Régénération des massifs boisés du parc de Woluwe

3ème phase de chantier : octobre 2020 - novembre 2021

Une nouvelle opération d’abattage a démarré au mois d’octobre 2020 et reprend ce 23 août 2021 après un arrêt de chantier visant à respecter la période de nidification des oiseaux. Elle a pour objectif de sécuriser la fréquentation du parc par le grand public, d’améliorer l’état de santé des arbres, de favoriser la régénération naturelle progressive des massifs boisés, de créer de nouvelles lisières au profit de la biodiversité et de préserver la qualité paysagère de ce site classé.

 

Quel est le contexte ?

Le parc de Woluwe a été créé à la fin du XIXème/début XXème siècle en vue d’offrir au grand public un cadre de verdure en périphérie de Bruxelles. Il est aujourd’hui ceinturé par la ville. Ses intérêts paysager et écologique n’en sont que renforcés. Le parc est ainsi classé comme site depuis 1972 et désigné Natura 2000 depuis 2016.

Les massifs boisés du parc de Woluwe structurent les vues et perspectives. Ils sont de type forestier, denses et, à l’échelle du parc, diversifiés.

Différentes études menées depuis 2015 ont montré que les massifs boisés du parc souffraient de problèmes phytosanitaires et d’une perte de la diversité biologique initialement présente (étude historique du bureau Fondu - 2015 ; expertise forestière O. Baudry  - 2015, études phytosanitaires du bureau d’expertise Eurosense – 2016, 2018 et 2019).  Une des causes de cette problématique est liée à la surdensité actuelle des massifs boisés. Celle-ci a des conséquences multiples parmi lesquelles un haut niveau de compétition entre les arbres au profit des espèces d’ombre (p.ex. l’érable sycomore) et au détriment des espèces de lumière (p.ex. le pin sylvestre) dont la vigueur s’effondre, une banalisation de la biodiversité, une fermeture des milieux, et partant la création de conditions d’ombrage bloquant la régénération naturelle des massifs.

Depuis 2019, des coupes importantes sont réalisées. Elles ont, jusqu’à présent, concerné les parties Nord et Est du parc. Les travaux se concentrent actuellement sur les parties centrale et sud, ainsi que les mitoyennetés. Il s’agit de coupes phytosanitaires et d’éclaircies.

Quels sont les objectifs de l’opération ?

  • Améliorer la santé globale des massifs boisés par le prélèvement des individus en mauvaise santé.
  • Sécuriser la fréquentation des massifs et de leurs abords en prélevant les arbres instables et/ou dangereux, et en renforçant la stabilité des arbres résiduels (les arbres seront plus « trapus »).
  • Identifier les arbres d’avenir sur base de leurs valeurs historique, esthétique, dimensionnelle, dendrologique, phytosanitaire et écologique, et leurs donner un espace vital favorable à leur développement et maintien à long terme (disponibilité en lumière, eau et éléments minéraux) ;
  • Favoriser la régénération naturelle et progressive des massifs boisés par une mise en lumière dosée afin de garantir leur maintien dans le temps.
  • Enrichir les massifs boisés et leurs abords par des plantations visant à retrouver la diversité dendrologique initiale du parc, mais aussi à répondre aux modifications annoncées du climat par l’utilisation d’espèces diversifiées et réputées résistantes/tolérantes aux nouvelles conditions du milieux.   
  • Revaloriser les lisières boisées au profit de la biodiversité.

Et après la phase d’abattage ?

La réduction de la densité d’arbres par cette opération va accélérer le processus naturel de renouvellement des massifs. La mise en lumière progressive du sous-bois devrait permettre le développement d’une flore herbacée plus diversifiée et accueillante pour la faune. A certains endroits, à l’intérieur et en bordure des massifs boisés, des plantations d’enrichissement en arbres et arbustes seront réalisées. Ces plantations seront préservées du piétinement par des clôtures temporaires en bois.

Quel impact pour les riverains ?

Les travaux seront semblables à ceux menés depuis deux ans. Les interventions se feront principalement à l’intérieur des massifs, sachant que certaines voiries du parc pourront être temporairement fermées. Ces fermetures seront encadrées par les gardiens du parc qui orienteront le public vers d’autres itinéraires.

Bruxelles Environnement est pleinement consciente des nuisances temporaires que pourront causer ces travaux, veille à en limiter les effets, et œuvre pour que le parc de Woluwe demeure un espace de qualité pour ses usagers.      

Quels permis d’urbanisme ?

Les deux premières phases de chantier ont été réalisées en 2019 et au premier trimestre 2020 dans les parties Nord et Est du parc. Elles se basaient sur le permis d’urbanisme référence 19/PFU/635404 obtenu le 25 janvier 2018. Une enquête publique avait été effectuée au préalable du 02 au 16/10/2017 et plusieurs réunions d’information tenues courant 2018.

Les travaux démarrés en octobre 2020 se basent sur les permis d’urbanisme 19/PFU/1719959, délivré le 26/03/2020 et 19/PFU/1759606, délivré le 21/09/2020 par Urban.brussels. Une réunion d’information à l’attention des usagers du parc s’est tenue le 03/10/2020 dans les locaux du Wolu Sports Park à Woluwe-St-Pierre.  

En savoir plus ?

Consultez les documents suivants :