Vous êtes ici

Evolution prospective de la consommation d’énergie et des émissions de GES

Le scénario de référence (BAU) prévoit une réduction de 8% des consommations d’énergie entre 2012 et 2030. Par rapport aux émissions de 1990, la réduction en 2030 serait de 5%. La consommation des bâtiments (secteurs résidentiel et tertiaire) baisserait respectivement de 10% et de 5%.

Les émissions de gaz à effet de serre diminueraient de 10% entre 2012 et 2030. Par rapport aux émissions de 1990, la réduction en 2025 serait de 17%.
Malgré cette réduction, les émissions de gaz à effet de serre seraient encore supérieures de 13% à l’objectif régional fixé pour 2025. Pour atteindre cet objectif, il faut donc mettre en œuvre non seulement les mesures du projet de plan air-climat-énergie mais aussi atteindre les objectifs de mobilité du plan IRIS 2.

Des modèles pour prédire l'évolution future

Afin d'appréhender l'efficacité possible des politiques envisagées, des scénarios prospectifs sont élaborés. Ceux-ci ont pour objectif d'estimer l'évolution future de certains facteurs en fonction des hypothèses envisagées.
Ainsi, dans le cadre de l'établissement du nouveau plan Air-Climat-Energie, plusieurs scénarios ont été élaborés pour calculer l’évolution prévisionnelle des consommations énergétiques et des émissions de gaz à effet de serre (GES, hors gaz fluorés). Parmi ceux-ci, les scénarios de référence (ou "business as usual" - BAU) modélisent la situation attendue dans l'hypothèse de la poursuite des tendances observées et de la mise en œuvre de politiques d'ores et déjà approuvées/implémentées. Dans le cadre de ce Rapport sur l'Etat de l'Environnement, ces scénarios tendantiels sont privilégiés. Les autres scénarios ont été étudiés dans le cadre du Rapport sur les Incidences Environnementales du projet de plan Air-Climat-Energie.

Quelles hypothèses pour les scénarios de référence ?

Le scénario de référence considère l’évolution des consommations énergétiques en l’absence de mise en œuvre du plan Air-Climat-Energie (tel qu’adopté en deuxième lecture le 6 avril 2015), sur base des tendances identifiées entre 2001 et 2012 et pour un climat correspondant à la moyenne des 10 dernières années.
Les mesures incluses dans le modèle sont :

  • Pour le secteur des bâtiments :
    • Les règlementations déjà adoptées, notamment dans le code bruxellois de l’air, du climat et de la maîtrise de l’énergie (COBRACE), en particulier la règlementation PEB 2015 et installations techniques, la règlementation PLAGE et l‘audit énergétique ;
    • Les projets déjà mis en œuvre en 2012, en particulier le projet « Bâtiments exemplaires ».
  • Pour le transport routier :
    • L’amélioration de l’offre de transports publics et la mise en œuvre complète du RER à partir de 2025 (envisagées par le plan IRIS 2).

Le Rapport sur les Incidences Environnementales du projet de plan Air-Climat-Energie apporte plus de détails méthodologiques si nécessaire (cf. les chapitres 4.1 et 5.6.2).

Evolution de la consommation énergétique

Evolution modélisée de la consommation totale d'énergie en RBC selon le scénario de référence
Source : Bruxelles Environnement, Dpt. Planifications air, énergie et climat, 2015

Evolution modélisée de la consommation totale d'énergie en RBC selon le scénario de référence
Par rapport aux niveaux actuels (à climat réel), le scénario de référence (modélisé à climat constant, à savoir la moyenne des 10 dernières années pour rappel) montre une réduction de 8% des consommations d’énergie entre 2012 et 2030, et de 5% par rapport à 1990.


Evolution modélisée de la consommation d'énergie dans le secteur du bâtiment en RBC selon le scénario de référence
Source : Bruxelles Environnement, Dpt. Planifications air, énergie et climat, 2015

 Evolution modélisée de la consommation d'énergie dans le secteur du bâtiment en RBC selon le scénario de référence
Pour ce qui est du secteur des bâtiments (résidentiels et tertiaires), le scénario de référence montre une réduction de 10% des consommations d’énergie entre 2012 et 2030, et de 5% par rapport à 1990.

Evolution des émissions de gaz à effet de serre

Evolution présumée des émissions totales de GES en RBC selon le scénario de référence et distance à l’objectif régional

Source : Bruxelles Environnement, Dpt. Planification air, énergie et climat, 2015

Evolution des émissions de gaz à effet de serre
Le scénario de référence montre une réduction de 10% des émissions de GES de 2012 à 2030, et de 17% en 2025 par rapport à 1990. La distance à l’objectif climatique régional de réduire de 30% les émissions de GES d’ici 2025 serait donc de 13%.

Evolution modélisée des émissions de GES dans le secteur du bâtiment en RBC selon le scénario de référence
Source : Bruxelles Environnement, Dpt. Planifications air, énergie et climat, 2015

Evolution modélisée des émissions de GES dans le secteur du bâtiment en RBC selon le scénario de référence

Le scénario de référence montre une réduction de 17% des émissions de GES du secteur des bâtiments (résidentiels et tertiaires) entre 2012 et 2030, et de 22% en 2025 par rapport à 1990.

Conclusions

En tenant compte des hypothèses envisagées, le scénario de référence montre que si la tendance générale affichée par la consommation d'énergie et les émissions de gaz à effet de serre est à la baisse, elle ne l'est pas suffisamment pour permettre à la Région d'atteindre l’objectif climatique régional, c’est-à-dire de réduire de 30% les émissions de GES de 1990 d’ici 2025.

Selon les modélisation faites, pour que la Région atteigne ses objectifs climatiques et de qualité de l’air, elle doit mettre en œuvre non seulement les mesures du plan air-climat-énergie, mais aussi atteindre l’objectif de mobilité du plan IRIS 2 (voir le RIE du projet de plan pour plus de détails).

Date de mise à jour: 06/12/2017