Vous êtes ici

Déchets ménagers et assimilés

Contexte

Les seules séries de données disponibles pour estimer le volume des déchets ménagers et qui couvrent une longue période, sont celles de l'Agence Régionale pour la Propreté (ARP ou "Bruxelles Propreté"). Elles se rapportent aux déchets tout-venant collectés en porte à porte depuis 1991 et aux collectes sélectives suivantes:

  • depuis 1991, le verre collecté sélectivement, et les encombrants via 2 parcs à conteneurs régionaux,
  • l'ensemble des emballages recyclables, le papier et le carton depuis 1992,
  • la collecte séparée des déchets d'emballages (sacs bleus) et du papier-carton (sacs jaunes) depuis 1996,
  • les sapins de Noël depuis 1995, flux élargi aux déchets de jardin (sacs verts) depuis 2002.

Bruxelles Propreté passe deux fois par semaine chez tous les ménages, sur l'ensemble du territoire régional. Lors de ses collectes en porte à porte, hormis les déchets des ménages, l'ARP collecte également une partie des déchets dits "assimilés" auprès de commerçants, d'indépendants, d'entreprises, d'ASBL, d'écoles, d'autorités communales et autres, notamment sur base de contrats commerciaux. Ce flux de déchets, de composition semblable aux déchets ménagers, peut difficilement être chiffré séparément ; mais, selon les estimations disponibles, sa part s'élèverait à 30 %. L'ARP n'est pas le seul opérateur pour ce type de déchets, une part variable et inconnue des déchets assimilés étant aussi collectée par des opérateurs privés.

En tant que seul opérateur pour la collecte en porte-à-porte des déchets tout-venant et des sacs de tri sélectif des ménages, Bruxelles Propreté fournit des données représentatives de ce canal de collecte des déchets ménagers (au sens strict).

Il n'y a par contre pas de données systématiques sur les déchets ménagers collectés via les 7 parcs à conteneurs communaux. Par conséquent, dans la mesure où le taux de collecte des 2 parcs à conteneurs régionaux n'est pas représentatif de l'ensemble du réseau de parcs à conteneurs et de tous les habitants de la Région, les indicateurs relatifs à l'évolution des tonnages de déchets et au taux de tri présentés ici se basent exclusivement sur les chiffres de la collecte en porte-à-porte.

Déchets ménagers et assimilés (collectés par l'opérateur public via la collecte en porte-à-porte, les bulles à verre et le verre de l'Horeca) : évolution des quantités (axe y de gauche) et de la part des collectes sélectives dans le total (axe y de droite), en parallèle de l'introduction des différents types de collecte (en rouge)
Source: sur base des rapports annuels de Bruxelles Propreté

Déchets ménagers et assimilés : évolution des quantités

 

Tonnages de déchets collectés

La quantité de déchets collectés augmente de manière constante et régulière jusqu'en 2002. Entre 2003 et 2008, la quantité annuelle s'élève à ~450.000 tonnes. En 2009, cette quantité diminue pour atteindre les 424.868 tonnes en 2010. Sur la période de 2000 à 2010, la quantité de déchets collectés à domicile par habitant a baissé de 20%. Cela ne signifie pour autant pas que la production de ces déchets ait suivi la même évolution, étant donné qu'une partie des déchets "assimilés" est susceptible d'être collectée par d'autres opérateurs (privés) plutôt que par l'ARP. Il ne faut cependant pas exclure que la diminution des quantités collectées de déchets ménagers peut aussi être due au ralentissement de la conjoncture économique depuis 2008 et/ou à des changements de comportements entraînant une réduction des déchets.

Des études récentes relatives aux parcs à conteneurs communaux et régionaux (voir sources) ont révélé que quelques 30.000 tonnes de déchets ménagers supplémentaires sont collectées via cette filière.

Quoi qu'il en soit, les déchets ménagers et assimilés ne représentent qu'une petite fraction de ce que la Région produit comme déchets. A titre de comparaison: des études ont montré que les quantités de déchets non ménagers, pour lesquels il n'existe que des données partielles et discontinues, sont trois à quatre fois plus importantes.

Part de la collecte sélective

Jusque fin 1995, les sacs bleus (emballages en plastique ou en métal et cartons de boissons, également appelés emballages PMC) et les sacs jaunes n'étaient pas collectés séparément. Dans un premier temps, la collecte sélective des sacs bleus et jaunes n'a été instaurée que dans un nombre restreint de communes. Elle s'est généralisée en 1996 pour les papiers et cartons, et en novembre 1998, pour les emballages PMC. D'autre part, le réseau des bulles à verre a été progressivement étendu au fil des ans et a été dédoublé depuis 2005 (verre blanc et coloré). Les premières collectes de déchets de jardin ont en outre été instaurées en 2002 dans 6 communes vertes. La part des collectes sélectives montre par conséquent une augmentation constante jusqu'en 2004.

Après une stagnation à 21% entre 2004 et 2007, une nouvelle augmentation du pourcentage de déchets ménagers collectés sélectivement est observée depuis 2008 :

  • En 2009, la collecte des sacs verts couvre 14 des 19 communes.
  • Depuis le 1er janvier 2009, la collecte sélective du verre est obligatoire et se fait uniquement via les bulles à verre.

En 2010, la collecte sélective a connu une croissance manifeste dans toutes les catégories. L'augmentation du taux global de tri à 28% est probablement en lien avec l'introduction de l'obligation de tri pour tous les ménages, qui est intervenue le 1er janvier 2010, et la sanction des contrevenants depuis le mois de juillet de la même année. Si l'on tient compte également des tonnages collectés dans les parcs à conteneurs communaux et régionaux, le taux de tri passe à 30% en 2010 (selon des études récentes).

Il semble donc que, jusqu'en 2010, l'évolution de cet indicateur reflète surtout les modalités de la politique de collecte des déchets.

Pour une évaluation correcte de la qualité du comportement de tri et de l'évolution de la proportion de résidus dans les collectes sélectives, il convient d'effectuer des analyses périodiques des sacs poubelles selon une méthode standardisée. Dans le cas des déchets PMC surtout, ce pourcentage de non-conformité des déchets semble important (selon le rapport annuel de Bruxelles Propreté, il était de 43,7% fin 2010 ; selon la dernière analyse des poubelles en nov. 2010, il était de 26%).

Sources

  • ARCADIS, 2011. Etude économique et géographique de faisabilité relative à l’implantation de nouveaux parcs à conteneurs en région de Bruxelles-Capitale, commanditée par Bruxelles Environnement, 178 pp, janvier 2012
  • BRUXELLES PROPRETE, Rapport annuel 2009, 42 pp. et Rapport annuel 2010, 34 pp.
  • BRUXELLES PROPRETÉ, 2010. Campagnes d’analyse de la poubelle ménagère octobre-novembre 2010
  • ULB-IGEAT, mai 2011. Etude comparative sur la gestion d’encombrants dans différentes villes et régions européennes, commanditée par Bruxelles Environnement 197 pp, janvier 2012
Date de mise à jour: 07/02/2017