Vous êtes ici

Etat chimique des eaux souterraines

Contexte

Selon la directive et l’ordonnance cadre eau (DCE et OCE) , 5 masses d’eau souterraine présentes en Région bruxelloise (cf. Etat quantitatif des eaux souterraines) devront atteindre, sauf dérogation, le "bon état chimique" d’ici 2015. Ceci implique le respect d’objectifs de qualité (concentrations maximales de certains polluants à ne pas dépasser) et l’absence d’impacts négatifs sur les eaux de surface et les écosystèmes terrestres dépendant directement de cette ressource.

Surveillance des masses d'eaux souterraines présentes en RBC

La surveillance de l’état chimique de ces 5 masses d’eau souterraine, débutée en 2004, s’effectue par prélèvements d’échantillons principalement au sein de captages en activité et de quelques sources. Elle est assurée par 2 programmes de surveillance distincts:

  • le contrôle de surveillance, destiné à caractériser l’état général de chaque masse d’eau, à détecter les éventuelles tendances à long terme et l’apparition de nouveaux polluants, comptait fin 2009, 14 sites de surveillance répartis dans les 5 masses d’eau souterraines. Il porte sur les substances polluantes pertinentes pour les eaux souterraines.
  • le contrôle opérationnel, destiné à suivre les masses d’eau risquant de ne pas atteindre le "bon état chimique" ou présentant une tendance à la hausse d’un polluant et à évaluer les incidences de la mise en place des programmes de prévention et de protection sur les masses d’eau à risque. Il compte 10 sites de surveillance répartis dans la masse d’eau du Bruxellien et porte sur les paramètres à risque.

Les nappes superficielles - présentes dans les alluvions de la vallée de la Senne et des vallées adjacentes ainsi que dans les sédiments du Quaternaire - ne font actuellement pas l’objet d’une surveillance qualitative systématique.

Etat chimique des masses d'eaux souterraines présentes en RBC

Sur base de l’analyse des résultats des programmes de surveillance de 2004 à 2009, les masses d’eau du Socle et du Crétacé, du Socle en zone d’alimentation, du Landénien et de l’Yprésien (région des collines) ont été évaluées en bon état chimique. Les chlorures observés en concentrations élevées dans la masse du Socle et du Crétacé résulteraient de l’existence d’un fond géochimique présent naturellement dans ces aquifères. Compte tenu des tendances observées, ces 4 masses d’eau sont susceptibles d’atteindre les objectifs de bon état en 2015.

Par contre, la nappe des sables du Bruxellien -rencontrée à plus faible profondeur dans le sous-sol et non recouverte à sa surface par une formation géologique imperméable - est plus exposée à la pollution de surface. Elle a été évaluée en état chimique médiocre et risquant de ne pas atteindre le bon état chimique d’ici 2015. Des dépassements des normes de qualité y sont en effet constatés tant pour les nitrates que pour certains pesticides et les concentrations mesurées témoignent en outre d’une tendance générale à la hausse.

Pour les nitrates, ces dépassements s’observent essentiellement au niveau de points de contrôle localisés dans des zones très urbanisées. Une recherche universitaire est actuellement en cours pour identifier leur origine organique ou minérale (infiltrations d’eaux usées, cimetières, fertilisation…).

Les pesticides significativement présents à l’échelle de la masse d’eau du Bruxellien sont l’atrazine et ses produits de dégradation ainsi que le 2.6 dichlorobenzamide (BAM). Les dépassements des normes s’observent essentiellement dans la moitié ouest de la masse d’eau, notamment au niveau des captages d’eau potable du bois de la Cambre et de la forêt de Soignes ainsi qu’au niveau d’une zone peu urbanisée d’Uccle. D’autres herbicides, principalement à usage non agricole, ont également été observés localement et occasionnellement.

Malgré l’amélioration des pratiques en agriculture et des dispositions réglementaires relatives à la commercialisation et à l’utilisation des pesticides, ces mesures n’ont eu jusqu’à présent que peu d’effet sur l’amélioration de la qualité de la nappe

Ceci s’explique par la grande stabilité de certains pesticides présents dans le milieu, par les processus de migration très lents et complexes des pesticides à travers le sol et le sous-sol (processus d’adsorption/désorption sur les particules des sols) ainsi que par le renouvellement lent des eaux souterraines.

D’autres polluants (tétrachloroéthylène, ammonium, sulfates, chlorures, chlorates …) résultant d’activités de surface ont aussi été mesurés localement ou/et occasionnellement en certains sites de surveillance.

En application de la DCE, un programme d’action visant à atteindre le bon état chimique pour la masse d’eau du Bruxellien évaluée en état médiocre est en cours d’élaboration. Cette entreprise s’avère particulièrement difficile du fait notamment de la multiplicité des sources potentielles de pollution tant ponctuelles que diffuses, de la complexité de la dynamique de transfert des polluants dans le sol et sous-sol, de l’inertie des masses d’eau ou encore, de l’aspect transfrontalier des nappes.

Evaluation de l’état chimique des masses d’eau de l’Yprésien (Région des Collines) et du Bruxellien sur base des résultats des programmes de surveillance 2004 à 2009
Source : Bruxelles Environnement , sous-division eau

Evaluation de l’état chimique des masses d’eau de l’Yprésien (Région des Collines) et du Bruxellien sur base des résultats des programmes de surveillance 2004 à 2009

 

Date de mise à jour: 06/10/2016