Vous êtes ici

Production d'énergies renouvelables

L’énergie produite à partir de sources renouvelables (ou SER) provient de sources se renouvelant naturellement (énergie solaire, éolienne et marémotrice, par exemple). Elles peuvent être utilisées tant pour la production d'électricité ou de chaleur et de froid, que pour le transport.
Sur le territoire régional, le potentiel de production d'énergie renouvelable est relativement réduit en raison de la densité de l’urbanisation et de la proximité de l’aéroport.
En 2015, la consommation finale d’électricité et de chaleur SER produites dans la Région s’élevait à 325,4 GWh, à laquelle il faut ajouter une estimation d'énergie SER dans les transports ("bio"carburants) de 114,4 GWh.
La plus grande part d'électricité et de chaleur est issue de l'exploitation de la biomasse (137,10 GWh  et 117,40 GWh respectivement).

Contexte

Les énergies produites à partir de sources renouvelables correspondent à des énergies dont l'exploitation ne puise pas dans des stocks de ressources limités ou fossiles. Elles proviennent par exemple, du rayonnement solaire (exploité pour sa chaleur ou pour la production d’électricité), de l’énergie cinétique du vent, de la géothermie, des courant des rivières, des mouvements marins).
Les sources d’énergie renouvelable (ou SER) offrent de façon générale nombre d’avantages et d’opportunités tels que, notamment, la réduction de la dépendance aux combustibles fossiles et la limitation de l'impact de leur consommation sur l’environnement, l’amélioration de la sécurité d’approvisionnement et la réduction de la dépendance énergétique, la création d’emplois locaux, ou encore la stimulation de la recherche et de l’innovation.

L’augmentation de la production d’énergie renouvelable est en outre un des objectifs  du Paquet Energie-Climat de l’Union Européenne, qui s’est engagée à couvrir 20% de sa consommation finale brute d’énergie avec de l'énergie renouvelable en 2020. Notons d’ores et déjà que, selon un accord intervenu en novembre 2014, cet effort européen sera porté à au moins 27% à l’horizon 2030.
L’objectif de 2020 a été réparti entre les Etats membres, et la Belgique s’est vu attribuer un objectif de 13%. Cet effort a été partagé entre l’Etat Fédéral et les Régions du pays dans le cadre d'un accord signé le  4 décembre 2015. La Région Bruxelles-Capitale s’est engagée à ce que la consommation finale brute régionale des renouvelables s’élève d’ici 2020 à 0,073 Mtep, soit 849 GWh. Il faut noter que l’objectif bruxellois est désormais formulé en valeur absolue et non plus en valeur relative (pourcentage).

Potentiel de développement des énergies renouvelables dans la Région bruxelloise

En raison de son contexte dense et fortement urbanisé, la RBC doit faire face à de nombreuses contraintes dont, notamment :

  • l’absence de potentiel en matière de grand éolien (dû aux restrictions de l’aéroport) et de grandes installations hydroélectriques,
  • l’absence de secteur agricole (ce qui rend la Région dépendante de l’extérieur en matière de production de "bio"carburants ou de "bio"liquides),
  • les conditions règlementaires d’implantation de projets de valorisation énergétique de la biomasse.

Si ces contraintes sont réelles et significatives, il convient aussi de noter que la Région dispose d’un atout majeur : son réseau électrique dense et très maillé. Celui-ci est susceptible de faciliter l’injection  des productions non autoconsommées des installations décentralisées, maximisant de ce fait l’exploitation de ces productions par limitation des pertes. Dans ce cadre, l’énergie solaire -et plus particulièrement le photovoltaïque- présente un potentiel évident. Par ailleurs, d’autres opportunités méritent d’être analysées de manière plus poussée. On note par exemple que la valorisation de la matière organique des déchets régionaux en lien avec la biométhanisation offre des pistes de réflexion intéressantes actuellement à l’étude dans le cadre de la mise en place d’une économie circulaire.

