Vous êtes ici

Focus: Efficacité de produits de nettoyage et de désinfection dans une crèche

En période de non épidémie, la question de la pertinence de l’utilisation ou non de produit désinfectant lors du nettoyage dans les milieux d’accueil (crèches) revient fréquemment. Les résultats combinés des analyses bactériologiques et chimiques de plusieurs études expérimentales ont montré que l'emploi d'un désinfectant une fois par semaine permet de pallier au non-respect de la pratique quotidienne de la procédure de nettoyage  - officiellement recommandée - de la serpillière avec les deux seaux. Il faut toutefois veiller à ce que le désinfectant utilisé ne présente pas de caractère toxique pour les enfants.

Contexte

Le présent focus synthétise les résultats d’une étude expérimentale menée en 2014 afin d’évaluer la nécessité, en période de non-épidémie, d’utiliser des produits désinfectants pour l’entretien des sols dans les milieux d’accueil de la petite enfance. L’étude a examiné plusieurs procédures d’entretien des sols, certaines faisant appel uniquement à des produits détergents, d’autres combinant des produits de nettoyage classiques avec des produits de désinfection. En 2010 et 2011, des expériences semblables avaient été menées, à chaque fois dans la même crèche à Uccle. L’étude de 2014 s’est par contre déroulée dans une crèche à Ixelles.
Les études entrent dans le cadre des missions de la Cellule Régionale d’Intervention en Pollution Intérieure, appelée CRIPI. La cellule résulte d’un partenariat entre Bruxelles-Environnement (Département Laboratoire, Qualité de l’air), l’Institut de Santé Publique (Département Santé-Environnement) et le Fonds des Affections Respiratoires. L’étude a été conduite en collaboration avec l’Office National de l’Enfance (ONE).

Déroulement de l’étude expérimentale 2014

L’étude 2014 comprenait, comme en 2010 et 2011, 2 volets :

  • un volet chimique qui consistait à rechercher dans l’air des composés organiques volatils susceptibles d’être émis par les produits utilisés ;
  • un volet biologique permettant de suivre l’évolution de la charge bactériologique totale sur le sol.

Les 2 produits utilisés pendant l’étude sont :

  • un détergent désinfectant concentré liquide qui nettoie et désinfecte toutes les surfaces en une seule étape. Ce produit qui est recommandé dans l’industrie alimentaire, est utilisé quotidiennement par la crèche et nommé ci-après produit « D3 »;
  • un détergent neutre pour sols, il s’agit d’un produit concentré et peu moussant  concentré, nommé ci-après produit « N4 ».

Le nettoyage et/ou la désinfection ont eu lieu chaque jour aux environs de 6h du matin.

Les prélèvements se sont déroulés en 3 phases différentes:

  • Une première campagne de mesures de 2 semaines avec utilisation du désinfectant D3 chaque jour = phase 1 (du 5 au 16 mai 2014), suivi de 2 semaines sans prélèvements afin d’opérer au changement de produit ;
  • Une deuxième campagne de mesures de 3 semaines avec utilisation du détergent classique N4 chaque jour de la semaine = phase 2 (du 2 au 20 juin 2014), suivi d’une semaine sans prélèvement pour permettre d’introduire le produit désinfectant D3 le lundi ;
  • La troisième campagne de mesures de 3 semaines avec utilisation du désinfectant D3 le lundi et du détergent classique N4 les autres jours de la semaine = phase 3 (du 30 juin au 18 juillet 2014).

Résultats chimiques

Quel que soit la procédure de nettoyage/désinfection appliquée, il ressort des mesures que l’utilisation d’un produit nettoyant ou désinfectant entraîne une augmentation pertinente (quoique temporaire) de la concentration des COVs totaux. Les concentrations mesurées à 9h sont toujours supérieures aux concentrations mesurées à 5h, Les concentrations relevées à 14h sont toujours inférieures à celles mesurées à 9h. Les écarts entre les concentrations relevées varient cependant d’une phase à l’autre:

