Vous êtes ici

Focus : Epuration des eaux usées

A Bruxelles, avant 2000, les eaux usées domestiques et industrielles se déversaient directement dans les cours d'eau, sans traitement. Afin de mettre fin à cette situation héritée du passé, Bruxelles a effectué d’importants travaux d’infrastructure, en :

  • complétant le réseau de collecteurs, avec la finalisation prochaine (en 2013) des deux derniers collecteurs régionaux,
  • et construisant deux stations d’épuration au Sud et au Nord de la Région.

Historique

En vertu de la directive 91/271/CEE du 21 mai 1991 relative au traitement des eaux urbaines résiduaires, la Région de Bruxelles-Capitale a l’obligation de collecter la totalité de ses eaux usées via son réseau d’égouttage et de les traiter avant leur rejet dans la Senne. Ce traitement doit s’appliquer non seulement à la pollution organique mais aussi, du fait du classement du bassin de la Senne en "zone sensible" à l’eutrophisation (cf. AGRBC du 23 mars 1994, art.4), à l’azote et au phosphore (polluants responsables des phénomènes d’eutrophisation). Les arrêtés bruxellois du 23 mars 1994 et du 8 octobre 1998 reprennent les objectifs énoncés dans la directive de manière identique.

En vue de se conformer à ces prescriptions, la Région bruxelloise a signé un accord avec la Région flamande afin que les eaux usées issues de la Région bruxelloise et d’une partie des communes flamandes périphériques soient collectées, acheminées et traitées au moyen de deux stations d’épuration : la station Sud (qui traite les eaux usées de la partie sud-ouest de l’agglomération, soit une charge polluante équivalente à celle produite par 360.000 habitants) et la station Nord (qui traite les eaux usées de la partie nord et sud-est, soit de 1.100.000 EH) [voir la carte 2.23 du RIE concernant le Plan de Gestion de l'Eau].

Egouttage

Fin janvier 2012, 99% des eaux connectées au réseau sont épurées et seul un collecteur – celui du Verrewinkelbeek – doit encore être achevé pour que le seuil des 100% soit atteint. Les travaux, débutés en septembre 2011, devraient se terminer courant 2013.

Néanmoins, Hydrobru recense quelques quartiers non raccordés à l’égout. Certaines des habitations non raccordées de ces quartiers disposent d’une fosse septique, assurant un traitement partiel des eaux usées avant leur rejet dans la nature.

Outre les habitations non raccordées qui sont responsables de rejets dans le milieu naturel, une autre source de rejets se produit par temps de pluie lorsqu’une partie des eaux transitant par le réseau d’égouttage est délestée vers le réseau hydrographique au niveau de "déversoirs d’orage", pour éviter une surcharge du réseau d’égouttage. Afin de minimiser à l’avenir les rejets directs d’eaux usées dans le milieu naturel, le plan de gestion de l’eau 2010-2015 prévoit toute une série de mesures, relevant d’améliorations ou de compléments au niveau du cadre juridique, de la surveillance, de la gestion ou de la sensibilisation.

Enfin, outre l’objectif de collecter et traiter 100% des eaux usées, la Région bruxelloise fait face à un autre défi : la rénovation de son réseau d’égouttage. Un quart du réseau d’égouttage (soit 500 km sur les 1820 km que compte le réseau en 2010) doit être remplacé d’urgence. Les travaux de réfection sont planifiés sur 20 ans pour un budget total de 1,5 milliard d’euros, à raison de 25 km d’égouts en moyenne par an.

Epuration

Performances de la station d’épuration Sud (2002-2010)
Sources : Bruxelles Environnement (sous-division eau, sous-division police préventive et département Etat de l’environnement) sur base de données AED pour 2002-2003 ; de données de synthèse d’analyses journalières (Demande Biologique en Oxygène DBO, Demande Chimique en Oxygène DCO, Matières En Suspension MES) et hebdomadaires (Azote N et Phosphore P) pour 2004-2010 (Vivaqua, SBGE)

Performances de la station d’épuration Sud (2002-2010)

Concernant le respect de taux d’abattement ou de concentration de sortie pour la DBO et la DCO (indices de pollution par la matière organique), aucune infraction n’est retenue (ni au niveau de la moyenne annuelle, ni au niveau des échantillons, le nombre de non-conformités observé étant inférieur au nombre maximal autorisé). En revanche, de 3 à 5 échantillons excèdent chaque année les seuils rédhibitoires de 50 mg/l O2 pour la DBO et de 250 mg/l O2 pour la DCO. Bien que les résultats pour les MES soient indicatifs, il est à noter l’importance relative du nombre de dépassements qui serait retenu pour ce paramètre.

En l’absence de traitement tertiaire, la station d’épuration Sud déroge systématiquement au respect des normes pour l’azote et le phosphore total. Des améliorations significatives sont attendues à partir de fin 2013, date à laquelle l’épuration tertiaire devrait être mise en service. D’autres travaux visant à améliorer les performances de la station ont par ailleurs été réalisés (e.a. dégazage pour éviter la présence de "boues flottantes" dans les eaux rejetées) ou sont à l’étude (filière de gestion des boues).

Performances de la station d’épuration Nord (2007-2010)
Source : Bruxelles Environnement (sous-division eau, sous-division police préventive et département Etat de l’environnement) sur base de données de synthèse des analyses journalières (Aquiris, SBGE)

Performances de la station d’épuration Nord (2007-2010)

La station nord respecte les normes au niveau des moyennes annuelles en DBO et DCO mais y déroge pour l’azote et/ou le phosphore entre 2007 à 2009. Toutefois, les résultats d’abattement et de concentration de sortie sont meilleurs que ceux de la station Sud et tendent à s’améliorer d’année en année.

En définitive, la Région bruxelloise n’est plus loin d’être en ordre vis-à-vis des objectifs européens pour son réseau d’égouttage. Quant au traitement des eaux usées, malgré un retard important, beaucoup de travaux d’adaptation des installations, destinés à améliorer grandement la situation, devraient arriver à échéance à l’horizon 2014.

Sources

  • Parlement de la Région de Bruxelles-Capitale. 15 mai 2011. "Bulletin des questions et réponses écrites", Questions n°238 et 239.
  • Parlement de la Région de Bruxelles-Capitale. 9 novembre 2010. "Compte-rendu intégral des interpellations et des questions orales posées en commission", p.7-12 et p.23-30.
Date de mise à jour: 06/10/2016