Vous êtes ici

Intensité énergétique de l'industrie

Contexte

L'intensité énergétique correspond au rapport entre la quantité d'énergie consommée par un secteur et une variable représentative de ce secteur. Par conséquent, une intensité énergétique plus élevée correspond à consommation plus importante d'énergie par unité de la variable envisagée.

En termes d'activités économiques, deux approches peuvent être envisagées en vue d'estimer l'intensité énergétique : en fonction du nombre de travailleurs ou en fonction de la production (valeur ajoutée). L'industrie étant caractérisé par une mécanisation importante du travail, la seconde approche sera privilégiée. L'intensité énergétique du secteur industriel est ainsi calculée à partir des données de valeur ajoutée en volume, plus représentatives des quantités produites que la valeur ajoutée à prix courant influencée par l'inflation.

Evolution de l'intensité énergétique de l'industrie

Evolution de l'intensité énergétique de l'industrie (par millions d'euros chainés -année de base 2008- de valeur ajoutée en volume) en Région bruxelloise, avec et sans correction climatique de la consommation énergétique
Source : Bilans énergétiques régionaux 1990-2009 et IBSA, calculs de Bruxelles Environnement
Evolution de l'intensité énergétique de l'industrie (par millions d'euros chainés -année de base 2008- de valeur ajoutée en volume) en Région bruxelloise

En 2009, la consommation énergétique du secteur industriel en Région de Bruxelles-Capitale était en moyenne de 166 MWh par million d'euro de valeur ajoutée en volume.

En termes d'évolution dans le temps, l'intensité énergétique de l'industrie ainsi calculée a atteint un pic en 2002, et diminue de façon assez régulière et importante depuis : -33% entre 2002 et 2009.

Facteurs explicatifs

Cette évolution peut être expliquée par différents facteurs:

  • L'évolution récente de l'activité industrielle bruxelloise : une baisse simultanée de l'activité (VAB) et de la consommation d'énergie de certains sous-secteurs représentatifs de l'activité industrielle en RBC est en effet observée.
  • l'amélioration du parc des bâtiments (avec entre autres une isolation des bâtiments ou des nouvelles constructions de meilleure qualité de ce point de vue), l'amélioration de l'efficacité énergétique des équipements utilisés ou l'effet de comportements de réduction de la consommation d'énergie, contraints (par exemple par le prix croissant des énergies) ou volontaires.
Date de mise à jour: 06/10/2016