiquant la perte de charge en aval du filtre et la perte de charge maximale admissible.  

    En moyenne, 20% du débit d’air pulsé par ventilateur n’arrive pas dans les locaux de destination (source AIVC, Save-Duct project, 1999).

    Ces pertes ont des conséquences sur la consommation ou sur la qualité de l’air.

    Si un débit constant est maintenu, les ventilateurs doivent fournir plus d’énergie pour pulser l’air et il y aura surconsommation énergétique. Par exemple, si le débit est augmenté de 20%, la consommation du ventilateur augmente de 72 %, sans compter les pertes de chaleur si l’air est chauffé.

    Si le débit n’est pas maintenu constant, la qualité de l’air sera moindre et les débits imposés non respectés.

    Pour vérifier si les conduites sont étanches, observez les raccords entre les éléments (la poussière est un indice) ou utilisez des techniques comme la thermographie.

    Si la perte de charge maximale est atteinte, changez le filtre.

Top

b. Vos obligations pour économiser l’énergie

Pour toutes les installations :

Éviter les pertes dans les conduites

  • Vérifiez que les conduites de ventilation sont étanches et sans fuites.
  • Isolez les conduites accessibles véhiculant de l’air chaud ou froid 

    L’isolation des conduites accessibles est obligatoire pour l’air climatisé, c’est-à-dire pour les installations de chauffage et de climatisation.

    Dans le cas des nouvelles installations, l’isolation de toutes les conduites est obligatoire, et pas seulement des conduites accessibles.

    Si l’air n’est pas climatisé (par exemple certains process, les parkings, …), l’isolation des conduites n’est pas toujours nécessaire. Référez-vous à votre permis.

    Pourquoi isoler ? Pour limiter les pertes thermiques et les risques de condensation.
    Concrètement, une conduite non isolée de 40 x 40 cm à 40 °C va provoquer une perte énergétique de 7500 kWh par an. Cela correspond à environ 750 litres de mazout…

Adapter aux besoins réels

  • Régulez la ventilation de manière à l’adapter à l’occupation réelle et aux besoins réels.

    La régulation vaut pour le chauffage, la climatisation et les process. Pour les parkings, consultez le guide exploitant « parkings couvert et en sous-sol » pour la régulation spécifique.

    Pour réguler la ventilation, vous pouvez par exemple :

    -          utiliser des ventilateurs à débits variables sur une plage de 80% de la puissance,

    -          réguler à l’aide d’un programmateur à horloge ou à heures variables,

    -          coupler la ventilation à un système de détection de présence ou une sonde température/ CO2.

    Une bonne régulation permet de réduire sensiblement votre consommation énergétique. Par exemple :

    Régime de ventilation

    Régulation

    Vous économisez :

    10 heures par jour,

    5 jours par semaine

    vous réduisez vos besoins de 1000 m3/h

    1000 litres de mazout ou 1000 m3 de gaz par an

    12 heures par jour,

    5 jours par semaine

    (occupation réelle du bâtiment = de 7 à 17h)

     

    vous réduisez la plage horaire de 2 heures

    400 litres de mazout (40 litres si récupérateur de chaleur) + l’électricité

     

    Calculs :

    3.500 [m³/h] x 320 [h] x 0,34 [Wh/m³.°C] x (17 [°C] – 7 [°C]) / 0,92 = 4.140 kWh ou 400 litres de mazout (40 litres « seulement » si il y a un récupérateur de chaleur).

     

    A cela il faut ajouter l’économie électrique qui est évaluée à : 1,5 [kW] x 320 [h] = 480 [kWh] ou l’équivalent de 200kg de CO² correspondant au 96 m³ de gaz qui n’auront pas été brûlés à la centrale TGV de Drogenbos.

     

     

    Source : Formation Bâtiment Durable : Energie – ICEDD

Pour les nouvelles installations uniquement :

  • Utilisez de préférence des conduites circulaires avec accessoires à joints.

    Des conduites circulaires avec accessoires à joints améliorent l’étanchéité et réduisent le temps de montage.
    Comparées aux conduites rectangulaires, les conduites circulaires réduisent d’environ 30 % la consommation des ventilateurs.

Pour les systèmes avec double flux :

  • Pour préchauffer ou refroidir l’air neuf, utilisez un système avec récupérateur de chaleur. Celui-ci doit être équipé d’un by pass avec régulation automatique afin de ne pas réchauffer l’air neuf en été, et permettant de supprimer totalement le préchauffage de l’air neuf (by-pass de l’échangeur).

By pass
Top

Date de mise à jour: 06/09/2018