Evolutions de la politique régionale en matière de renouvelables à l’horizon 2020

Depuis 2005, la RBC soutient les énergies renouvelables de diverses manières, notamment via le système des certificats verts, le prêt vert bruxellois, les primes énergie, par la mise à disposition d’un réseau d’experts (le service du facilitateur « bâtiment durable ») pour les professionnels de la Région et par le programme SolarClick pour les autorités publiques.
Depuis l’adoption par le Gouvernement Régional du Plan Air, Climat, Energie (PACE) en juin 2016, le développement des énergies renouvelables constitue un axe-clé de cette politique intégrée.
C’est dans ce contexte que le Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale a adopté en octobre 2016, sa stratégie en matière de sources renouvelables d’énergie. Au cœur du dispositif figure la poursuite de l’exploitation du potentiel solaire et plus particulièrement photovoltaïque. Une série d’initiatives sont en cours de développement de manière à stimuler les pouvoirs publics, les PME et les citoyens à investir directement ou indirectement dans de tels projets.
Il conviendra également de planifier les efforts à entreprendre au cours de la période 2021-2030, puisque la Commission Européenne attend pour fin 2019 un plan national belge énergie-climat 2030 Pour cette raison, un renforcement des mesures du PACE et une nouvelle analyse de la stratégie en matière d’énergies renouvelables seront donc envisagés.

La production d'énergie à partir de sources renouvelables en Région bruxelloise

La législation européenne (Directive 2009/28/CE, art. 5) répartit les énergies issues de sources renouvelables selon 3 catégories d’utilisation : la production d’électricité, la production de chaleur ou de froid, et la production de force motrice pour le transport.
Seules les productions SER d’électricité et de chaleur sont placées sous la responsabilité de la Région, la production SER de force motrice pour le transport étant du ressort fédéral, via sa politique des produits ("bio"carburants). Les données concernant le refroidissement en Région n’étant actuellement pas disponibles, elles ne sont pas reprises ici.

Classement des sources renouvelables d’énergie en Région bruxelloise, en fonction de leur utilisation (2015)

Source : Bilan énergétique de la Région bruxelloise de 2015 (publié en 2017)


Il faut souligner que les quantités d’énergie qui entrent en ligne de compte sont celles qui sont effectivement incluses dans la consommation finale brute de la Région, c'est-à-dire "les produits énergétiques fournis à des fins énergétiques à l’industrie, aux transports, aux ménages, aux services, y compris aux services publics, à l’agriculture, à la sylviculture et à la pêche, y compris l’électricité et la chaleur consommées par la branche énergie pour la production d’électricité et de chaleur et les pertes sur les réseaux pour la production et le transport d’électricité et de chaleur" (Directive 2009/28/CE, Art.2f). Les pertes subies par les processus de transformation énergétique ne peuvent donc pas être prises en compte.

L’électricité d’origine renouvelable

En croissance régulière, la production électrique SER en Région de Bruxelles-Capitale s’élève à 178,2 GWh en 2015.
Celle-ci est rendue possible par deux filières : la biomasse et le photovoltaïque.
La plus grande partie (137,1 GWh, soit 77% en 2015) de l'électricité SER produite en RBC est issue de l'exploitation de la biomasse, qui se présente sous les formes suivantes :

  • Solide : fraction organique des déchets tout-venant, traités par l'incinérateur de déchets de Neder-Over-Heembeek (associé à une turbine de puissance de 45 MW).

    En 2015, 474.000 tonnes de déchets ménagers ont été incinérés. La fraction organique de ces déchets s’élève à 56,5% (d’après l’analyse du carbone présent dans les fumées). La chaleur de l’incinération transforme l’eau contenue dans les tubes d'une chaudière en vapeur surchauffée, qui est ensuite envoyée dans une turbine pour produire de l’électricité.
    128,1 GWh d’électricité SER ont ainsi été produits, dont 106,8 GWh ont été injectés sur le réseau, le reste étant autoconsommé dans les processus industriels de l’incinérateur et de la turbine.

  • Liquide : huile de colza, valorisée dans des unités de cogénération. Ce biocombustible est importé, mais est transformé en électricité sur le territoire de la Région ; l’électricité produite est donc considéré comme une production locale.

    1,3 GWh d’électricité renouvelable nette ont ainsi été produits.

  • Gazeuse : biogaz issu de la digestion des boues d’épuration (récupérés sur le site de la station d’épuration Bruxelles-nord, exploitée par Aquiris, qui traite une partie des eaux usées de la Région), et valorisés dans des unités de cogénération.