  • L’augmentation des concentrations de COVs totaux est la moins marquée lors de la phase 1 des expériences (application journalière du désinfectant D3).
  • L’application journalière du nettoyant neutre N4 (phase 2 des expériences) se solde par des teneurs plus élevées en COVs totaux, avec un accroissement de l’ordre de 50% à 14h par rapport aux valeurs relevées lors de la phase 1. On constate également la présence inexpliquée de carbonates (éthylméthylcarbonate et diéthylcarbonate), avec cette fois une forte augmentation des concentrations à 9h, alors que les niveaux de 5h et 14h demeurent faibles.
  • La phase 3, qui est une combinaison des phases 1 (à raison de 1 jour de désinfection sur 5) et 2 (à raison de 4 jours de nettoyage sur 5), semble plus difficile à interpréter en raison des niveaux de COV plus élevés que lors des deux premières phases. Les résultats obtenus tendent cependant à accréditer l’augmentation des COVs constatée lors de la phase 2 avec l’utilisation du nettoyant. L’analyse des carbonates apparaît également plus délicate à interpréter, particulièrement les valeurs élevées relevées à 5h. Lors de cette phase, on peut exclure la présence d’une source supplémentaire qui aurait engendré un supplément sur les concentrations de COVs y compris de carbonates.

Toutefois, pour l’ensemble des 3 phases, les concentrations obtenues, que ce soit en COVs totaux ou en carbonates, sont tout-à-fait acceptables et ne présentent aucun risque pour la santé.

Résultats biologiques

La première figure montre, pour les 3 phases, la charge totale en bactéries présentes sur le sol. Il s’agit de bactéries thermo-tolérantes qui se développent à 37°C et sont considérées comme essentiellement d’origine humaine.

Charge bactérienne au sol pendant les 3 phases: 2 semaines avec désinfection (D3) tous les jours, 3 semaines avec uniquement nettoyage (N4) tous les jours, et 3 semaines avec désinfection (D3) le lundi et nettoyage (N4) les autres jours.

C5, C25 … C95 correspondent à des percentiles.

Charge bactérienne au sol pendant les 3 phases
On constate que 50 % des mesures (percentiles 50 ou médiane) ne dépassaient pas 49 à 59 CFU/25 cm², quel que soit la procédure d’entretien des sols. Pour les percentiles plus élevées, c’est la période avec désinfection le lundi et nettoyage les autres jours qui donne les contaminations les moins élevées, alors que la période avec désinfection tous les jours (phase 1), , s’avère la moins satisfaisante, contre toute attente.
Entre la période de nettoyage (phase 2), et celle d’une désinfection le lundi, suivie d’un nettoyage les autres jours de la semaine (phase 3), la période avec désinfection semble en effet donner des résultats légèrement plus satisfaisants. Il est important de préciser que dans ces deux phases  la pratique de nettoyage et/ou désinfection avec changement de serpillière et la technique des deux seaux (recommandation ONE) ont été rigoureusement appliquées chaque jour.

Les résultats des expériences menées en 2010 et 2011 ont été incorporées dans la deuxième figure. Ces résultats sont assez similaires ou même légèrement plus satisfaisants pour la période avec désinfection une journée par semaine et nettoyage les jours suivants,. du moins dans les cas où la pratique de la serpillière avec deux seaux a été rigoureusement appliquée chaque jour.

Synthèse des 3 campagnes de mesures 2010, 2011, 2014 au niveau biologique

Synthèse des 3 campagnes de mesures 2010, 2011, 2014 au niveau biologique
2010 : technique des deux seaux non utilisée
2011 & 2014 : technique des deux seaux assez bien suivie.

Conclusion

Dans la pratique quotidienne, la technique des deux seaux peut sembler laborieuse et risque de ne pas être toujours respectée. L’emploi d’un désinfectant une fois par semaine peut pallier au non-respect de cette pratique. Ceci implique évidemment que le désinfectant utilisé ne présente pas de caractère toxique pour les enfants. Les conclusions biologiques sont également compatibles avec les résultats chimiques étant donné que l’utilisation combinée de 2 produits n’a pas occasionné de concentrations élevées en COVs si on tient compte du fait que les 2 carbonates n’ont pas d’effets sur la santé dans la gamme de concentrations mesurées.
 

Date de mise à jour: 18/12/2017