    7,6 GWh d’électricité renouvelable nette ont ainsi été produits.

La production d'électricité d’origine solaire, obtenue grâce aux panneaux photovoltaïques, est en croissance régulière depuis 2007. Ainsi, 41,1 GWh ont ainsi été produits en 2015 à l’aide du solaire photovoltaïque, soit 23% de l'électricité SER régionale.
La croissance observée depuis 2013 s’explique essentiellement par de nouvelles grandes installations mise en place au sein / par des entreprises privées.

Evolution de la puissance cumulée et de la production totale nette des installations solaires photovoltaïques en Région bruxelloise

Source : Bilan énergétique régional pour l'année 2015 (version 14/11/2017)

La chaleur d’origine renouvelable

Les sources renouvelables pour la production de chaleur en Région de Bruxelles-Capitale sont l'énergie solaire (solaire thermique), la biomasse ainsi que les diverses filières des pompes à chaleur.

La chaleur d’origine renouvelable produite en RBC en 2015 s’élève à 147,3 GWh.
La biomasse solide (déchets organiques et bois) en constitue la source principale (117,40 GWh, soit 80% en 2015). Les pompes à chaleur produisent 6% de la chaleur renouvelable (8,50 GWh). Une autre partie de la production provient des installations solaires thermiques avec une production en 2015 de 5,30 GWh, soit 4% de la chaleur renouvelable.

Evolution de la production de chaleur SER consommée en Région bruxelloise (2005-2015)

Source : Bilan énergétique régional pour l'année 2015 (version 14/11/2017)


Le renouvelable dans les transports

La source d'énergie renouvelable à l'usage des transports correspond aux "bio"carburants (biodiesel et bioéthanol) intégrés dans les carburants routiers vendus à la pompe (importés en Région bruxelloise).
La détermination précise des quantités de biocarburants consommées sur le territoire de la Région devra être abordée dans le cadre de la mise en œuvre de l’accord Burden Sharing 2015 (cf. plus haut), en collaboration avec le niveau fédéral.

A l'heure actuelle, la quantité de biocarburants consommée dans la Région est estimée à 114,4 GWh en 2015 (cf. graphe ci-dessous).
Notons que, suite à une décision de la cour constitutionnelle, les producteurs ont pu profiter pendant plusieurs mois d’un vide juridique qui leur a permis d’arrêter l’incorporation de biocarburants aux carburants classiques. L’année 2015 présente donc des chiffres anormalement bas en la matière. Une loi dite ‘de réparation’ a été adoptée depuis et le retour à la normale est d’ores et déjà constaté : selon le bilan énergétique provisoire de 2016, les biocarburants consommés en RBC représenteraient l’équivalent de 174 GWh.

Consommation d'énergies SER en Région bruxelloise

Pour rappel, dans la cadre du Paquet Energie-Climat de l’Union Européenne, la Belgique s’est engagée à couvrir 13% de sa consommation finale brute d’énergie avec de l'énergie renouvelable en 2020. Suite à la répartition de cet effort entre les Régions et le Fédéral, la Région Bruxelles-Capitale s’est engagée à ce que la consommation finale brute régionale des renouvelables s’élève d’ici 2020 à 0,073 Mtep, soit 849 GWh.

En 2015, la consommation totale d'énergie SER (électricité, chaleur et transport) produite en Région de Bruxelles-Capitale, au sens de la Directive 2009/28/CE, s’élève à 439,9 GWh ; ce qui représente 51,8% de l'objectif pour 2020. Il convient dans ce cadre de noter que la part de l’électricité SER consommée par les transports ferroviaires (trains, trams et métros) dans la Région doit encore être ajoutée à ce résultat -en évitant les doubles comptages avec l’électricité SER produite localement-. Ce calcul devra être effectué dans le cadre de la mise en œuvre de l’accord Burden Sharing de 2015, en collaboration avec le niveau fédéral.

Evolution de la consommation d'énergie SER produite en Région bruxelloise (2005-2015), à climat réel, conformément à la directive 2009/28/CE

Source : Bilan énergétique régional pour l'année 2015 (version 14/11/2017)
Date de mise à jour: 13/11/2018